/// Interview de LOPSIDED

Publié le 06/06/2013 par olivier no limit

LOPSIDED vient de sortir "Holda's Grace": un OVNI ....bien plus loin que le progressif traditionnel

 

1.en quelques mots comment pourriez- vous présenter votre groupe (son style)

Le style est toujours délicat à définir, car on tient vraiment, et ce depuis les débuts du groupe, à présenter quelque chose d'original et de personnel. Le groupe a donc un son assez atypique et regroupe des influences post-rock, progressive, métal et rock. On est donc tombé d'accord sur l'étiquette, car il en faut toujours une, de post-rock progressif, une manière de suggérer des influences qui vont de Tool, Karnivool ou Porcupine Tree à Glassjaw et At-The Drive-In.

2.quelle en est la génése, comment vous est venu l’idée de faire ce groupe ?

La formation de base est déjà ancienne mais a connu pas mal de changements de musiciens, en particulier pour la basse et la batterie. Le groupe est né dans l'idée de se faire plaisir et de jouer du bon gros rock-métal, avec de bonnes mélodies de chant. D'autres influences se sont greffées au fur et à mesure de notre évolution et le style s'est forgé au fil de ces découvertes musicales et des apports des nouveaux musiciens.

3.comment se passe le travail de composition et qu’elles ont été les conditions pour « mettre en son » votre derniere « galette » ?

L'album a été composé sur un laps de temps assez long. On a connu quelques soucis de line-up qui nous ont un peu retardé, même si on a su continuer à avancer sur le projet en parallèle de l'intégration des nouveaux zikos. Les compos dont au départ maquettées par les 2 guitaristes puis retravaillées et arrangées ensemble. Le processus de composition est vraiment démocratique et chacun est libre d'apporter ses idées et influences. Une fois terminée la phase de composition, début 2012, on s'est rapproché de Romtomcat (https://www.facebook.com/pages/Ro...&id=232475213562000&sk=info) avec qui on avait déjà eu l'occasion de travailler sur notre maxi "In Your Steps" (2009). Il a assuré l'enregistrement puis le mixage et le mastering de l'album et on est très satisfait de son travail. Il a vraiment compris nos exigences et a su parfaitement restituer l'ambiance que l'on souhaitait donner à "Holda's Grace".

4.comment a été accueilli, pour l’instant, votre dernier album ?

L'album est sorti depuis le 17 mai. Il est disponible via notre boutique Bigcartel (http://lopsided.bigcartel.com/) et est distribué nationalement via SOM. Il est encore trop tôt pour juger de son impact réel mais les premiers retours sont plutôt bons. Les chroniques sont élogieuses et on sent que le nom du groupe commence à bien tourner. C'est encourageant mais on n'entend pas s'arrêter en si bon chemin, l'objectif est vraiment de faire connaître l'album au plus grand nombre.

5. vos projets ?

Tourner. On est vraiment impatient de défendre l'album sur scène. Nos partenaires Dream On et Nao Noise travaillent actuellement à nous trouver des bonnes dates. Le bon accueil critique de l'album nous rend optimiste à ce sujet et on espère vraiment jouer massivement et un peu partout sur la saison 2013-2014. Un projet de clip est également à l'étude même si rien de concret n'est encore défini. On aimerait vraiment retranscrire en image notre musique et avons quelques idées dans cette optique. La pochette du digipack, réalisé par Maxime Foulon (www.maximefoulon.com), est très forte et originale par rapport aux standard qu'on retrouve généralement dans le style. On espère continuer dans cette voie en continuant à développer l'aspect visuel. On se remet aussi tranquillement à composer pour préparer notre prochain disque.

6.que pensez- vous de la scéne metal française à l’heure actuelle ?

Je la trouve très active et "décomplexée". Depuis quelques années on assiste à l'émergence de groupes qui proposent vraiment des choses originales et surtout de qualité. Il semble également que la scène soit mieux structurée ce qui permet aux groupes de se développer et de renvoyer une image plus "pro" que dans le passé. Le succès international de Gojira a peut être donné des idées et montré qu'on pouvait faire de très bonnes choses, même dans un pays à la culture rock sous-développée. Aujourd'hui des groupes comme Klone ou Trepalium s'exportent et on voit grandir plein d'autres formations qui proposent des projets qui tiennent la route (Last Barons, Lizzard, Headcharger...)

7.arrivez- vous à vivre, un peu , de votre musique ?

Yohann et Marvin (respectivement bassiste et batteur) sont peut-être plus concernés par la question puisqu'ils misent tout sur la musique. Disons qu'il est difficile de vivre de créations, et beaucoup moins de reprises. Les structures à démarcher sont différentes et les cachets avec. Dans tous les cas, il reste absolument indispensable de bosser sur plusieurs projets pour espérer s'en sortir musicalement et surtout financièrement, et donner des cours apporte une autre alternative pour éviter les fins de mois difficiles. L'autre solution peut être de se former, via les cursus musicologie ou les écoles de formations aux métiers des musiques actuelles, afin d'avoir une solide base. Yohann a choisit cette option et commence à vivre de ça, finançant sa formation via des subventions du Conseil Régional tout en multipliant les plans avec cachet en parallèle.

8.question que j’aime à poser : qu’est ce qui vous attire dans la « musique qui fait du bruit » ?

C'est peut-être l'énergie que ça dégage, le côté "ça fait du bien d'écouter une musique qui me donne envie de sauter dans tous les sens", la puissance et l'énergie que tu peux dégager et faire ressentir à jouer cette musique. Ce style permet également d'aller chercher plus loin pour se donner sur scène, un côté exutoire positif. Au delà de ça, on est avant tout intéressé par la composition et l'aspect mélodique et "émotionnelle", parfois bien caché il est vrai, qui ressort du rock et du métal.

9.votre meilleur souvenir, votre plus mauvais.

Pour les meilleurs souvenirs je citerais les différentes sorties discographiques, ça marque à chaque fois l'aboutissement d'un projet et un signe que le groupe avance. Certains concerts, notamment les premières parties de Klone, Headcharger ou Hacride, restent également de très bon souvenirs. On espère d'ailleurs toujours que le meilleur est à venir. Pour les mauvais souvenirs on peut citer les différents changements de musiciens, on a pas été épargné à ce niveau et ce sont toujours des moments d'incertitudes délicats à gérer. Mais on a toujours su se relever et continuer à faire avancer le projet. Pour positiver on peut même souligner la fraicheur et les nouvelles influences ou méthodes de travail qu'apporte chaque nouveau musicien, ce qui nous permet de continuer à avancer et d'enrichir musicalement le groupe.

10.autre chose à rajouter ?

Un gros merci à Metal France. On invite les lecteurs à découvrir l'album et on espère avoir l'occasion de les convaincre en live en venant jouer un peu partout très prochainement.

 

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire