/// Interview de CHECKMATE

Publié le 01/06/2013 par olivier no limit

Aprés l'inter de Scarred, Intéressons nous à CHECKMATE qui vient de nous pondre un album nommé "Immanence" . A préciser que ce jeune combo fait aussi partie de l'écurie Klonosphere et qu'il donne dans le thrashcore.

 

 

1. En quelques mots, comment pourriez-vous présenter votre groupe (son style) ?

 

Checkmate est un mélange de beaucoup de styles de Metal différents. Nous essayons de créer une musique qui s'inspire à la fois de groupes "traditionnels" comme Lamb Of God, Trivium, Machine Head ou Opeth et de groupes plus récents comme Architects ou même Emmure.

 

2. Quelle en est la genèse, comment vous est venue l’idée de faire ce groupe ?

 

Nous nous connaissons pratiquement tous depuis le collège et nous étions fans de Metal. Nous n'avions pas vraiment de notions de musique à l'époque, mais ce n'était pas très important ! Notre but était d'avoir notre propre groupe pour pouvoir faire notre propre musique et il s'est tout de suite appelé Checkmate.

La formation s'est stabilisée avec les arrivées de Julien au chant en 2007, puis de Franklin à la guitare en 2010.

 

3. Comment se passe le travail de composition et quelles ont été les conditions pour « mettre en son » votre dernière « galette » ?

 

Pour la compo, le gros des idées et des riffs est amené par l'un d'entre nous, puis le tout est retravaillé par l'ensemble du groupe en répète. La grande majorité des titres d'Immanence a été composée par Simon (basse) et Marc-Anthony (batterie) et les textes ont été écrits par Julien.

Concernant l'album, l'enregistrement et le mix ont été faits par Guyom Pavesi (Devianz, The Prestige). Il nous a accompagnés pendant toute la période de composition et le fait d'avoir une oreille extérieure a énormément contribué à la richesse des morceaux. Même si l'enregistrement a été plus qu'épuisant, ça a été un moment inoubliable ! Quant aux guitares, elles ont été enregistrées par Lucas d'Angelo (Betraying The Martyrs). Nous avons ensuite confié le mastering à Alan Douches (Mastodon, The Dillinger Escape Plan, Whitechapel) puis le design de la pochette à Alex Diaz, de Spaniard Studio.

 

4. Comment a été accueilli, pour l’instant, votre dernier album ?

 

Il y avait une véritable attente de la part des personnes qui suivent le groupe depuis longtemps et aussi de celles qui nous avaient déjà vus en concert. La sortie du clip 'Invictus' a déclenché toute une série de messages très positifs et les gens ont encore plus hâte de découvrir l'album ! Du côté des professionnels (mags, webzine, etc.) nous n'avons eu pour l'instant que des bons retours. Espérons que ça continue !

 

5. Vos projets ?

 

Dans l'immédiat : tourner un maximum pour promouvoir cet album. L'année dernière nous avons joué dans une dizaine de pays, notamment en Europe et aux USA, et nous n'attendons qu'une chose, c'est de repartir dès que possible ! Car c'est en live que Checkmate prend tout son sens.

 

6. Que pensez-vous de la scène metal française à l’heure actuelle ?

 

Qu'elle est de plus en plus tournée vers l'international. Des groupes comme Betraying The Martys ou Gorod sillonnent les États unis, tandis que Hacride part en tournée en Inde, Rise Of The Northstar cartonne au Japon, Gojira enchaine les tournées mondiales, etc.

Cela fait plaisir de voir que les groupes ne se limitent plus à un territoire et arrivent à s'exporter hors de nos frontières.

 

7. Arrivez-vous à vivre, un peu, de votre musique ?

 

Pas pour le moment, car nous sommes encore dans une phase de développement. Un premier album demande beaucoup d'investissement personnel et financier et nous devons tous travailler à côté pour pouvoir réaliser concrètement nos idées.

En tout cas, le message suivant s'adresse à toi, lecteur : si tu aimes un groupe et que tu as envie qu'il continue d'écrire de bonnes chansons, aide-le simplement en allant le voir en concert et en lui prenant un CD et/ou un t-shirt !

 

8. Question que j’aime à poser : qu’est-ce qui vous attire dans la « musique qui fait du bruit » ?

 

Ce n'est pas vraiment rationnel comme sentiment. Je pense qu'on a tous un jour une espèce de déclic quand on découvre le Metal, parce que ça correspond inconsciemment à quelque chose que l'on a en soi. C'est une façon de s'exprimer, un son, une énergie qui nous parle et qui devient un exutoire. Est-ce qu'on peut vraiment expliquer un tel sentiment ?

 

9. Votre meilleur souvenir, votre plus mauvais.

 

Nos meilleurs souvenirs remontent à la tournée européenne de l'année dernière. C'était avec Hills Have Eyes, un groupe de Metalcore portugais avec qui le courant est super bien passé. Nous avons eu quelques galères, mais le fait de se soutenir mutuellement et de faire la fête ensemble nous a beaucoup rapprochés ! Et bien évidemment, la tournée US reste un grand moment dans la vie du groupe car c'est en quelque sorte un rêve qui est devenu réalité. Rien n'apporte une plus grande ouverture d'esprit que de voyager.

Pour le pire souvenir, il n'y en a pas vraiment… La vie de groupe est faite de compromis et de perpétuelles remises en question, ce qui fait qu'au bout d'un moment on finit par relativiser et se dire que chaque expérience est bonne à prendre.

 

10. Autre chose à rajouter ?

 

Merci à toute l'équipe et à tous les lecteurs de Metal France ! On se voit très bientôt en concert !

 

 

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire