/// Interview de Pestifer

Publié le 16/07/2011 par darkgrinder

Deux trois éléments m'avaient particulièrement titillé à l'écoute de l'excellent Age Of Disgrace (voir chronique si ce n'est pas déjà fait).

Il ne m'en fallait pas plus pour me pousser à leur poser quelques questions. Le résultat fut aussi brutal que leur album

- Combien de temps ça vous a prit pour composer "Age Of Disgrace"?

Tout d’abord, bonjour. Eh bien comme je suppose tout premier album d’un groupe, la période de composition fut étirée dans le temps. On ne s’est pas retrouvé un beau jour en se disant « Tiens les gars, si on formait un groupe et qu’on composait 10 chansons pour dans six mois ». Donc entre les changements de personnel et les diverses périodes du groupe je dirais genre quatre ans.
- On a pu constater qu'un titre avaient changé de nom entre votre Ep et "Age Of Disgrace"."Wrested From Saturn" est devenu "Tentacles Of Damnation". Pourquoi ce changement?

Well, il se fait qu’on s’est séparé de notre chanteur de l’époque et que lors du choix des morceaux qui figureraient sur l’album on a eu envie de réenregistrer cette chanson. Comme les textes et concepts de l’époque reflétaient uniquement l’avis et les idées de l’ancien chanteur et non du groupe, on a chargé Jérôme (l’actuel chanteur) d’écrire de nouvelles paroles, et dans la foulée de changer de titre puisque «Wrested from Saturn » n’avait plus aucun rapport.
- De quoi parle votre album?

De divers sujets, l’existence, l’inconnu, la mort, la vie, l’avenir, la nature, la boulangerie, les nains, le caca…
- Qu'est-ce qui vous a inspiré pour le faire?

Euh… Ben rien de particulier. Le cheminement classique j’imagine. L’envie de jouer du metal et de faire des concerts. Bien que n’ayant qu’une démo à notre actif, on n’a pas spécialement vu l’intérêt d’en refaire une deuxième alors qu’on avait bien assez de chansons pour un album complet. Sinon l’inspiration, difficile de dire d’où elle vient.
- Comment se porte la scène metal belge? Au niveau des groupes; Et au niveau de la fréquence et de la qualité des concerts.

Au niveau des gros concerts, on n’a pas à se plaindre, dans la mesure où la Belgique n’est jamais épargnée par les grosses tournées. Donc je pense qu’on a le loisir de voir la plupart des groupes établis, et ce jamais très loin de chez nous vu que le pays est petit. Niveau underground, il y a des concerts tout le temps et partout, mais je pense que les groupes restent malheureusement cantonnés à leur région natale. C’est pas si évident de jouer ailleurs dans la mesure où peu d’orgas prennent le « risque » de faire jouer un groupe inconnu qui ne ramène personne. Je dirais que les concerts ressemblent plus à des rassemblements de potes qui on envie de boire des bières. Si le groupe du coin joue il y aura du monde, et si t’as un super groupe étranger mais inconnu, les gens se bougeront pas le cul. Du moins c’est comme ça que je le perçois. La qualité est variable, de super à merdique.
- Le niveau technique que vous avez atteint avec vos instruments respectif est impressionnant. Vous avez commencé jeunes, vous avez pris des cours ou vous jouez en longueur de temps?

Je dirais que ça doit faire entre dix et quinze ans qu’on joue. Je ne peux pas retracer le parcours de chacun, je peux juste te dire qu’Antoine, notre premier guitariste, est le plus au courant en musique dans la mesure où il est prof de guitare et qu’il a commencé très jeune à apprendre la théorie et tout le bordel. Les deux autres musiciens et moi-même sommes autodidactes. En plus on a femme et boulot, donc non, on ne joue pas à longueur de temps. Chacun s’arrange comme il peut pour avoir le niveau requis.
- Personnellement, pour obtenir la signature d'un label j'ai l'impression qu'il s'agit plus d'une affaire de chance qu'autre chose. Quel est votre avis sur la question?
J’ai pas trop d’avis sur la question, mais notre signature semble confirmer ton impression. On a envoyé notre album à des tas de labels du plus petit au plus gros, et je dois dire que seule une infime partie a daigné répondre (non en l’occurrence). Ultimhate Records, qui nous a signés est tombé par hasard sur notre page myspace et nous a contacté de son propre chef. Comme quoi…

- Un peu de potin maintenant. Pestifer a connu quelques changements de line-up. Qui est parti? Qui est apparut? Pourquoi? Et quels impacts cela a t'il eu sur le groupe?

Oufti. Je vais t’épargner les détails car je pense que tes lecteurs n’en ont rien à branler des prénoms de tout ceux qui sont passés une répète ou quelques semaines dans le groupe. Les seuls changements importants concernent le line-up de la première démo et celui de l’album, car cela a changé quelque peu le son du groupe. A l’époque nous n’avions qu’une guitare, et l’ancien chanteur avait un style de chant plus déconcertant. Ceux qui ont notre démo l’ont bien compris. Surcharge de texte sur toutes les notes en passant par un maximum d’intonations du black au death et tout un spectre entre les deux. Mouais. Donc ce changement de chanteur à, je pense, laissé la musique s’exprimer en lui laissant beaucoup plus de place. La voix et la manière de placer les textes de Jérôme ont tendance à mieux structurer la musique, tandis que son prédécesseur rajoutait du bordel jusqu’à l’overdose. La seconde guitare à quant à elle vachement épaissi le son, et permis des tas de nuances et d’harmonies supplémentaires. Définitivement ce line-up est le meilleur.
- Qu'est-ce qui vous plaît dans le death metal?

C’est un style très libre. Tu peux être primitif ou être technique, aller vite où lentement, passer par une multitude de riffs, avoir des structures de chansons aussi tordues que tu le souhaites,… Puis bon, un bon grognement, une ambiance démoniaque,… Enfin, je dis ça , mais chacun à sa manière de voir le truc. Les puristes ou les jeunes nouveaux ont probablement des raisons bien différentes d’aimer le death. Sur ce, aujourd’hui cette étiquette brasse tellement large que je suis même plus sûr de savoir ce qu’on appelle death ou pas. Beaucoup de merde dans le tas en tout cas.
- Si vous étiez né 40 ans plus tôt qu'auriez vous écouté à votre avis?

Ca fait 1942 en ce qui me concerne…Hum, du coup c’est pas bien bandant. J’aurais sûrement écouté les rockers de l’époque : Maurice chevalier, Les frères Jacques, et bien sûr Monsieur 100 000 volts : Gilbert Bécaud.
Merci et à très bientôt!

De rien. Trouvez le moyen de vous procurer Age of Disgrace et achetez-le puis suicidez vous.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire