/// Interview de Yhdarl

Publié le 12/07/2013 par S.

 

Genre : Suicidal Black Art

Line Up :

D - All Instruments & Vocals
L - Vocals, additional composition

Origine : Belgium

 

Discographie : 

Drone Nigthmares - I - Endless Mental Wounds (full-length 2007)

Humainly Sick (full-length 2008)

Counting Seconds (Compilation 2009)

Drone Nightmares - II - Buried Burnt Earth (full-length 2009)

The Essence (full-length 2009)

Despair Desolation Destruction (split 2009)

Across Death... Through Pain (split 2010)

Ave Maria (full-length 2011)

The Essence II (full-length 2012)

 

 

Suivre Yhdarl sur facebook // D. sur Bandcamp ou Blogspot

 

Peut-tu nous expliquer, en quelques mots, le concept incarné par Yhdarl ?

Le concept d'Yhdarl est très égoïste. A la base,c'est une catharsis très personnelle, que je n'avais aucune envie d'échanger (Humainly Sick) et au fur et à mesure du temps, je me suis rendu compte que certaines personnes pouvaient comprendre à leur manière ce même concept : entrer dans notre propre trou, y creuser jusqu'à ce que l'on n'ait aucune lumière. Et en sortir soi-même.

On pourrait dire que le but d'Yhdarl est positif, dans un sens, mais c'est paradoxal. C'est assez horrible, ce processus, cette"cure" de soi envers soi.

Yhdarl est pro-souffrance & autodestruction mentale et/ou physique, et voue un culte au Noir, le Vrai.

 

J'ai envie de savoir également, l'Ave Maria est comme tu le sais sans doute, une prière catholique, l'ange Gabriel annonçant la naissance de Jésus a Marie.

Quelque part c'est une nouvelle porteuse d'énormément d'espoir. Or à l'écoute de ton album éponyme, peux-tu expliquer le choix de ce nom pour le moins incongru ?

Ave Maria s'appelle ainsi parce que c'est une prière pleine d'espoir, dont je voulais exposer l'antithèse. Oublions toute influence de l'Eglise.

Marie, que je représente comme la mère de tout, Gaïa, la Nature, le Monde, est sourde à nos appels. Alors je lui ai créé cette prière pour lui montrer à tel point rien ne tourne rond.

On peut, d'ailleurs, remarquer pleinement qu'au deuxième morceau de l'album, Marie se réveille, écoute et voit. Alors elle crie, et plaide coupable, et me demande, nous demande de la regarder, et de l'écouter.

 

 ...Marie, reine des femmes, tu n'es plus que ton ombre... 

 

Paradoxalement, si chaque auditeur réalise sa propre introspection en écoutant Yhdarl, chaque personne est sensée percevoir ses morceaux de façon très personnelle exact ?

Comment dans ce cas, pour reprendre tes mots, vouer un culte au Vrai Noir puisqu'il diffère forcément d'un ego à l'autre ?

Yhdarl est très personnel. Il est donc normal que mes auditeurs aient une vision différente de la mienne, ceci dit c'est logique.

Lorsque tu regardes une peinture, ou écoutes une musique, ou lis un livre, chaque personne aura ET des points communs ET des différences avec les autres.

Concernant la musique d'Yhdarl, il suffit de l'écouter pour voir qu'elle n'est pas joyeuse... De là, le culte du Noir ne concerne que moi de manière extrêmement primaire. Si ça touche d'autres personnes, tant mieux. Parce qu'ils doivent comprendre.

 

Puisque la musique d'Yhdarl est a ce point introspective, il est légitime de penser que tu as une façon particulière de composer. Peux-tu m'en dire plus a ce sujet? J'imagine que tu obéis à un processus précis, un espèce de pseudo rituel qui te permet d'expier toute cette merde qui s'accumule?

Pour Yhdarl -et presque pour tous mes projets- il y a une grosse partie qui se fait sous impulsion. Cependant Yhdarl comporte beaucoup plus de pure catharsis, un besoin d'extérioriser qui se veut vraiment "nihil". Une émotion primaire en gros.

En ce qui concerne la composition musicale, elle est très simple, comme pour n'importe quelle musique, sauf que je cherche un trip spécifique, ce qui explique la longueur de certains titres en fonction dudit trip dans lequel je me trouve.

Le processus de composition est effectivement un besoin, vital, d'extérioriser ces choses. L'aspect purement musical qui reste simpliste, car ce que je cherche avant tout à retranscrire l'impulsion extrêmement violente découlant de cette introspection de moi sur moi.

 

Humainly Sick / Ave Maria / Loss -dont l'édition sera prochainement disponible- représentent trois étapes principales dans le processus de recherche du soi.

Trois sorties pourtant complètement différentes. Comment ne pas y percevoir, une fois encore, l'influence ultra pesante du chiffre 3 ?

Effectivement. Ceci dit je ne pense pas que ce soit une fin en soi, pour Yhdarl en tous cas. Mais oui, il y a une évolution et une certaine identité pour ces 3 sorties.

Humainly Sick étant la base primaire, bruitiste et crade / Ave Maria étant un concept très personnel avec toujours ce côté ultra primaire en fond / Loss étant une évolution de ces deux choses en une, mais beaucoup plus... violente.

Ceci dit, je peux aussi annoncer un 4ème album qui, lui, sera la suite logique d'Humainly Sick, un album hors normes, complètement à part.

 

Si tu devais décrire Yhdarl en trois mots. Lesquels choisirais-tu?

Lui / Moi / Toi.

 

(Rires) Simple, concis et paradoxalement super complexe. Peux-tu aller au fond de ta pensée?

Lui : représentation "facile" d'une entité dite haute : Satan, Gaïa, la Nature, les Esprits, ... parce que ce sont mes croyances et que je suis guidé par Lui.

Moi : c'est égoïste, c'est personnel, ça me concerne avant tout, c'est donc, oui, moi

Toi : entité représentant le monde, les gens et donc ma sociopathie, l'ignorance, etc.

 

Peux-tu nous parler de tes influences?

C'est, en gros, les influences de base d'Yhdarl.

Bien que je puisse créer un concept à part entière autour de ces grandes lignes, tel l'Ave Maria, Yhdarl lorgne toujours de ces côtés.

 

...Humainly Sick...

 

 

Quelques mots autour de Loss ?

Loss est un album qui porte bien son nom vu que je l'ai perdu 3 fois et donc enregistré 4 fois.

C'est un album qui sera long -80 minutes- et qui comportera des influences beaucoup plus marquées vers le Black Metal, délaissant un peu le Doom. Loss sera, en un sens, le fer de lance de mon penchant pour le nihil. 

 

Peux-tu nous exposer le rôle de L au sein du groupe du coup ?

L est la seconde voix, qui n'est pas relayée au rang de backing voices. C'est un membre à part entière dans le groupe, en tant que tel elle a son mot à dire à chaque instant.

J'ai beau composer, elle reste source de (cassage de) limites. Elle s'occupe de l'arrangement des titres, est également pianiste et claviériste sur nos morceaux. Je pense que ça, tu l'entendras davantage sur Loss justement.

 

Lorsque nous parlions de la sortie de l'Ave Maria il était question des difficultés que rencontrent de nombreuses formations à obtenir le soutien de label.

Avec un projet aussi imposant qu'Yhdarl comment vois-tu la chose maintenant ?

 Rien n'a changé. C'est toujours aussi complexe d'avoir un support, indépendamment de plein de choses : que ce soit un label UG qui ne peut pas avancer, que ce soit un label montant qui n'a pas trop le temps/argent vis à vis des autres groupes, un label imposant mais qui va refuser parce que "ce n'est pas connu" et qui voit le profit avant tout, etc.

Je n'ai encore aucun label pour la sortie de Loss. J'ai juste le deal passé avec Schattenkult Prods pour Antithesis, label UG que je recommande.

Le reste, on verra.

 

Tu commences à avoir, au travers de tes différents projets métal, la réputation d'être quelqu'un qui peut composer très -très- facilement quel que soit le genre musical.

Comment peux-tu expliquer que tu puisses écrire aussi naturellement que si tu prenais ton déjeuner?

De l'écoute principalement, mais aussi des cours de solfège, de culture musicale, sans oublier bien des années de travail et d'acharnement. Et je suis bien loin d'avoir fini ce que j'aimerais faire.

La musique est une passion, une obsession, dans laquelle je donne tout ce que je peux, et oui, peut-être qu'au bout de plus de 20 ans de travail, j'ai des facilités à composer. Mais c'est un défaut dans un sens car je suis incapable de rester stable depuis.

 

Rester stable. C'est à dire ?

 C'est surtout vis à vis de la musique et de mes envies, mes émotions ou mes coups de sang : je peux avoir envie de composer du black d'un coup, puis non, jvais faire du rap, comme ça, avec un riff de black. Ou pourquoi pas de la trance électronique. Ça passe du tout au tout donc à un moment je suis "perdu" dans un maelstrom d'envies que parfois je ne peux pas réaliser. Donc frustration et adieu ma stabilité. Je suis quelqu'un de complètement mindfuck en un sens.

 

 

...When Even the Flesh Refuses the Light...

 

 

S'ils semblent pour le moins difficiles d'accès, les textes sont aussi importants que la composition en elle-même. En général c'est bien souvent là où le bat blesse dans le black métal. Avec le recul, penses-tu que ce soit décisif pour Yhdarl?

 Relativement.

Au départ Yhdarl n'avait pas de paroles définies mais plutôt un lâché violent.

Ensuite, des paroles beaucoup plus posées sont venues (Ave Maria / Ø), grâce à la présence de L qui me permet de varier à la fois les textes et  les concepts (cf TheEssence II / Loss). Actuellement, les textes sont importants mais moins que la musique même.

Le ressenti prime, à mon avis, bien plus que les paroles. Mais comme disait un mentor pour moi,c'est l'ensemble qui agit.

 

Yhdarl c'est un monde à part entière, une chose,qui semble mue par ses désirs propres sans parler des vices et excès qui en découlent, Yhdarl suinte, dégouline de rage, de haine et d'un profond mépris à mon sens.

Un dilemme kafkaïen s'impose a moi : d'un coté j'avoue être clairement attirée par ton projet, d'un autre coté je ne comprends pas comment tu fais pour qu'autant de noirceur puisse émaner d'un seul petit bout d'homme. D est Yhdarl ou Yhdarl est D?

Yhdarl fait partie de moi, une grosse partie. Avec le temps, Y n'étant plus suffisant pour extérioriser certaines autres émotions, il y a Imber Luminis, qui est une catharsis différente.

Il est pourtant clair qu'Yhdarl reste la partie primaire qui me conduit vers cette, ma, noirceur. J'ai besoin de cette noirceur, elle me nourrit, elle me rend fou et elle me fait rire, me fait du bien. C'est une partie presque intégrale de moi en temps qu'individu.

Je pourrais juste donner une simple référence : le livre de Gwenn Coudert "BLACK METAL & ART CONTEMPORAIN / Tout détruire en beauté". Le black métal est un style de musique, mais il serait malvenu de le limiter qu'à cela. L'état d'esprit même est une abysse douce-amère que l'on a, ou que l'on n'a point. Ce livre l'explique parfaitement et convient absolument à mon état d'esprit.

Yhdarl est donc black métal, si l'on peut dire. Autant qu'Abruptum en est, ou Satanicum Tenebrae, ou encore Sektarism.

 

Des projets en cours dont il faut parler? La prochaine étape?

Comme je le disais, ce futur album, suite d'Humainly Sick. Il faut savoir qu'il y aura un minimum de 20 invités sur cet album, d'où le concept original et unique, et jamais à refaire.

Ensuite un boxed set de 5 ou 6 albums de Drone / Ambient est prêt, malheureusement le label a jeté l'éponge avant que tout soit prêt, donc, je cherche.

Je travaille également sur un nouveau split et probablement sur des rééditions futures telle The Essence I.

 

922899_10151675103641257_517342049_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo par Grigor Mishov Photography

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire