/// ARCH ENEMY

L'Usine, Istres (27/11/2014)

Publié le 01/12/2014 par lucinda

Les Allemands de KREATOR et les Suédois d'ARCH ENEMY nous gratifient d'une tournée européenne, avec quatre dates en France. L'occasion pour ces derniers de continuer à présenter à travers le monde Alissa White-Gluz, qui a officiellement rejoint le groupe cette année, après le départ de l'emblématique Angela Gossow.

Adepte d'Alissa depuis ses premières apparitions aux concerts de KAMELOT, j'ai fini par m'intéresser à ARCH ENEMY avec "War Eternal", qui contient son lot de morceaux excellents. C'était donc avec une certaine impatience que j'attendais de voir ce que donnait le groupe en live.

 

DSCN4728-2

Le concert ouvre sur l'intro classique et mystérieuse de "War Eternal". L'arrivée de membres est bruyamment saluée par un public en furie. Tout de suite, on réalise à quel point la chanteuse s'est bien intégrée au groupe ; au risque de heurter les incorruptibles d'Angela, elle donne la claire impression d'en avoir toujours été l'interprète !

Au fil des morceaux, pourtant, on se rend compte de la linéarité avec laquelle le concert se déroule... Les musiciens jouent leur rôle sans réelle interaction entre eux ou avec l'audience. Seule Alissa délaisse de temps en temps son personnage pour s'adresser au public, dans un français légèrement teinté de son accent québécois. Elle profite également du titre Under Black Flags We March pour brandir un grand drapeau noir et frôler les mains des premiers rangs avec. La chanteuse prétendra avec humour ne pas entendre le public et être la seule à s'exprimer ce soir. Une critique qui pourrait à vrai dire viser ses collègues sur scène...

Ajouté à cela, la setlist ne présente que trois titres du dernier album : les trois singles, et donc, les trois morceaux les moins originaux de l'opus... On fait ainsi l'impasse sur des compositions de qualité telles que Never Forgive, Never ForgetAvalanche ou encore Time Is Black, pour ne citer que les meilleures.

Bien entendu, le public répond avec justesse à l'énergie brutale du groupe. Les pogos vont bon train dans la salle pleine à craquer, et les spectateurs acclament largement les morceaux cultes, comme No Gods, No Masters, pendant lequel Alissa encouragera le public à chanter haut et fort avec elle.

 

DSCN4748-2

Le fin du show est d'autant plus surprenante, puisque nous n'avons droit ni à un rappel, ni même à une indication qu'il s'agit du dernier morceau, comme la tradition l'exige... ARCH ENEMY quitte micros et instruments, salue la foule avant de poser dos au public pour leur photo finale, et de s'en aller tout aussi prestement.

En outre, la critique majeure que je ferai à cette performance est son manque d'humanité et de spontanéité. Même s'il ne fait aucun doute que les musiciens sont aussi expérimentés que concentrés dans leur jeu, il n'empêche que je ne suis pas parvenue à ressentir quoique ce soit lors de leur prestation... Peut-être devrons nous attendre que le groupe revienne nous voir en tête d'affiche et propose un set plus long ? En tout cas, il ne manquerait pas grand chose pour rendre leurs performances un peu plus marquantes !

 

 

Setlist

Tempore Nihil Sanat (Prelude in F minor) (intro)

War Eternal

Ravenous

My Apocalypse

You Will Know My Name

Bloodstained Cross

Under Black Flags We March

As The Pages Burn

Dead Eyes See No Future

No Gods, No Masters

We Will Rise

Nemesis

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews