/// Interview de Temple Of Baal

Publié le 31/01/2006 par Worthless

Avec Traitors To Mankind, Temple Of Baal affirme son identité à grands coups de riffs Thrash et de solos « metal ». J'ai tenté d'en savoir un peu plus sur cet attachement à l'old school qui cractérise leur Black Metal.

MF : Salut à vous! Même si Temple Of Baal est désormais relativement connu au sein de l'underground français, pouvez-vous brièvement résumer l'histoire du groupe pour nos lecteurs?

Amduscias : Nous avons formé le groupe en 1998. Nous avons rapidement sorti une démo chez Chanteloup Créations (RIP) qui fut rééditée en format CD par Oaken Shield. Nous avons également sorti un split LP avec Eternal Majesty chez EAL,, notre premier album « Servants Of The Beast » chez Oaken Shield, nous continuons à sortir des releases UG comme le split EP avec Sargeist chez Grievantee ou la live tape « Rituals Of Black Plague » chez Pâleur Mortelle... Et aujourd'hui sort notre second album « Traitors To Mankind », après le départ de Herr Rikk au profit d'Antares (batterie). Notre groupe est ancré dans le Black Metal, auquel se mêlent des influences héritées du Thrash, du Heavy, du Death... De la tradition Metal, pour résumer.

MF : Quels évènements ont marqué la période séparant «Traitors To Mankind »de « Servants Of The Beast » ?

Amduscias : Comme je te le disais, nous avons vécu notre premier changemement de line up, avec l'arrivée d'Antares à la batterie. D'autres événements plus personnels ont eu un rôle certain dans l'élaboration des morceaux, mais je ne m'attarderai pas sur le sujet.

MF : Quels sont pour le moment, les retours sur votre album?

Antares : Ce nouvel album a reçu une réponse plutôt favorable, en tout cas en ce qui concerne la plupart des zines qui l’ont chroniqué et des personnes qui l’ont écouté. Les principales remarques positives concernent le son, qui a nettement gagné en puissance par rapport à « Servants of the Beast », ainsi que la variété des atmosphères dégagées. Il reste maintenant à voir quel accueil lui sera réservé lorsque nous jouerons les morceaux en live.

MF : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le départ de Herr Rikk? Comment s'est passée l'intégration d'Antares?

Amduscias : Herr Rikk montrait un manque de motivation et ne se sentait pas prêt à rentrer en studio dans les délais que nous nous étions fixés... Mais son départ a eu lieu dans les meilleurs termes possibles, sans aucune animosité. Nous avons fait le point, et en avons conclu de part et d'autre qu'il devait partir. Très vite, Antares s'est manifesté et son intégration s'est passée de façon très simple et naturelle. Aujourd'hui, l'alchimie de Temple est revenue à son maximum.
Antares : Aussi bien humainement que musicalement, le courant est passé assez vite je dirais. Heureusement d’ailleurs car ça nous a permis de ne pas perdre de temps et de travailler rapidement sur les morceaux de « Traitors to Mankind » durant les trois mois qui ont séparé mon intégration de notre entrée en studio.

MF : Les textes de Traitors To Mankind sont très personnels, le Black Métal est-il un exutoire pour vous? Comment le décririez-vous?

Amduscias : effectivement, Traitors To Mankind est peut être ma réalisation la plus personnelle, du point de vue des textes. J'ai traversé une période très sombre dans laquelle seul ce genre de textes pouvait prendre forme. Tout est basé sur une certaine « désillusion », je dirais, le constat amer de l'absurdité de l'existence humaine, un sentiment d'impuissance et de dégoût de ce qui m'entoure, de ma personne, et la conviction que rien ne sera fait pour arranger les choses. Aujourd'hui, les gens ne veulent pas réfléchir, ils se contentent d'ingurgiter les informations qui leurs sont communiquées, sans analyse aucune, de rêver au bonheur illusoire véhiculé par la propagande des émissions télévisées... Je me demande bien comment on en est arrivé là, je pensais que l'humain était une créature exceptionnelle, dotée de capacités cérébrales, il faut croire que non... Et cela, je ne peux pas l'accepter. Donc, « Traitors To Mankind ». Le constat que le modèle actuel est l'illusion, un énorme mensonge... Et que tout le monde l'accepte. D'où la dévotion à l'ennemi -Baal/Satan- l'envie de tout détruire, puisque la léthargie ambiante est si profonde. Derrière le côté un peu « de base » de certains textes se cachent des considérations telles que celles-ci, mais il faut prendre le temps d'y réfléchir... Donc le Black Metal, exutoire, oui, d'une certaine manière. Chaque texte est sorti dans un moment extrême, comme la nausée, au moment où l'envie de gerber devient irrépressible.

MF : La scène Black Métal française commence réellement à émerger, pensez-vous qu'elle puisse désormais rivaliser avec les scènes scandinaves? Quels groupes retiennent votre attention en ce moment?

Antares : La scène Black Metal française rivalise à mon sens depuis longtemps avec la scène Scandinave. Il n’y a qu’à écouter des groupes tels qu’Antaeus , Arkhon Infaustus , Hell Militia ou Nehemah pour s’en rendre compte.L’étiquette « groupe scandinave » a pendant un certain temps occulté bon nombre de formations excellentes , qu’elles viennent de France ou des Etats-Unis . Cette étiquette faisait pratiquement office de gage de qualité… Cela dit, je trouve que la Suède regorge de groupes vraiment bons. La flamme brûle toujours là bas.
Amduscias : Pas facile, d'un point de vue des infrastructures, par exemple pour organiser une tournée. Alors que l'on voit quantité de groupes étrangers s'embarquer sur des tournées européennes ou mondiales, on n'y voit jamais l'ombre d'un groupe français... Les promoteurs semblent frileux de ce côté là. La faute peut être aussi à une certaine mentalité chez les groupes français eux-mêmes, ne jetons pas la pierre aux autres de manière systématique, pas facile de « sauter le pas » pour partir en tournée pendant plusieurs semaines... Cela demande des sacrifices et peu sont enclins à passer à l'acte ! Mais d'un point de vue musical, je rejoins Antares, nous avons de la qualité chez nous. Ensuite, faut-il vraiment poser la question en termes de « rivalités », je ne crois pas.

MF : Votre son est très Old School, mais aussi très adapté, que pensez-vous des groupes "Black Métal" modernes, à la production très polie, claire?

Antares : Cela convient à certains groupes. Ma préférence va néanmoins à des productions plus personnelles et authentiques. Je ne retrouve pas ces atmosphères haineuses dans les super productions actuelles. On a l’impression que tous ces groupes sonnent de la même manière et c’est ce qui me gonfle le plus.
Amduscias : Il est certain que l'uniformité sonore nuit à la richesse de la scène. Je trouve fortement dommage que les groupes ne se cherchent pas un son personnel, pour moi cela a une grande importance. Pour Temple, cela passe par la basse saturée, qui apporte une certaine « crasse » au son global, par un son de guitare très médium, hérité des groupes de thrash des années 80, et par un son de batterie puissant, mais naturel. Je préfère le son des années 80 à celui des années 90, c'est un fait, des albums comme Agent Orange ou Seasons In The Abyss ont un son qui permet de les identifier dès les premières notes... Et cela s'est perdu pendant les années 90, où tout le monde allait dans les mêmes studios, travailler avec les mêmes ingénieurs -qui ont apporté leur vision du son, un savoir faire, et ont établi certaines bases c'est vrai, mais qui ont malheureusement eu recours aux mêmes automatismes de production, quelque soit le groupe avec lequel ils travaillaient. D'où l'uniformité sonore dont je parlais tout à l'heure, qui a été préjudiciable tant à la scène Death qu'à la scène Black Metal. Ludovic Tournier, avec qui nous avons travaillé pour « Traitors... » a parfaitement cerné l'essence du groupe. Il a su nous donner le son que nous recherchions et j'espère fortement que nous retournerons travailler avec lui par la suite...

MF : A l'écoute de Traitors To Mankind, on ressent immédiatement l'influence du Thrash, quelles sont vos références en la matière? Pourquoi cette volonté de conserver ces sonorités thrash, old school? On a également droit à des soli sur cet album, avez-vous ressenti l'envie de sortir des sillons habituels du style, ou alors cela s'est fait naturellement?

Antares : Nous sommes tous dans Temple of Baal des grands fans de thrash , j’ai commencé à écouter du metal avec Slayer et les premiers Sepultura. Néanmoins je ne pense pas que « Traitors to Mankind » ait été composé dans le but de rester à tout prix old school… La phase de composition se nourrit d’une partie des influences que l’on a et il est donc normal étant donné nos préférences en matière de metal qu’une bonne partie de ce qui en ressort sonne assez thrash ou old school. Mais ce n’est pas parce que l’on colle cette étiquette à Temple Of Baal que nous cherchons sciemment à tenir ce rang, les choses sortent comme cela, il n’y a rien de délibéré. D’ailleurs ce nouvel album contient d’autres facettes de nos personnalités et de nos influences…
Amduscias : Temple Of Baal a toujours eu un côté Thrash Metal, il est peut être un peu plus prononcé aujourd'hui, mais dès nos premières réalisations, il était présent, parfois en filligrane. Les soli sont également plus présents aujourd'hui, c'est vrai. Et je ne peux pas nier qu'il y ait eu une certaine volonté de ma part de faire ressortir cela, peut être pour nous démarquer un peu de toute cette vague BM influencée par ce qui se faisait au début des années 90. Nos références à nous sont antérieures à cette époque, même si son empreinte est fortement présente dans Temple Of Baal ! Mais je ne dis pas que nous soyions révolutionnaires pour autant, loin de là... Nous sommes simplement attachés à une certaine tradition du Metal, qui s'exprime en partie par les soli. Tradition qui a été trainée dans la boue par pas mal de groupes des années 90, qui venaient plus du Punk et du Hardcore que du Metal, et pour qui « solo » voulait dire « démonstration » et donc « merde ». Pour moi, ce n'est que de la musique ! Mes références en matière de solistes sont des gens comme Kirk Hammet, Dave Murray, Adrian Smith, Tony Iommi, Angus Young... Des guitaristes capables de jouer des choses assez vertigineuses, mais aussi et par dessus tout, de te faire une vraie ligne mélodique mémorisable, ou LA note adéquate avec le vibré qu'il faut. J'aime aussi Trey Azagtoth, Richard Brunelle, Kerry King et Jeff Hannemann, pour leur côté ultra chaotique, mais le shred ne m'intéresse pas, par exemple. En matière de composition pure, des riffs, je reste un éternel fan de Darkthrone, Dodheimsgard, Slayer, Metallica, Sodom, Morbid Angel, Entombed, Iron Maiden... Metal is the law !

MF : Le coté "sataniste" de votre musique est moins dominant que pour d'autres groupes de Black Métal bien que votre nom et quelques lyrics y fassent allusion, pouvez-vous expliquer en quelques mots ce que représentent pour vous les religions et le satanisme?

Amduscias : Pour éviter les poncifs, je dirais que cette question est abordée à chaque interview d'un groupe de Black Metal, et que chacun a sa vision de la chose. Il ne m'appartient pas d'énoncer les principes du satanisme, il s'agit d'une démarche individuelle et elle doit le rester. Le côté occulte de la chose étant occulte par essence, il se doit de ne pas être dévoilé. Pour te parler de ma ma philosophie de vie, j'ai une perception très crue et pessimiste du monde, de là découle pas mal de choses. Quant aux religions... Elles ont toujours existé sous une forme ou une autre, et seront toujours présentes, d'une manière ou d'une autre, je pense. Ce ne sont pas trois groupes de Black Metal qui changeront l'ordre des choses... Mais si nous pouvons ouvrir les yeux à certaines personnes, pourquoi pas...

MF : Avez-vous d'autres activités au sein de l'underground français?

Antares : Je suis le batteur de Blackgod , un groupe parisien de black metal .
Amduscias : J'ai un projet solo atmosphérique du nom de Banished Spirits et je tiens maintenant la basse dans Bael. Arkdaemon joue quant à lui dans Hell Militia.

MF : Avez-vous des dates, une tournée de prévues pour la promotion de Traitors To Mankind?

Amduscias : Nous allons jouer le 25 Mars à Lille avec Lord et Nurn, le 3 Avril à Paris avec Destroyer 666, Revenge et Balrog, et le 15 Avril à Bordeaux avec Otargos, Sepulcral et Diskarial. Nous espérons jouer à l'étranger également, nous avons quelques plans pas encore surs à 100%, nous verrons...
MF : Je vous laisse terminer cette interview.

Amduscias : Merci pour cette interview, pour des infos régulières visitez notre site http://temple.of.baal.free.fr Hail & Kill !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire