/// Interview de Wardruna

Publié le 28/05/2013 par Dzo

Depuis quelques semaines, Wardruna est sur toutes les lèvres, que ce soit du côté des personnes ayant découvert le combo en suivant le parcours de Kvitrafn (ex-Gorgoroth), ou un public complètement néophyte au milieu du Metal qui s’est laissé charmer par le folk ambiant de la bande norvégienne. Avec la récente parution du second opus de la trilogie « Runaljod », et des compositions du groupe dans la série « Vikings », l’ascension connue n’est que le commencement. Entretien avec Kvitrafn, passionné d’histoire et élément moteur de l’entité Wardruna.

Bonjour Kvitrafn, merci beaucoup de nous accorder cette interview pour Metal France!

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept et la thématique de Wardruna, peux-tu expliquer ce que signifie « Runaljod »?

Kvitrafn: « Runaljod » signifie « chanson des runes » ou « le son des runes ». La trilogie en cours utilise des runes nordiques pour créer l’ambiance musicale des différents thèmes de la culture et des cultes de l’ancienne période pré-chrétienne nordique.

 

Votre deuxième album est sorti depuis le mois de Mars chez Indie Recording. Avez-vous eu de bons retours? Géographiquement, y a t-il un public plus sensible qu’un autre? Entre l’Europe et les Etats-Unis par exemple.

Kvitrafn: Les retours ont été extrêmement bon jusqu’à présent, que ce soit ici en Norvège ou à l’étranger. Les Etats-Unis sont un pays assez grand et difficile, surtout si votre projet est complexe à placer pour les auditeurs dans un genre spécifique. Donc j’aurais tendance à dire que notre musique atteint plus de personnes ici en Europe qu’aux US, mais les retours au sein même de ce style musical ont également été très bons là bas.

 

Pour chaque album, tu te concentres sur des runes bien précises, en ne suivant pas forcément l’ordre de l’ancien Futhark. Pourquoi ce choix?

Kvitrafn: A vrai dire, le fait de diviser l'ancien Futhark en trois "Aettirs" (comme celui que nous connaissons aujourd'hui), est réellement plus récent que l'ancien Futhark basique. Ce schéma, présenté pour la première fois en 1651 par l'Islandais Runólfur Jonsson était alors en rapport avec le nouveau Futhark. Ainsi, même s'il est juste de penser que l'ancien alphabet runique pourrait suivre le même schéma, il ne s'agit que d'hypothèses reconnues plus récemment. Mes raisons de ne pas suivre ce modèle divisé en trois "Aettirs" viennent, je pense, de mes fondements et de l'histoire que je souhaite raconter avec cette trilogie. Mon schéma personnel deviendra plus clair pour les fins observateurs lorsque la trilogie entière sera dévoilée.

 

En plus de Wardruna, tu officies également dans un side-project avec King Ov Hell du nom de Jotunspor. Prévoyez-vous de sortir un second opus? Ou les sphères du Black Metal sont-elles un lointain souvenir pour toi désormais?

Kvitrafn: Et bien je vais certainement faire un autre album Metal à un moment donné, mais pas nécessairement sous le nom de Jotunspor.

 

A propos de Black Metal justement, en écoutes-tu toujours? As-tu des classiques que tu écoutes régulièrement?

En fait je n’écoute pas vraiment de musique la plupart du temps, cependant durant de courte période je ressens comme un besoin urgent d’en écouter, normalement des anciennes musiques folkloriques étranges mais également des classiques de Metal de temps en temps.

 

Les compositions de vos albums ont été utilisées pour figurer dans la bande son de la série « Vikings », tirée de la véritable histoire de Ragnar Lodbrok. Comment s’est passé cette collaboration? J’imagine que ça a dû être une grande fierté pour vous de figurer dans ce type de série, surtout que cela officie dans la thématique directe de Wardruna.

Kvitrafn: Quand j’ai entendu parler de ce projet pour la première fois, j’ai essayé de les contacter, car une partie de la série a été filmée en Norvège, donc je me suis dit qu’ils auraient peut-être voulu avoir de la musique norvégienne sur ce projet, mais je ne me suis pas plus occupé que ça de rester en contact avec eux. J’ai vraiment été agréablement surpris quand ils m’ont contacté quelques mois avant la première. J’ai été ravi quand les producteurs ont voulu «colorer» le film avec quelque chose d’autre que la musique orchestrale traditionnelle qu’on retrouve dans la plupart des films comme Star Wars par exemple. Un film à propos des Vikings se devait d’inclure de la musique de Viking.

 

As-tu visionné la série? Si oui, qu’en as-tu pensé?

Kvitrafn: J’ai regardé quelques épisodes. J’en ai aimé certains mais d’autres parties étaient presque douloureuses pour un geek de l’histoire comme moi. Dans l’ensemble, c’était divertissant à regarder et ça en était sans doute l’intention également, plutôt que de faire une série collant 100% à la réalité historique.

 

On ressent une réelle volonté d’être en communion avec la nature en écoutant vos opus, d’ailleurs certains morceaux ont été enregistrés à l’extérieur. Les conditions d’enregistrement ne sont-elles pas plus chaotiques dans ce genre de situation?

Kvitrafn: Une grande partie des enregistrements sont fait en extérieur, jouant avec les arbres, les pierres, chantant à la lumière des torches, et cette approche peut parfois apporter plus de challenge qu’un enregistrement en studio, mais dans le fond cela suit le même concept. J’essaie de les planifier bien en avance et d’utiliser des paramètres d’enregistrement vraiment basiques pour éviter divers désagréments.

 

Vous utilisez pas mal d’instruments anciens historiques peu conventionnels. Comment avez-vous appris à jouer de ces instruments? J’imagine que c’est nettement plus atypique que de faire de la batterie.

Kvitrafn: Cela dépend du niveau du batteur... Quand j'ai commencé à travailler avec Wardruna et également à étudier l'histoire de la musique nordique, j’ai découvert un grand nombre d'instrument que j'aurai voulu pour ce projet. Le problème, c'est qu'il n'y avait pas beaucoup de personnes qui les pratiquaient ou même qui les fabriquaient. Donc la seule chose qui me restait à faire était soit de les acheter soit de les fabriquer moi-même et apprendre à y jouer.

 

Comment se passe le processus de composition? Es-tu la principale tête pensante du groupe, ou les autres membres contribuent-ils aussi en apportant leurs idées?

Kvitrafn: J’écris toute la musique et je joue tous les instruments sur Yggdrasil, mais comparé à l’album précédent, je me suis beaucoup plus rapproché de Gaahl et Lindy Fay Hella pour l’arrangement des morceaux. Gaahl a, depuis le tout début de Wardruna, joué une grande part sur la mise en forme du concept et a également été la personne sur laquelle j’ai testé mes idées.

 

Le Dark Ambiant est-il une source d’inspiration pour toi? Des formations suédoises comme Sephiroth par exemple, bien que ça ne soit pas vraiment lié à Wardruna.

Kvitrafn: Non, comme je l’ai expliqué avant, je n’écoute vraiment pas beaucoup de musique. Mon inspiration vient en grande partie de la nature et des thèmes avec lesquels je travaille.

 

Je me précipite un peu en demandant ça vu la sortie très récente de Runaljod: Yggdrasil, mais as-tu déjà un ordre d’idée quant à la sortie du dernier opus de la trilogie?

Kvitrafn: J’ai déjà travaillé sur quelques éléments et j’ai un paquet d’idées que j’ai mis de côté pour le bon moment. Les deux approches de composition et de production sont énormément demandeuses de temps. Pouvoir gérer Wardruna et être en même temps père de famille en demande beaucoup, donc pouvoir me dégager le temps nécessaire, pour pouvoir m’abandonner dans le processus de création demandera certainement un bon moment. Je me suis fait une promesse lorsque j’ai commencé tout cela, c’était d’être toujours vrai dans ma créativité, ne pas prendre de raccourci ou me presser.

 

Au terme de la trilogie justement, que va t-il se passer pour Wardruna? Allez-vous commencer une nouvelle thématique?

Kvitrafn: Oh oui, la trilogie Runaljod est juste le commencement. J’ai des tonnes d’idées pour Wardruna qui demandent juste à prendre vie!

 

Récemment, dans le cadre de l’Inferno Festival, vous avez joué dans le château de Chillon en Suisse. Quel effet ça fait de jouer dans un tel endroit? Le concert était-il à la hauteur de tes espérances?

Kvitrafn: Cela a été un grand honneur d’être invité à jouer dans un endroit avec tant d’histoire en ces murs. Chillon était un lieu fantastique, qui était même mieux en vrai que sur les photos que j’avais pu voir. Quand le cadre colle avec la musique, je crois que l’expérience globale et bien plus forte pour le publique comme pour nous.

 

Le public ‘Metal’ est-il aussi réceptif qu’un public plus éclectique? Ressentez-vous une différence lors de vos prestations?

Kvitrafn: Je ne sais pas exactement qui est quoi, mais j’ai le sentiment que le public qui vient nous voir est en général très réceptif. Wardruna en live est quelque chose de bien différent qu’un concert normal et je pense que les gens ressentent cela rapidement quand ils nous voient, peu importe d’où ils viennent.

 

Aura t-on la chance d’assister à une prestation de Wardruna en France un jour?

Kvitrafn: Oui, nous sommes en train de regarder pour venir en France bientôt. Nous avons eu un gros support de la France depuis le tout début, donc je suis vraiment impatient de venir m’y produire!

 

Merci pour toutes tes réponses, et bonne continuation pour ton projet, que j’apprécie énormément.

 

Wardruna+w_76112a89

 

Un grand merci à Robin Florence pour son aide sur la traduction de l'interview.

Chronique de Runaljod: Yggdrasil

 

_________________________________________________________________

 

English version: 

Hello Kvitrafn, I wanted to thank you very much for granting us this interview for Metal France!

 

For the people who are not aware about the thematic and concept of Wardruna, can you explain what does mean “Runaljod”?

Kvitrafn: Runaljod means “rune-song” or “the sound of runes” and the ongoing Runaljod trilogy utilize the proto-Norse runes to create musical interpretations of different themes from the old Nordic pre-Christian culture and cult.

 

Your second album has been released in March with Indie recording. Have you received good feedback? From a geographic point of view have you observed a public more alive than an other one? Between Europe and US for example?

Kvitrafn: The response has been overwhelmingly good so far, both here in Norway and abroad. The US is a very large and difficult country, especially if you are a project that people have difficulty placing in a specific genre. So I would say that our music reaches much broader here in Europe than in the US but the response from within the genre the response has been very good over there as well.

 

For each record you focus on specific runes, without necessary following the same order as the old Futhark, why this choice?

Kvitrafn: Well dividing the elder Futhark into three “Aettirs” (most commonly used today) is, as far we know actually more recent than the elder Futhark. That is a pattern that was first presented in 1651 by Icelander Runólfur Jónsson and it was then regarding the younger Futhark. So although it is fair to think that the elder one could follow the same pattern, these are just assumptions of more recent date. My reasons for not following the aettir pattern I guess comes down to my motifs and the story I wish to tell with the trilogy. The pattern I use will to the observant eyes unveil itself as the trilogy comes along.

 

In addition of Wardruna you are also a part of a side-project with King Ov Hell in the name of Jotunspor. Have you planed to release a new record? Or the spheres of Black Metal are now a distant memory for you?

Kvitrafn: Well I will probably make another metal album at some point but not necessarily under the name Jotunspor.

 

About Black Metal, are still listening some? Have you any "classic" that you like to listen regularly?

Kvitrafn: I actually don’t listen very much to any music at all most of the time but in short periods I get the urge to listen to music, usually some weird forgotten folk music but occasionally some metal classics as well.

 

Some of your composition have been used for the original tracks of the tv show "Vikings", based on the true story of Ragnar Lodbrok. How did this collaboration come to happen? I can imagine that it was a great honor for you to be a part of this kind of project, especially because it is directly in the thematic of Wardruna.

Kvitrafn: When I first heard of the project I tried to contact them because parts of it is filmed in Norway so I thought maybe they would like some Norwegian musical input on it as well, but I did not manage to get in touch with them. I was very pleased as well as surprised when they contacted me some months before the premiere. It pleases me when producers wish to “color” the film with something other than the same orchestral music that is found in most movies whether its Star Wars or the Stone Age that is being portrayed. A film about Vikings should include Viking music!

 

Have you watched it? If yes did you liked it?

Kvitrafn: I have watched some episodes. I liked some of it but other parts were quite painful for a history-nerd like me. All in all it was entertaining to watch and that was probably the intention as well rather that making it 100% historically correct.

 

While we listen your opus we can feel a real desire of being one with the nature, however some parts of your album have been recorded outside. Wasn't it too chaotic to record with this kind of condition?

Kvitrafn: Quite a lot of the recordings are done outside when playing on trees, stones, torches or singing and the approach to this can sometimes be more challenging than a indoor recording but basically follows the same concept. I try to plan them well ahead and use a very simple recording setup to avoid unnecessary chaos.

 

You are using several ancient historical instruments more or less unconventional, how did you learned to use them? I can imagine that it is much more atypical than playing drums?

Kvitrafn: That depends on how good the drummer is… When I started to work with Wardruna and also studied the Nordic musical history I came across a lot of instruments that I wanted for the project. The problem was that there were not many people who could handle them or even make them. So then the only thing to do was to ether purchase them or build them myself and learn how to play them.

 

How is the musical composition processus going with your band? Are you the main actor or the other member are also involved in it?

Kvitrafn: I write all the music and play all instruments on Yggdrasil but compared to the previous album I have worked much more closely with both Gaahl and Lindy Fay Hella in the arranging process of the songs. Gaahl has from the very start of Wardruna played a big part in shaping the concept and has also been the person I test my ideas on.

 

Is the Dark Ambiant an inspiration for you? Some other swedish band like Sephiroth for example, even if it is not very linked with Wardruna.

Kvitrafn: No. Like I stated before, I don’t listen much to music at all. Mostly my inspiration comes from within, nature and from the themes I am working with.

 

I maybe hurry a litlle bit while I'm asking this, with the recent release of Runaljod: Yggdrasil, but have you already any idea about the date for the release of the last opus of the trilogy?

Kvitrafn: I have started on a few things and I have a lot of ideas store away for the right time. Both the approach to composing and the production are very time demanding. Managing Wardruna as well as being a family man demands a lot so creating enough time and space to fully loose myself into creative process needed for this will probably take a while. I made a promise to myself when I started this and that was to always be true to my creative concept – not taking any shortcuts, and not to rush it.

 

Speaking of the trilogy, after it, what will happened to Warduna? Will you start a new thematic?

Kvitrafn: Oh yes the Runaljod trilogy is just the beginning. I have tons of ideas for Wardruna that are just waiting to be given life!

 

Recently in the context of the Inferno festival, you have performed in the castle of Chillon in Switzerland. What is the feeling when we performed in this kind of place? The concert was as per your expectation?

Kvitrafn: It was a great honor to be invited to play in a place with so much history within its walls. Chillon was a fantastic place that was even much nicer in real life than in the photos I had seen. When the setting compliments the music I believe the whole experience gets much stronger both for the audience and us.

 

Is the Metal audience as receptive as a traditional audience? Do you feel any difference during your different concert?

Kvitrafn: I don’t know exactly who is what but I can say that I have an impression that the audience that come to our shows are generally very receptive. Wardruna live is something more than a regular concert and I think people quickly sense that when they see us, no matter what their background is.

 

Will we have the chance to see a performance of Wardruna one day in France?

Kvitrafn: Yes we are working on coming to France soon. We have had great support from France since the very beginning so I am really looking forward to perform there!

 

Thanks for all your answer. All the best for your project, which I really like.

 

Wardruna+kvitrafn_01

 

Thanks to Robin Florence for his help for translate the interview.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire