/// Interview de Seth

Publié le 31/07/2012 par Dzo

Après sept ans de silence, et près de quinze ans après la sortie de 'Les Blessures De L'Ame', Seth revient sur le devant de la scène après avoir ressorti son premier opus chez Season Of Mist. Pour immortaliser ce retour, entretien avec Heimoth, membre fondateur des maitres du Black symphonique français.

 Bonjour Heimoth, tout d’abord, permets-moi de te remercier pour le temps que tu accordes à cette interview et à notre webzine Metal France.

 

Seth est connu dans l’hexagone ainsi qu’aux alentours, mais pour ceux qui ont loupé le coche, peux-tu faire une présentation succincte du groupe?

Heimoth: On a commencé en 96 si ma mémoire est bonne, sorti notre premier album sur Season Of Mist en 1998 jusqu'à notre quatrième en 2004 sur AvantGarde. On reste qualifié de groupe Black Metal car, je pense, nous avons fait figure de pionner dans le genre en France – cela dit nos quatre albums restent volontairement assez différents recouvrant plusieurs registres du métal extrême. Le groupe a commencé à tourner assez tardivement, début des années 2000.

 

Près de sept ans se sont écoulés depuis votre split. D’ailleurs, peut-on parler de split ou seulement de pause à durée indéterminée? Quelles ont été les raisons de ce break? A l'époque ces dernières n'étaient pas très claires...

Heimoth: Il n'y a jamais eu de Split officiellement annoncé mais plutôt un break. Personne au sein du groupe ne savait réellement ce qu'il allait advenir de ce groupe, j'ai donc préféré appeler cela comme tel. Après presque dix ans de fidélité, j'avais envie d'autre chose et de manière plus pratique j'ai dû m'installer à l'étranger. Il n'y avait pas d'autres choix que d'agir comme tel. Quand une certaine routine se fait sentir je crois qu'il faut savoir prendre les décisions qu'il s'impose.

 

Qu’est ce qui vous a motivé à vous reformer? Travaillez-vous actuellement sur un nouvel album?

Heimoth: J'avais retrouvé le temps et l'envie qu'il me manquait pour ce groupe. J'avais vaguement évoqué l'idée aux autres membres de reprendre et ils ont tous répondu de manière positive. En fait cela s'est passé de manière très simple et le déclencheur a été une proposition de concert en Allemagne l'année dernière.

 

Durant ces années, étiez-vous tous répartis dans différents side-projects? Je crois savoir que toi et Cyriex officiez dans Decrepit Spectre.

Heimoth: Oui nous avions tous des groupes différents, mais cela est toujours le cas. J'ai pu m'investir dans différents projets, de tous bords, ambiant comme electro, ou encore Metal dans Decrepit Spectre avec en effet notre gratteux Cyriex et des membres étrangers (Code, ex-DHG). Bref je n'ai en fait pas trop chômé durant ces années..!

 

Parlons à présent de la réédition de votre premier album, ‘Les Blessures de l’Ame’. Pourquoi avoir choisi de ressortir cet opus, près de quinze ans (déjà) après sa sortie? Sachant que Seth est en constante évolution musicalement, et que cet album sonne différemment de vos dernières sorties…

Heimoth: Cet album n'a certes rien à voir avec ce que l'on peut faire pour le moment, mais l'idée n'était pas précisément de ressortir un vieil album en lien direct avec une musique plus représentative d'aujourd'hui. Cet album reste une pierre angulaire pour le groupe et il n'était plus disponible sous son format originel. Nous avions déjà par le passé abordé l'idée avec le label de le ressortir – puisque nous reprenions les lives il m'a semblé évident de saisir l'occasion en le ressortant au même moment.

 

La réédition contient notamment deux titres en plus de la version parue en 1998. Ce sont des vieux morceaux qui figurent sur ‘War Volume III’. Pourquoi avoir choisi de les faire figurer sur cet opus?

Heimoth: Le label voulait des titres en plus. Je pense qu'il y a de l'intérêt à ressortir quelque chose de vieux à partir du moment où l'on peut y ajouter des nouveautés. Ces deux morceaux sont, je crois, passés assez inaperçus, il nous fallait deux morceaux, la prod appartenait à Season Of Mist, ça tombait un peu sous le sens..

 

Sur ‘Les Blessures de l’Ame’, ce n’était pas le même chanteur qu’actuellement, est-ce un point gênant pour vous? Ou cela ne vous pose aucun problème?

Heimoth: Cela me poserait un gros problème si j'estimais mon chanteur actuel moins bon. Et c'est plutôt l'inverse!

 

D’ailleurs en parlant de votre premier chanteur, entretenez-vous encore des contacts avec Vicomte Vampyr Arkames?

Heimoth: Aucun.

 

L’artwork de cette réédition a également changé. Pourquoi ne pas avoir gardé l’ancien, le trouviez-vous obsolète? Qui s’est occupé de créer le nouveau design?

Heimoth: En fait, la nouvelle pochette est directement tirée de l'intérieur du booklet d'origine. Les symboles utilisés avaient été dessinés par Faucon Noir, notre bassiste de l'époque. Je l'ai recontacté pour savoir si il était ok pour retravailler avec nous, cette fois pour uniquement se consacrer au lay out, il était ok. Il a donc repris son ancien travail en faisant quelques modifs. Le but était encore une fois de se replonger dans l'esprit de l'époque tout en ajoutant une nouvelle touche.

 

Visiblement, le vinyle était attendu et s’écoule très bien, puisqu’il était sold-out un moment chez Season Of Mist, j’en étais le premier dégouté! T’attendais-tu à un tel succès?

Heimoth: Non le vinyle reste toujours dispo! En revanche les 1000 copies Cd se sont écoulées de chez le label. En tout cas, il nous en reste sur le webstore du groupe http://www.freewebstore.org/seth-official/ 

 

Tu as sûrement déjà eu le droit au pitoyable refrain du style ‘ils ressortent cette galette en LP juste pour le fric’. Qu’as-tu envie de dire aux mauvaises langues qui ragotent cela? Et on sait qu’il y en a beaucoup dans le milieu du Black.

Heimoth: Oui. Je pense qu'ils vivent dans un autre temps...

 

Vos influences musicales au sein de Seth sont-elles identiques qu’à vos débuts? Êtes-vous toujours bercés par le black norvégien des années 90?

Heimoth: Pas vraiment. En ce qui me concerne je n'écoute guère plus de BM puisque la plupart des groupes m'emmerdent... Le style tourne généralement en rond. Sauf évidemment pour une poignée de groupes. Sans parler du fond, globalement la forme n'est guère mieux. J'aime bien les Keep of Kalessin (Armada) ou Thorns etc... à condition que le style reste noir et ne soit pas trop mélodique. Je réécoute rarement ce que j'écoutais en fin 90 mais quand cela me prend cela reste toujours appréciable!

 

Seth a toujours manifesté une réelle envie de se produire en live. Que penses-tu de groupes français comme Haemoth, Blut Aus Nord ou Deathspell Omega qui restent très secret, et refusent ce contact avec le public et la scène?

Heimoth: Justement pas vraiment... Comme je le disais plus haut, le groupe a commencé à jouer en live très tardivement. Je crois qu'à l'époque des deux premiers CD le groupe n'avait joué avec Arkames que trois fois en live! Donc bon... Trois fois en six ans c'était rien. Le groupe s'en foutait en fait. Mais après la sortie de 'L'excellence' on a commencé à vouloir se représenter un peu plus, à l'inverse du chanteur d'origine. C'est aussi pour cela qu'il n'a pas continué le groupe. Quant aux groupes que tu cites, je ne connais pas réellement leur musique, donc je ne peux pas juger mais je respecte totalement le fait de ne pas vouloir jouer live.

 

Toujours à propos de concerts, à l’occasion de votre reformation, vous avez fait quelques dates en Mai. Comment se sont passées les ‘retrouvailles’ avec votre public? Avez-vous été bien accueilli par celui-ci? Les retours de cette mini-tournée ont-ils été positifs?

Heimoth: Oui que du positif. Cela nous a permis de bien se remettre sur les rails et de renouer avec notre public. La meilleure date était à Paris, mais dans l'ensemble je crois que ce fût un peu comme un déclencheur pour le groupe..

 

Quel regard portes-tu en général sur l’évolution de la scène Black Metal actuelle? Plus particulièrement sur la scène française, qui comporte des groupes de grande qualité (ceux évoqués plus haut notamment, mais aussi Aosoth, Temple Of Baal, Nehëmah).

Heimoth: J'ai du mal avec certains groupes de BM qui font du BM pour faire BM... La plupart du temps j'ai toujours l'impression d'écouter des groupes qui tentent de faire quelque chose de méchant tout en faisant au final l'inverse. C'est à dire que le but premier du BM qui est de créer une atmosphère avant de penser à faire des compils de riffs me semble aujourd'hui complètement oublié. Et c'est bien dommage. Je ne parle pas pour ces groupes que tu cites au-dessus qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu, mais toujours est-il que trop souvent les groupes de BM manquent de réelle identité: on part d'un riff, on fait un blast, on place une voix criarde et hop la reverb fera l'ambiance et la mélodie la différence. C'est très schématisé mais c'est comme cela que je ressens encore certains groupes. Et c'est simplement ainsi que certains groupes français veulent sonner.

 

‘By Fire, Power Shall Be…’ est une pièce très rare, voir introuvable aujourd’hui, très prisée par les fans de la première ère du groupe. Pensez-vous également sortir une réédition de cette galette?

Heimoth: Bonne question... A priori non. Mais qui sait, si on a besoin d'argent peut-être qu'on le fera bien évidemment..

 

L’interview touche à sa fin, merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Que peut-on souhaiter à Seth pour l’avenir? Je te laisse le classique mot de fin!

Heimoth: C'est moi qui te remercie pour cette interview! Quoi souhaiter pour le groupe? Un bon retour sur scène et puis on verra ce qu'il adviendra par la suite... Je crois que de bonnes nouvelles semblent se profiler...

 

www.facebook.com/innomineseth

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire