/// Interview de In Vain

Publié le 10/04/2013 par Raven

Avec Ænigma, In Vain vient de sortir un des meilleurs albums de l'année 2013. C'est avec surprise que je reçois un mail provenant de Johnar Haaland, l'homme-fort de In Vain, me proposant de faire une interview pour son groupe. Une occasion de la sorte ne se présente pas tout le temps, et c'est avec plaisir que j'ai envoyé une série de questions pour connaître un peu plus son groupe, les sujets qu'il aborde dans In Vain, la sortie de Ænigma … Ce n'est pas l'interview du siècle avec des questions classiques me direz-vous, mais c'est amplement suffisant pour satisfaire les 2 parties. Bonne lecture !

Un merci à Lucile pour l'aide à la traduction français-anglais, et à Johnar de m'avoir solliciter pour cette entrevue.

Bonjour !

Et merci de prendre du temps à répondre à mes questions pour le webzine Metal France. Comment allez-vous ?! Pour les lecteurs de Metal France, je vous laisse faire une présentation du groupe.

Salut et merci pour l’interview. In Vain est un groupe de metal extrême progressif signé chez Indie Recordings. Nous avons réalisé 2 EP et 3 albums. Notre dernier effort, Ænigma, est sorti au mois de Mars de cette année. Nous sommes actuellement en tournée européenne avec Solefald et Vreid, et ça rock à donf’ !

 

J’ai remarqué que vos albums sortent avec 3 ans d’intervalles : The Latter Rain en 2007, Mantra en 2010 et Ænigma en 2013 ! Dans la vie du groupe, que s’est-il passé pendant ces 3 années entre Mantra et Ænigma ?!

Quand Mantra est sorti, il y a déjà eu un délai d’un an parce que le label était en pleine réorganisation. Alors toutes les sorties ont été mises de côté pendant un long moment. Ce n’était pas une situation idéale pour nous, parce que c’était pendant que je voyageais en Afrique du Sud. Après mes voyages, j’ai travaillé un moment en Asie. Quand j’étais de retour en Norvège aux alentours de 2010, je recommençais à peine à composer de la musique. Les choses progressaient sans aucun problème, jusqu’à que je sois impliqué dans des ‘problèmes de lois’ concernant l’achat d’une maison. Malheureusement, cette affaire a pris tout mon temps et toute mon énergie en 2011, et je n’avais pas trop le temps à me consacrer à la musique. Finalement, j’ai pu m’en sortir et j’ai pu reprendre la musique. Etant le seul compositeur du groupe, voici les raisons du délai de Ænigma.

 

Quels sont les thèmes que vous abordez en général dans In Vain ?! Quel est le concept que vous avez développé dans Ænigma ?!

Les paroles de In Vain aborde beaucoup de sujets. Par le passé, nous avons écris des choses à propos de la nature, des expériences personnelles, de la philosophie, des Amérindiens, etc … Dans Ænigma, il n’y a pas vraiment de concept. Notre principal objectif est la musique mais nous essayons d’écrire des choses significatives avec des paroles intéressantes qui vont avec. Nous ne faisons pas attention à avoir une vision négative ou pessimiste dans nos paroles, que tu trouves hélas dans beaucoup de groupes de metal. Pourquoi le metal doit-il être négatif ?! Finalement, nous restons neutres par rapport à toute prise de position politique ou de message religieux.

 

Quand j’ai écouté Ænigma, j’ai eu la sensation que l’album était plus puissant et les compositions plus matures. J’ai vraiment senti une réelle évolution de votre part et c’est en partie grâce à ça que j’ai attribué une bonne note à la chronique de votre dernier album. De votre côté, comment percevez-vous votre évolution depuis vos débuts à Ænigma ?! Dans votre discographie, y-a-t-il un album qui vous a plus marqué que d’autres en terme de période, de composition ?!

Merci beaucoup pour ces compliments. Je pense définitivement que nous avons beaucoup grandi depuis notre premier album. J’ai plus d’expérience depuis en tant que compositeur et je pense que tous les membres du groupe ont progressé en tant que musicien. Je considère Ænigma comme une solide représentation de tout ce que In Vain a produit et de tous les styles que nous avons exploré. Tu as des chansons lentes et lourdes comme Floating on the Murmuring Tide, des chansons plus rapides comme Times of Yore et tu as des titres avec un nouveau son plus frais comme Image of Time.

Quand ça parle d’album, je pense à notre premier EP Wounds de 2005 qui a été pour nous une barrière de franchie et c’était pour cette raison que nous avions signé chez Indie Recordings la même année. Il y a aussi notre premier album, The Latter Rain, qui était très important et c’est aujourd’hui l’album préféré de la plupart de nos fans.

 

Vous êtes plusieurs à chanter dans In Vain, et ça procure une diversité à chaque écoute de vos chansons. Est-ce un choix délibéré de votre part ? Quelles sensations voulez-vous créer à l’auditeur avec cette large palette de chants ?!

Depuis que notre musique est devenu diverse, nous faisons appel à nos différents types de voix. Nous avons beaucoup de grosses voix dans le groupe, alors pourquoi ne pas les utiliser ensemble ?! Depuis le début, nous avons toujours voulu avoir un mix de growl et voix black metal. Nous avons ajouté Sindre dans les rangs, parce qu’il a une grosse voix claire, et aussi des arrangements de choeurs sur quelques chansons. Plus tard, nous avons utilisé la voix hardcore de Kristian sur certaines chansons, plus les voix additionnels des autres membres. Comme notre musique est très variée, nous évoquons ainsi une palette d’émotions.

 

Votre musique est très riche, avec beaucoup d’éléments dans les compositions. Comment fonctionnez-vous à l’intérieur du groupe pour composer les chansons ?!

Toutes les chansons sont composées par moi. Je préfère travailler avec un ordinateur en créant des chansons dans ma tête. Ça sonne probablement bizarre mais ce que je suis en train de faire quand je suis assis et concentré, je commence un processus de création dans ma tête et je regarde où ça me mène. Quand je crée quelque chose qui me plait, je note ça quelque part. Parfois j’utilise la guitare, si je ne suis pas sûr de savoir comment jouer les riffs que j’ai composé. Tout le monde est capable de s’enflammer avec ce genre de processus de création. La clé est de savoir comment tu veux faire sonner. Ça me demande du temps pour développer cette compétence. J’utilise très rarement la guitare dans l’écriture de mes chansons. Je ne suis pas bon à l’improvisation et pas bon pour faire des chansons avec seulement une guitare.

 

Parmi les membres, quelles sont vos influences musicales et ont-elles une répercussion dans la musique de In Vain ?!

J’ai en général une très large palette de groupes et de styles que j’apprécie, et j’écoute beaucoup de choses. Pour moi, il y a seulement 2 genres de musique, bonne et mauvaise. Avec In Vain, ma vision était d’essayer de combiner les intensités des différents genres que j’apprécie, sans faire des chansons avec des sonorités pas du tout cohérentes. Mes groupes metal préférés sont : Opeth, Extol, Emperor et In the Woods …

 

La pochette de Ænigma est très esthétique, et donne envie d’en savoir plus par rapport à l’album. Qui s’est occupé de sa réalisation, et quelle est sa signification ?!

La pochette a été faite par Robert Høyem et nous sommes très heureux du travail qu’il a effectué. Nous ne voulons pas une pochette typiquement photoshop, et Robert est venu avec comme idée ce dessin. Par conséquent, nous lui avons donné des mots-clés sur tous les types d’émotions que nous recherchons. Nous pensons que la pochette est originale et ajoute de la qualité à l’album tout entier.

 

In Vain

 

Comment sont les retours de la presse métallique pour Ænigma, et comment les percevez-vous ?!

Les retours sont énormes et nous ne pouvons pas être plus heureux. Bien sûr, nous sommes très heureux avec des bonnes critiques. Les gens qui disent qui ne se soucient pas en général des chroniques sont des menteurs, ou seulement en ayant des mauvaises chroniques. Ceci étant dit, les bonnes chroniques sont seulement un bonus qui te permettent de vendre plus facilement un album ou faire une tournée. Cependant, nous jouons principalement de cette musique parce que nous adorons ça et parce que ça ajoute de la valeur pour nos concerts.

 

Si vous devez choisir une chanson dans toute la discographie de In Vain, quelle titre choisirez-vous ?!

Maintenant je te dirais Image of Time de notre dernier album Ænigma. Je pense que c’est une chanson entrainante qui sonne très frais, avec du groove et des bonnes mélodies.

 

Votre musique commence à se faire connaître davantage en France et dans le monde. Y-a-t-il des groupes de metal français que vous appréciez ?!

Beaucoup dans le groupe sont des fans de Gojira. A part ça, je ne suis pas très familier avec le metal français malheureusement. Eclaire-moi là-dessus s’il-te plait ! (Nd Raven : Deathspell Omega, Blut Aus Nord, Supuration, Hacride qui sont maintenant chez Indie Recordings … !)

 

Votre point de vue concernant la scène metal norvégienne d'aujourd’hui ?!

Je pense que la scène metal norvégienne est plus forte que jamais. Tu as toujours les vieux vétérans qui sont au dessus du lot et il y a toujours des nouveaux groupes très prometteurs qui se montrent. En Norvège, la barre a toujours été placé très haute, alors tu dois apporter quelque chose d’autre, de spécial, pour attirer l’attention. La concurrence est clairement une bonne chose pour la scène musicale.

 

Votre plus grand et mauvais souvenir avec In Vain ?!

Le plus mauvais souvenir doit être les quelques premiers concerts de notre carrière. Nous utilisions un PC pour les pistes en retrait, et ce PC était très instable. La cause venait d’un ‘click’ pour avoir de courtes pauses et ça ruinait intégralement le groove dans le groupe. Depuis, nous avons utilisé une solution différente pour le live et nous n’avons plus du tout ces problèmes.

Le meilleur souvenir est peut-être quand nous avons eu dans nos mains notre premier album, The Latter Rain, la première fois. Je me souviens que c’était un sacré moment pour nous.

 

L’année 2013 s’annonce riche pour vous. Quels sont les plans de In Vain pour la suite ?! Avez-vous d’autres projets musicaux à côté du groupe ?!

Yep, nous serons très occupés cette année. Nous sommes actuellement en tournée européenne et nous jouerons dans beaucoup de festivals cette année comme d’habitude. Sinon, j’espère commencer l’écriture du nouveau matos dès l’Automne.

Pour les autres projets musicaux, Kristian et moi avons un groupe de hardcore appelé From Strenght to Strenght. Nous avons une page facebook, n’hésitez-pas à la checker ! => http://www.facebook.com/pages/From-Strength-to-Strength/151829588218468

 

L’interview se termine et je vous laisse conclure pour la fin !

Merci beaucoup pour l’interview et pour ton soutien ! Ainsi, je voudrais saluer tous nos fans Français et j’espère vous voir nombreux pour notre concert @ Paris, Le Klub le Mardi 16 Avril !

 

In Vain

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire