/// Interview de Lovelorn Dolls

Publié le 07/02/2013 par Requin Volant

Une interview en toute simplicité afin de vous présenter cet OVNI découvert dans le cadre du H'elles on Stage.

 

 

Salut à vous, merci d’accepter de prendre un peu de temps pour répondre à mes questions afin de faire découvrir votre groupe.

 
Premièrement, est-ce que vous pourriez me présenter Loverlorn Dolls dans les grandes lignes (Membres, influences, création du projet,…) ?

 

Corpus : j'ai l'habitude de dire que si j'étais Arjen Lucassen, Lovelorn Dolls serait Stream of Passion. C'est suite à un opéra rock que j'avais composé et sur lequel  apparaissaient de nombreux chanteurs et chanteuses, dont Ladyhell, que le projet a débuté. Nous avons commencé à deux à composer des morceaux qui combinent nos goûts respectifs. Quant à mes influences... tout ce qui me plaît m'influence certainement. On ne dirait pas mais il y a du Tool, du Dream Theater et du Rammstein dans Lovelorn Dolls. 

Au niveau des membres, nous avons commencé à deux, nous avons travaillé et travaillons avec d'autres musiciens mais pour le moment on peut dire que LD c'est un duo,un peu comme Sirenia.

 

Vous avez participé au H’elles on Stage en octobre dernier (C’est d’ailleurs là que j’ai découvert votre groupe), comment cela s’est-il passé ? Avez-vous été contactés par l’asso Femâles ou était-ce une candidature ?

 

Ladyhell : Au départ l’affiche était complète, puis un groupe s’est désisté. Clémentine Delauney (asso Femâles) m’en a parlé et nous avons décidé de faire jouer Lovelorn Dolls en lieu et place. Une bonne idée puisque cela mettait de la diversité dans la progra du fest !

 

Qu’avez-vous pensé du festival ? Du public à votre égard étant donné que vous vous posiez plus ou moins en tant qu’OVNI au milieu de la programmation ?

 
Corpus : Nous revendiquons carrément le statut d'OVNI. Le female fronted plus classique regorge déjà de pas mal d'excellents groupes et nous ne pourrions rien apporter de nouveau dans ce style que personnellement j'écoute régulièrement.  J'ai trouvé le public du HOS très ouvert et très sympa.  Disons-le, c'est à ce jour le meilleur souvenir de la jeune carrière du groupe.

Ladyhell : J’ai adoré jouer là-bas, et j’espère que nous aurons l’opportunité d’y revenir. Le public était chaud, et on s’est super bien amusés. On a aussi été super bien reçu par l’organisation. Un super souvenir !

 

 
Un mot sur l’album à venir du point de vue de l’univers musical, des thématiques, de l’artwork ?

 

Ladyhell : L’artwork a été créé par Gogo Melone. J’ai complètement flashé sur ses créations graphiques, et il était évident de faire appel à elle pour Lovelorn Dolls. J’adore les contes, le merveilleux, le fantastique.

LovelornDolls, c’est tout d’abord une atmosphère – visuelle et musicale. C’est un voyage merveilleux dans lequel on veut inviter l’auditeur. Les chansons sont catchy e ambiantes, les thématiques abordent des thèmes universels, tels que l’amour ou la haine.

 

Comment s’est déroulé l’enregistrement ?

 

Corpus : très bien blunk Nous avons hésité au début concernant le choix du producteur. Nous pensions, par facilité et proximité, travailler dans un studio en Belgique... mais avec le risque de ne pas avoir l'interlocuteur qui développera le son et l'univers tel que nous le désirions. Mais à l'heure d'internet on peut résoudre facilement le problème des distances.

Donc j'ai pris deux CDs récents dont le son me plaisait vraiment : le Pins and Needles de The Birthday Massacre et Dreams in Formaline de Omega Lithium. J'ai regardé dans le livret qui les avait produits et cherché sur le web à contacter les producteurs. Peu de temps après j'ai reçu un mail de Victor Love qui a produit Dreams in Formaline et nous avons débuté la production de l'album. Mis à part la batterie qui a été captée dans un studio, le reste est "homemade". Victor a mixé et masterisé le tout. Je dois dire que je suis très satisfait du résultat. Les morceaux qui figuraient sur l'EP ont eu une relecture et bénéficient maintenant d'une prod digne de ce nom.

 

Chez qui sortira-t-il ?

 

Ladyhell : L’album sortira sur le label Alfa Matrix. C’est un label belge qui produit des groupes electro-indus-rock. Ils ont flashé sur notre projet et on est très heureux de faire partie de la famille. Je dis « famille » parce que les groupes qui sont signés chez eux sont très liés. On bosse tous ensemble, on s’entraide, on fait des remixes pour les uns et les autres. Bonne ambiance !

 

Une impression,  je ne sais pas si ce sera vu comme un compliment ou non, mais vous ressemblez (esthétiquement et musicalement) pas mal au groupe The Birthday Massacre. Est-ce volontaire ? Est-ce dû à vos influences ou est-ce plutôt un hasard lié à vos compos et à l’univers dans lequel vous vous inscrivez ?

 

Corpus : quand nous avons travaillé sur les compos, je ne connaissais TBM que de nom. J'avais juste écouté un morceau sur Youtube. Depuis je me suis bien rattrapé et je suis devenu fan. Je pense qu'on ne sonne pas comme eux. Même si nous utilisons des synthés, nous avons un son plus organique et plus rock. Mais en tout cas ils ont fini de nous persuader qu'il fallait laisser transparaître notre univers au niveau de l'image que nous véhiculons.

Ladyhell : Je connais bien TBM. La première fois que j’en ai entendu parler, c’était pour faire leur première partie à Bruxelles, avec mon ancien groupe. Cela remonte à 2005. Un excellent souvenir ! Leur ressembler est un compliment, mais on ne doit pas non plus se faire « bouffer » par la ressemblance. Je pense avoir mon propre timbre de voix, et une personnalité différente de Chibi. Et puis j’ai d’autres influences : Garbage, Placebo ou Radiohead. Maintenant, quand un nouveau groupe comme nous arrive sur le marché, les gens aiment bien avoir un point de comparaison pour savoir à quoi ils ont affaire. Alors, si cela peut les pousser à nous découvrir, why not ?

 

Avez-vous des dates de concerts prévues prochainement ? Pouvons-nous espérer vous revoir en France bientôt ?

 

Ladyhell : Nous cherchons des dates, mais ce n’est pas toujours simple. Nous allons fêter la sortie de l’album le 16 mars à Bruxelles. Nous espérons vraiment revenir en France rapidement, parce que la dernière fois, c’était trop bien !! A bientôt les Français !!!

 

 

Pour vous donner une idée, voici le premier clip issu de l'album à venir : Purple.

 

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire