/// Interview de Otargos

Publié le 10/10/2013 par Dzo

Apex Terror, nouveau méfait d'Otargos, signe irrémédiablement un tournant majeur dans la carrière du combo français. Aux oubliettes Corpse Paint, Black Metal & Co pour s'ouvrir désormais à de nouveaux horizons. Retour sur le commencement de cette nouvelle ère avec Dagoth, élément moteur du groupe.

Salut Dagoth, merci de nous accorder cette interview pour Metal France.

 

Trois ans après la sortie de No God, No Satan, vous venez de livrer votre cinquième opus, Apex Terror, qui marque résolument une nouvelle ère dans la carrière d’Otargos. Peux-tu nous parler de la thématique de ce nouvel album?

Dagoth: Les thématiques sont assez diverses mais gravitent néanmoins autour du futur lointain , de la chute de notre espèce. Il y a beaucoup d'inspirations tirées de l'univers W40K dont j'ai toujours été fan, et de cosmologie, chose qui me passionne au plus haut point. Ça pourra paraitre un peu SF pour certain.

 

Vous avez récemment signé chez Listenable Records, délaissant le label français Season Of Mist. Y a-t-il une raison particulière à ce changement?

Dagoth: Pour être plus précis, notre contrat avec SOM était arrivé à son terme. Listenable était pour nous le meilleur choix que nous puissions faire, nous suivions ce label et son boulot depuis pas mal de temps. J'espère que notre collaboration durera longtemps.

 

Comment se passe le processus d’écriture au sein d’Otargos? Est-ce essentiellement toi la tête pensante du groupe? Ou tout le monde est mis à contribution?

Dagoth: J'écris et compose effectivement la quasi-totalité de la musique et des textes d'Otargos. Cependant j'essaye régulièrement de tenir compte des remarques, avis, idées et propositions des autres membres, ça reste important. Donc lorsqu’un nouveau morceau est composé je le fait écouter aux autres afin de recueillir leurs réactions et ainsi retoucher, améliorer en fonction si j'estime que ça vaut le coup. Nous avons tous des gouts différents, c'est intéressant de les mettre en commun.

 

Je crois savoir que toi et XXX, l’ancien bassiste d’Otargos, êtes amis depuis très longtemps. Son départ a-t-il été un évènement perturbant pour la vie du groupe et pour la composition d’Apex Terror? Sachant qu’Otargos a été fréquemment confronté à des changements de line-up.

Dagoth: Ça n'a pas vraiment perturbé la composition car il a quitté le groupe après le studio. Cependant son départ a quand même bouleversé pas mal de choses. En effet, il était comme "la voix" d'Otargos car il s'occupait depuis toujours de toute la partie management/booking/communication. J'ai repris à présent tout ceci en main, j'ai les pleins pouvoirs! Hahaha!

 

Le visuel prend ou prenait une place prépondérante dans Otargos, à en voir la qualité de vos clips, notamment les deux derniers, qui sont très réussis. Est-ce une expérience que vous allez renouveler pour le nouvel album?

Dagoth: Nous avons des idées de clip oui, mais pour être honnête, pour réaliser quelque chose d'intéressant nous manquons à ce jour des fonds nécessaires... Nous verrons plus tard.

 

Désormais, vous avez abandonné le Corpse Paint et l’imagerie sombre du groupe, au profit de concerts plus « sobre ». Est-ce pour Otargos une façon de se détacher définitivement de l’imagerie Black Metal? Est-ce que ce mouvement te parle encore actuellement?

Dagoth: Nous avons voulu renforcer le coté moderne et contemporain d'Otargos, j'estime que le groupe n'a plus besoin d'artifice visuel pour s'imposer. Effectivement c'est aussi une manière de nous détacher définitivement de l'imagerie BM, avec Apex Terror nous débutons une nouvelle ère. Personnellement je ne m'intéresse plus vraiment au mouvement BM depuis pas mal de temps.

 

L’artwork, bien plus épuré et moderne que les albums précédents, a été réalisé par Dehn Sora, qui a notamment travaillé sur 777- Cosmosophy de Blut Aus Nord. Es-tu satisfait du résultat et de cette collaboration?

Dagoth: Complètement satisfait oui! C'est exactement ce que nous voulions. Nous lui avons donné certains mots clef, ainsi que tous les textes de Apex Terror afin qu'il s'en inspire... Le résultat est excellent, je pense sans trop me tromper que nous retravaillerons avec lui.

 

As-tu un ressenti particulier sur la scène hexagonale, qui s’exporte de plus en plus, que ce soit dans divers styles de Metal? As-tu des favoris?

Dagoth: Je suis un peu un insociable et ne m'intéresse guerre à l'actualité des autres groupes, donc je n'ai pas trop d’avis. Néanmoins j'ai toujours la même impression: le public français ne supporte pas beaucoup ses propres groupes et ont trop tendance à critiquer les formations qui se sortent les doigts du cul pour avancer.

 

Dans ma chronique d’Apex Terror, je disais ressentir des influences plus éclectiques, notamment sur ‘Fleshless – Deathless’ ou je retrouve une touche de Gojira. Que penses-tu de cette comparaison?

Dagoth: C'est intéressant, tu n'es pas la première personne qui me fait la remarque. Pourquoi pas après tout, j'ai toujours apprécié le travail et la musique de Gojira, on a souvent tendance à s'inspirer inconsciemment de ce qu'on aime. Maintenant je n'ai pas pour objectif de faire du Gojira.

 

Que penses-tu des détracteurs, bien présents dans le milieu Black, qui dénigre systématiquement un groupe ou un album dès que celui-ci connaît un « succès » grandissant, plutôt qu’un groupe « True » qui sort des tapes enregistrées dans les égouts? Êtes-vous encore confrontés à ce genre de réactions avec Otargos?

Dagoth: Otargos a été confronté à ce genre de réactions dès le début. Je trouve cette attitude ridicule et ne fait que pourrir la scène. En tant que musicien, les égoûts ne m'intéressent pas, je préfère emprunter fièrement la route!

 

Il y a quelques années, vous aviez tourné avec Watain, tournée ou il y a apparemment eu quelques soucis… Peux-tu nous raconter ce qu’il s’est passé?

Dagoth: Perso j'en ai un peu assez d'en parler et de me justifier face à la vingtaine de versions plus farfelues les unes que les autres que j'ai entendu.

 

"Nous entamons un nouveau chapitre, une nouvelle décennie, il ne tient qu'à nous à présent de faire du "nouveau" Otargos une entité qui fera "oublier" le passé."

 

La production moderne et impeccable risque de faire parler, même si Apex Terror n’a rien de BM, le nom Otargos suffira à débattre là-dessus… As-tu déjà pensé à changer de nom pour que le public puisse bien faire la distinction? Sachant que pour beaucoup, Otargos = Black Metal.

Dagoth: Oui j'y ai pensé, mais trop tard à vrai dire. Malgré tout je ne tiens pas non plus à renier tout ce que j'ai fait jusqu’à présent. Otargos a musicalement fait du BM pendant 10 années, c'est indéniable, et ce même si l'idéologie était différente des autres formations. Nous entamons un nouveau chapitre, une nouvelle décennie, il ne tient qu'à nous à présent de faire du "nouveau" Otargos une entité qui fera "oublier" le passé.

 

J’ai vu sur les réseaux sociaux qu’une tournée est en préparation, peux-tu nous dire quelques mots la dessus? Va-t-il y avoir beaucoup de dates en France?

Dagoth: Des dates en Grande-Bretagne sont en cours de préparation, une tournée française sera certainement bookée aussi plus tard. Tout ceci est en préparation donc je préfère annoncer les choses quand elles seront plus concrètes!

 

Merci de tes réponses! Je te laisse le mot de la fin et te souhaite bonne continuation avec Otargos et Regarde Les Hommes Tomber.

Dagoth: Merci à toi, à Metal France et à tous nos fans!

 

Chronique d'Apex Terror

Page Facebook d'Otargos

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire