/// Interview de sworm amongst

Publié le 01/08/2008 par olivier no limit

sworm amongst. jeune groupe de thrash mélodique anglais.Une musique qui refléte assez bien l'état d'esprit de la jeune scéne metal outre-manche, quand elle sort du carcan old school.

1. comment est né Sworm amongst ?

Moi et mon meilleur pote Jonny (batterie) sommes allés à un concert de ACDC pendant l'été 2001. Megadeth jouaient la première partie et l'expérience nous a totalement épatés. C'est alors que nous avons décidé de former notre propre groupe. Peu après, nous avons rencontré Rob (basse) à la fac qui était tenté lui aussi par cette idée. Ensuite nous avons passé de longues années à apprendre les ficelles du métier, à jouer du vieux Metallica dans le garage de Jonny. Ca a commencé comme ça.

2. j’ai écris dans ma chronique que votre musique était : « un thrash qui lorgne vers des groupes comme megadeth ou testament tout en y amalgamant des plans de heavy traditionnel Anglais, quelques lignes mélodiques assez rock, un état d’esprit à la Pantera, pigmenté de petites pointes tranchantes hardcore. » Est ce une bonne définition ?

Je dirais que oui. Bien des gens ont essayé de définir ce qu'on fait avec notre musique, mais c'est l'une des définitions les plus exactes que nous ayons eu jusqu'ici. Nous-même appellons cela du "grooving thrash metal mélodique". Je pense que ça part du fait que nous avons commencé par aimer le vieux thrash et que nous avons amassé les influences le long du parcours. Des groupes comme Pantera ou Lamb Of God nous ont sans aucun doute donné un penchant pour un bon groove bien raide.

3. Une nouvelle vague thrash « revival » prend de plus en plus d’importance avec des groupes comme Evile, merciless death, fueled by fire, etc.… Ces groupes rejouent un thrash des origines, violent et speed ou à tendance crossover comme vos compatriotes de Sss. Vous sentez vous concerné par ce phénomène, car votre thrash est plus personnel.

Pas particulièrement, non. Nous faisons ce que nous faisons et puis si les gens ressentent quelque chose à l'écoute de ça, nous avons atteint notre objectif. Nous nous préoccupons peu de ce que font les autres groupes, et cela ne nous influence pas du tout lorsqu'on écrit ou lorsqu'on joue notre musique.

4. comment élaborez-vous la conception de vos morceaux.

Quelques fois l'un d'entre nous a une idée qu'il présente à une répétition et nous y travaillons ensemble. J'ai des tonnes de riffs enregistrés sur mon portable de quand je grattais et que je me suis dit "hé, ça sonne bien , ça!". Ensuite on en fera un morceau entier. Mais on peut très bien faire un jam session sur des riffs en vrac ou travailler une idée essayée auparavant. On n'a pas de formule de composition. Ca marche bien comme ça.

5. Mettez vous un effet sur vos chœurs, car ils sonnent vraiment de façon particulière.

Non, pas du tout. Nous n'étions pas satisfaits des choeurs que nous avions enregistrés, donc notre producteur nous a suggéré de faire venir quelqu'un d'autre pour enregistrer ces parties. Il est venu et nous a montré ce qu'il allait faire: enregistrer trois différentes mélodies et mettre des tonnes de couches de chacune des trois pistes. Ca a pris un sacré bout de temps pour qu'on comprenne, mais on adorait l'idée donc on l'a gardé.

6. Vivez-vous de votre musique ?

Même pas de loin! En ce moment nous débutons juste, donc chaque bénéfice retourne directement dans la caisse du groupe. Nous avons tous des boulots et nous mettons de l'argent chaque semaine pour couvrir les frais d'essence pour aller aux concerts et autres frais. On dort dans le fourgon après les concerts pour économiser. Avec un peu de chance un jour nous pourrons en tirer un profit, peut-être même en vivre. C'est le rêve. Mais il y a encore beaucoup de travail.

7. Pensez-vous un jour venir jouer chez nous en France ?

On espère tourner en Europe avant la fin de l'année, donc on passera par la France. L'album semble avoir été très bien digéré dans beaucoup des pays européens, donc on veut faire la traversée et montrer au public comment on se débrouille sur scène! C'est le centre du groupe. Nous sommes très fiers de nos concerts et nous voulons pouvoir livrer un show partout où l'on peut. On vit pour ça.

8. votre meilleur souvenir ? Votre plus mauvais ?

Je pense parler pour tout le groupe lorsque je dis que les cinq semaines passées aux Rising studios à créer And So It Begins était la meilleure période de notre vie. Prendre autant de temps à se concentrer simplement sur notre musique et voir d'autres personnes y mettre autant de temps et d'efforts est quelque chose de vraiment génial. Le pire moment était quand notre ancien chanteur est parti. Rob, Jonny et moi de retour dans le garage en trio, quasiment un retour à nos débuts. Heureusement on a pu reprendre le contrôle de la situation très peu après.

9. Votre regard sur la scène metal actuelle ?

La scène metal au Royaume-Uni se débrouille pas mal, même à l'échelle globale, mais beaucoup de petits groupes ont du mal à percer. Il y a un très grand nombre de groupes très jeunes et très bons, il suffit de chercher. Evidemment on joue avec pas mal d'entre eux et c'est ainsi que nous découvrons ceux qui valent le coup. Nous essayons tous de nous soutenir mutuellement, mais personnellement je pense simplement que les gens devraient aller à plus de concerts. Il faut soutenir les petits groupes au plus possible.

10.Encore une chose à dire ?


Nous voudrions remercier MetalFrance.net pour nous donner la chance de réaliser cette interview. C'est génial! Si les gens aiment bien ce qu'ils lisent, alors courez jeter un oeil à notre premier album And So It Begins. Souvenez-vous de nous, car on va venir tout casser à la façon Sworn Against très bientôt!
Rock!!

interview en anglais. traduction faites par seonadh

1. How did Sworn Amongst begin?

 

Me and my best bud Jonny (drummer) went to an AC/DC concert back in the summer of 2001. Megadeth were in support and the whole

experience took our breath away. It was then we decided to start our own band. Not long after we met Rob (bassist) at college who

was equally into the idea. After that we spent two years learning the ropes. Jamming away on old-school Metallica tunes in Jonny's garage.

It just snowballed from there really

2. In my review, I wrote that your album is "thrash metal which hints at bands like Megadeth and Testament, while adding some traditional English heavy metal, a few melodic rock lines and a Pantera state of mind, dotted with some sharp hardcore touches." Is that an accurate definition?

 

I'd say so, yeah. A lot of people have tried to define what we're doing with our music, but I'd say that's one of the more accurate definitions

we've had. We like to call it 'Grooving melodic thrash metal'. I think it stems from the fact we all started out liking the older thrash

stuff, but we've picked up a lot of different influences as we've gone on. Bands like Pantera, Lamb Of God have definately given us a penchant

for a good stiff groove.

3. A new wave of thrash metal is growing, with bands like Evile, Merciless Death, Fueled by Fire, etc... These bands play an original thrash metal, violent and fast, or a crossover like your fellow countrymen from Sss. Do you feel concerned by this phenomenon, as your music is more personal?

Not particularly no. We just do what we do and if people get a rise out of it then we've achieved what we set out to do. We don't really have

any concern for what other bands are doing, and it certainly doesn't influence us when it comes to writing and performing our music.

4. How do you proceed in composing your music?

Sometimes one of us will have an idea that we'll bring into a rehearsal session and we'll work on that together. I have tonnes of riffs recorded

on my mobile from when I've just been sat fiddling away on my guitar and thought, "Man, that sounds kinda cool". We'll then go and try to

expand it into a full track. Other times we'll just jam on bits and pieces or work on an idea we've tried before. There's no set formula for it

really. Seems to work nicely that way.

5. Do you use effects on your choirs? Because they really do sound very unusual.

 

No, not at all. We weren't happy with the ones we'd laid down, so our producer suggested we get someone else in to record the vocals for

those parts. He came in and showed us what he was gonna do, which involved layering three different melodies tonnes of times. It took a

while to get our heads round it, but once we had we really liked the idea, so we stuck with it.

6. Do you make a living out of your music?

 

Not by a long way! At the moment we're just starting out, so everything we do make goes straight back into the band. We all still have jobs

and put money in on a weekly basis to cover fuel costs when travelling to gigs and such. We sleep in the van on the road to save cash as

well. Hopefully one day we'll be able to take something out of it, maybe even make a living. That's the dream. But there's still a lot of hard

work to do yet.

7. Do you think that one day you will come and play here in France?

 

We're hoping to hit mainland Europe before the end of this year, which will of course include France. The album seems to have gone down

very well in a lot of the European countries, so we want to come across and show people our live act. That's what this band really revolves

around. We're proud of our live show and we want to be able to go out and deliver everywhere we can. It's what we live for.

8. What is your best memory? Your worst one?

 

I think I speak for us all when I say that the five weeks we spent in Rising studios making And So It Begins was the coolest time we've ever

had. To spend so much time concentrating on just our music, and having other people putting so much time and effort into it is really

an awesome feeling. The worst was when our old vocalist left, and we really didn't know what we were going to do. Myself, Rob and Jonny

back in the garage as a three-piece having to virtually start over again. Thankfully we managed to get things on the right tracks

quite soon after.

9. What do you think of the present metal scene? And what do you expect of it?

 

The metal scene over in the UK is doing pretty well, and it doesn't seem to be doing too bad on a global scale either, but a lot of the smaller

bands are finding it very hard to get off the ground and gain exposure. There are a lot of really good young bands out there at the moment,

it just takes a little bit of effort to find them. Obviously we get to play with a lot of them and we discover the decent ones that way. We all

try and give each other support with shows and stuff, but personally I think people just need to get out to live shows more. Support the smaller

acts as much as possible.

10. Anything else you would like to say

 

We'd like to thank MetalFrance.net for giving us the opportunity to do this interview. Awesome stuff! If people like what they hear then they

should get out there and check out our debut album And So It Begins. Keep an eye out for us, cos we'll be coming to cause some Sworn

Amongst metal havoc sooner rather than later!

 

Rock!

 

Liam "Frank" Liddell

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire