/// Interview de Label Dirty8

Publié le 07/11/2008 par Niklas

Voici l'interview de Julien, membre de l'association Dirty8 (label, booking, management...) réalisée à l'occasion de la sortie européenne des albums des groupes du label Dirty8.

MF : L’association dirty8 existe depuis maintenant 8 ans. Votre activité dans la sphère musicale s’est depuis largement diversifiée, pour ceux qui seraient passés à côté, pourrais-tu présenter rapidement les activités de la structure et les groupes associés ?

Nous avons commencé exactement en 1999 lorsque les groupes S-CORE, HOUSEBOUND et feu BOTCH UP se formaient. Etant une famille très proche, nous avons décidé d’unir nos forces en créant DIRTY8. L’association nous a donc permis au début d’utiliser les fonds de chacun (gagnés sur les concerts) pour le bien de tous. Nous avons donc commencé par produire les premières démos, puis démarcher les salles de concerts, clubs et bars dans toute la France. Petit à petit, nous sommes donc devenus tourneur et manager puisque toutes les informations étaient déjà centralisées à l’association.
Rapidement, et en toute logique, nous avons commencé à produire les premiers albums des groupes (le premier ayant été S-CORE ‘Riot…Process Engaged’ en 2003) et sommes donc devenus un label indépendant.
Je passerais à côtés du récit des rencontres avec chaque groupe puisque ça me prendrait 5 pages mais à l’heure d’aujourd’hui, nous nous occupons :
- En label / Management / Booking, de : S-CORE / HOUSEBOUND / SIKH / X-VISION / SUPERBUTT
- En Management / Booking, de : HOLLOW CORP.
- En Booking France, de : BLIND MYSELF
- En Label, de : DYSfunctionnal BY choice

MF : Les groupes signés dirty8 suscitent généralement des critiques positives, comment est-ce que vous signez les groupes ? Ce sont ces derniers qui viennent vous solliciter ou au contraire vous les repérez et leur faite une proposition ?

Tant mieux pour les critiques positives !! blunk
Nous signons les groupes, bien sûr, au coup de cœur musical…après s’être pris une grosse claque en somme ; mais surtout, en très grosse partie, sur le plan humain. Toutes les signatures DIRTY8 ont toujours été en rapport avec des groupes que nous avons croisé, avec qui nous avons partagé des moments forts ; que ce soit sur scène ou en teuf (ça, c’est important blunk…Ensuite, après la rencontre, nous pouvons en venir à parler de ‘signature’…
Les groupes de DIRTY8 restent des groupes très indépendants dans leurs démarches musicales et nous nous sentons très proches les uns des autres. Nous ne voulons pas fonctionner comme un gros label qui n’aura pas beaucoup de relations avec ses artistes sinon le business mais plutôt fonctionner comme une famille, avec la même vision de la musique rock-métal indé.
Beaucoup de groupes nous sollicitent aujourd’hui mais, par rapport aux finances, nous ne pouvons pas nous permettre d’agrandir le catalogue tous les mois et par rapport à l’effectif Dirty8 qui est de 5 personnes, nous ne voulons pas qu’un groupe soit lésé par rapport à un autre et mettons un point d’honneur à ce que tous les groupes soient travaillés comme il se doit.

MF : L’engouement généré par dirty8 à conduit l’an dernier à la mise en place d’une tournée dans toute la France « le dirty8 tour » avec les groupes du collectif. Comment s’est déroulée cette tournée ? Quels retours avez-vous reçu et quels bénéfices en avez-vous tiré ?
Pour être franc, la tournée n’a pas été un succès sur toutes les dates ! Je m’en veux encore puisque je pense qu’elle à été monté trop tôt, à la sortie des albums de S-CORE ‘Gust Of Rage’ et de SIKH ‘One More Piece’en Novembre 2007…On aurait dû attendre le printemps, voire l’automne 2008 et laisser le temps aux dernières sorties d’être plus mature…C’est actuellement le problème en France ; le public n’est pas curieux… « Je connais pas, je viens pas !! »
Néanmoins, les retours du public et des médias présents n’ont été que positifs et cette tournée a quand même permis d’ouvrir une brèche dirty8 dans notre vieille France.

MF : Quels sont les difficultés réelles rencontrées par un label comme dirty8 et comment, vous, y faites vous face ?

Tout label, aujourd’hui, rencontre des difficultés…la principale étant la vente des disques qui est en baisse constante, par contre, tous les frais qui concernent la production, puis la promotion du disque en lui-même n’ont pas changé et restent élevés…C’est toujours la même règle, plus un label à du budget promo pour un groupe, plus le groupe attirera l’attention…Monnaie monnaie…
Avec Dirty8, disons que l’on s’est habitué à ne pas être confronté à ce genre de problèmes vu que nous n’avons pas de gros budgets promo, nous accentuons plus, et cela depuis le début, sur la promo de terrain /promo internet et sur le fait de faire jouer les groupes un maximum de partout et, si possible, en première partie de plus gros groupes (cf S-CORE avec PRO PAIN sur tout le mois de Septembre 2008 en Europe)…En gros, nous nous battons pour être le plus visible possible, aux bons endroits, aux bons moments…

MF : Je l’ai évoqué tout à l’heure, 8 ans d’existence, ça commence à faire… Qu’est-ce qui a changé dans le monde musical en 8 ans ? Le milieu s’est-il "durcit" ou, au contraire, y a-t-il plus de possibilités aujourd’hui ?

8 ans, c’est le temps que nous avons pris avec DIRTY8 pour se faire connaître par le public rock-métal français et européen ; je pense que nous sommes désormais devenus un label de qualité et que les adeptes du style prendront le temps d’écouter les prochaines sorties.
Donc, je ne sais pas si le monde musical à changé, sinon qu’il est plus facile d’accéder à n’importe quelle base de donnée grâce à internet, mais ce sont ces 8 années de travail qui nous ont permis aujourd’hui d’accéder à une distribution et des tournées dans toute l’Europe avec les groupes…Le milieu est juste plus difficile d’accès pour les plus jeunes groupes, car ils sont incroyablement plus nombreux et que la sélection des labels est plus pointue.

MF : Quelque chose de prévu pour les dix ans du crew ?

Il faut !! blunk On y réfléchit….

MF : Et dans dix ans, justement, comment vois-tu la structure ?

Alors là, je n’en sais rien du tout et d’ailleurs…je ne préfère pas y penser, j’aurais 40 ans !!! blunk
On avance avec des perspectives sur un an en ce moment, si le label est encore là dans 10, j’en serais en tout cas, le premier ravi !!

MF : Parlons un peu de l’actualité dirty8. dirty8 s’attaque désormais à l’Europe avec la signature chez Drakkar des groupes (sauf X-Vision signé chez Glasstone Records) pour une distribution européenne. Pourrais-tu nous en dire plus sur les circonstances de ces distributions, et quels pays seront touchés par la vague dirty8 ?

Drakkar nous ont contacté car leur label manager, Marius Kopec, est tombé amoureux de DIRTY8. S’en sont suivis des négociations puis un accord sur les premiers albums à sortir en Europe via Sony - Bmg, soit, S-CORE ‘Gust Of Rage’ ; SIKH ‘One More Piece’ et DYSBY ‘Travelling In Travel’ en ce mois de Novembre 08.
Nous sommes ravis de travailler aux côtés de DRAKKAR pour ces sorties ; ils travaillent dans le même état d’esprit que DIRTY8 et sont, depuis 20 ans, très bien implantés. Ils ont travaillé des groupes comme Lordi ou encore Nightwish ; ce qui prouve leur professionnalisme.
Pour ce qui est des pays ou les albums seront prochainement distribués par Drakkar : Allemagne, Autriche, Suisse, Angleterre, Irlande, Belgique, Hollande, Luxembourg, Italie, Espagne, Pologne et Suède.
En ce qui concerne X-VISION, c’est un agent de l’agence de booking The Agency à Londres qui nous a contactés pour une distribution sur l’Angleterre, Irlande, Allemagne, Autriche, Suisse via Glasstones Records. L’album ‘So Close, So Far’ sort aussi en Novembre dans ces pays…Un gros mois de Novembre 2008 nous attend donc !! blunk

MF : S’en suivra-t-il une tournée Européenne ? Un "European dirty8 Tour"?

Ce n’est pas au programme vu qu’un plateau DIRTY8 à 4 groupes ou plus nécessite un gros travail de logistique et bien sûr, un coût certain. Pour le moment, nous n’avons pas la prétention de pouvoir remplir les salles ou les clubs d’Europe…d’ailleurs, les albums ne sont pas encore sortis, donc, wait and see !!
Par contre, un plateau S-CORE / X-VISION est déjà en préparation et quelques supports de groupes internationaux sont en prévisions pour SIKH, X-VISION et HOLLOW CORP en 2009 dans toute l’Europe...

MF : Gojira est le seul groupe français qui arrive réellement bien à s’exporter. Tu penses qu’une sorte de curiosité, de la part des autres pays, va s’installer autour des groupes français, et ainsi l’exportation va se faciliter ?

Gojira a permis de créer un buzz autour de la France et de son métal… Est ce que la curiosité va s’installer dans les autres pays ?! Tout dépend des groupes français, il faut sortir du lot comme l’ont fait Gojira, il faut avoir quelque chose de plus pour que l’on s’intéresse à votre groupe ; la France compte de très très bons groupes et nous n’avons vraiment pas à rougir de la scène internationale, donc, tout est possible. Pour notre part, HOLLOW CORP. est signé chez Prosthetic Records aux Etats Unis et leur album ‘Cloister Of Raddiance’ est sorti en même temps que le dernier album de Gojira aux US.

MF : Comment expliques-tu, que jusqu’à maintenant il était si difficile pour les groupes français de jouer et d’être distribué hors de nos frontières ?

Tout simplement parce que la plupart des groupes français chantent…en français, une tactique qui a bien marché il y a 10 ans, mais seulement sur notre territoire et pour un accès plus facile aux radios. La tendance est actuellement à l’inverse et il est donc préférable de chanter en anglais pour pouvoir s’exporter, je crois que bon nombre de groupes français l’ont compris. Avec Dirty8, nous n’avons pas de groupe qui chantent en français ; et je t’avoue que c’est une volonté car nous travaillons beaucoup plus sur l’export…

MF : Parlons de l’avenir maintenant. Si l’aventure européenne se solde par un succès, est-ce qu’une distribution internationale est envisagée pour dirty8 ?

L’international ne dépend pas vraiment de ce qui se passera en Europe…Tous les pays restent complètement différent les uns des autres en terme de marché rock-métal. Nous sommes déjà en pourparler avec un distributeur au Japon et un autre en Australie ; HOLLOW CORP. est déjà distribué par Prosthetic Records ( Le même label que Gojira d’ailleurs) aux Etats Unis…On avance donc déjà, et depuis quelques temps sur les distributions dans le plus de pays possible, c’est notre principal travail en ce qui concerne le management.

MF : Merci d’avoir pris le temps de répondre à ces questions, je te laisse le mot de la fin.

Merci pour cette interview et ton intérêt pour DIRTY8.
J’espère que les métalleux français seront de plus en plus nombreux à nous soutenir !!
Rock’On !!

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire