/// Interview de in grief

Publié le 25/10/2009 par olivier no limit

Un style que l'on pourrait qualifier de death / black progressif et mélodieux.

Première production du groupe Norvégien In grief, « deserted soul » se présente comme un album ambitieux mais jamais pompeux.

Alors hop!, une petite interview rapide

1 ; comment est né in grief ?

Tout a commencé avec Benny (guitare lead). Lui et le batteur Bruno Barra parlaient de former un groupe depuis un moment déjà! Benny avait beaucoup de matériel déjà prêt, alors quand les autres membres sont arrivés, tout est allé comme sur des roulettes!

2. en gros, quel est votre parcours et vos influences ?

Comme je l'ai dit, ça a commencé avec Benny et Bruno. Leur but était de créer un groupe sérieux et de jouer du bon metal. Ils étaient très ouverts quant au style que nous devrions jouer. Avec tout le matériel déjà prêt qu'avait Benny, les choses sont allées vite, les morceaux ont pris forme, l'un après l'autre. Les morceaux sur l'album sont inspirés par des groupes comme In Flames, Soilwork, Scar Symmetry et d'autres. Mais nous essayons de créer de la nouvelle musique, nous n'aimons pas copier les autres groupes

3. J’ai dit de votre album « … la rage death : black se met au service d’un metal progressif et non le contraire… » Est ce une bonne définition de « deserted soul » ; comment définissez vous votre musique ?

Je suppose que oui. Car nous voulons toutes les parties progressives, mais aussi cette énergie et aggressivité. L'atmosphère est très importante, car ça crée un état d'esprit qui s'accorde aux paroles

4 . comment se passe la création, l’élaboration de votre musique ?

C'est surtout Benny et moi-même qui composons. Nous faisons des enregistrements bruts des nouvelles compos et nous les envoyons aux autres. Aux répétitions on décide de ce qu'on va garder. Lorsque nous avons décidé d'utiliser un morceau, nous faisons une maquette avec laquelle on peut travailler et on modifie au fur et à mesure. Je pense que c'est une bonne façon de construire un morceau.

5 . quels sont vos projets ?

Nous allons continuer de faire de la musique, et avec un peu de chance, bientôt commencer à tourner. Nous voulons vraiment jouer pour nos fans, et peut-être trouver de nouveaux fans là-dehors! Et il y aura un second album

6. questions plus générale : comment le metal est il ressenti en Norvège, vu que chez nous en France, il est considéré comme « underground », voir dangereux pour la jeunesse » et qu’il a peu de place au niveau des grands medias ?

Le metal est aussi normal que la pop ici. Il y a tellement de personnes qui en écoutent, et pas seulement les jeunes! Personne ne pense que c'est dangereux! Et In Grief ne prêche pas la haine, mais l'espoir et les émotions sur la morale aujourd'hui.

7. vivez-vous de votre musique ?

Non, nous devons tous travailler à côté! Au point où nous en sommes, on dépense plus que ce qu'on ne gagne. Mais avec un peu de chance, un jour nous vivrons de notre musique. Mais nous voulons surtout nous faire plaisir à jouer!

8 . votre meilleur souvenir, votre plus mauvais ?

Le meilleur souvenir, c'était de reçevoir l'album du mixage + mastering! On l'a écouté ensemble pendant des heures! Je ne me remémore pas de mauvais souvenirs dans ce groupe, mais il y aura sûrement des hauts et des bas...

9 . une chose à rajouter ?

Je voulais juste dire merci pour cette interview, et que j'espère vraiment jouer en France un jour! A bientôt sur la route!

David/In Grief

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire