/// Bumblefoot

Toulouse (17/11/2002)

Publié le 17/11/2002 par Bloody

C’est en curieux que je vais voir Bumblefoot et ses amis, puisque mis à pars deux/trois morceaux de Monsieur Ron Thal je n’y connais pas grand chose ! Cela dit vu la grosse tourné de Bumblefoot en France, et vu que les dit morceaux me plaisaient bien, je me suis laissé tenter. Le concert a lieu dans une salle très sympa : large, avec possibilité de boire une bière tout en voyant bien le show, le son sera par contre très moyen à cause d’un manque de puissance.

Le premier groupe à monter sur scène ce nomme Kooma, je les découvre aujourd’hui, et j’en suis heureux : fusion jusqu’au bout des doigts, le quartette déballe un concert fun qui fait penser pelle mêle aux Red Hot, à Faith No more, ou aux Fishbone. Le chanteur très doué ne se prend pas au sérieux, le grateux assure des petits solos plein de feeling, bref une bonne mise en bouche.

La suite est moins glorieuse, le groupe qui suit m’a surtout marqué par son chanteur casseur d’oreilles. Rajoutez à cela les attitudes “heavy-metal” à la con : et vas y que je fait un tourniquet avec mes cheveux long, et vas y que j’écarte les jambes quand je chante ... lourd de chez lourd mais pas dans le bon sens du terme. Les musiciens qui l'accompagnent sont nettement plus doués, mais on insistera jamais assez sur le fait qu'une bonne technique c’est bien, mais ça ne suffit pas à faire de bons morceaux. Des fois il faut savoir arrêter d’en mettre partout et aller à l’essentiel, et pas essayer de se la jouer Dream Theatre quand le talent de composition manque. Le nom de ce groupe ? Je l’ai oublié, mais si ça vous dit vraiment je peut essayer de le retrouver (comment ça non ?).

Passe quelques minutes d’attente et Bumblefoot ( qui est en fait Ron Thal plus des musiciens de tournée à savoir les membres d’un groupe français du nom de Plug-in ) rentre sur scène, fait ses branchements, ses réglages ( et oui c’est pas un gros groupe ! ), et entame le show par un morceau de big rock qui tache. Le groupe s'arrêtera quelques secondes après la faute à des problèmes techniques qui entamerons le son du concert, le chant de Ron étant souvent difficilement discernable, dommage, même si chez Bumblefoot ce qu’on attend c’est les guitares. De ce coté là le public ( d’un statisme impressionnant, c’est toujours comma ça pour les concert de guitar-Hero ? ) est servi, d’abord parce qu’il peut copieusement baver devant les modèles présentés, la guitare en forme de “pied de bourdon” ( bumblefoot en anglais ) remportant un vif succès, mais la Vigier frethless ( sans case ) j'en suis sûr à aussi fait des envieux. Niveau technique pas grand chose à dire : rapidité, fluidité, précision et feeling, le tout dans un style rock-hard bluesy flirtant par moment avec la fusion. En plus les zicos qui jouent avec lui en rajoutent une couche, alors bon, forcement ça décourage les musiciens amateurs que nous sommes. Pendant une interlude Ron Thal s’en vas et laisse à Plug-in le soin de faire une démonstration de “branlette-guitare”, puis il revient avec costard et écharpe noir à point rouge ... A partir de là le concert prend une autre tournure : de sympa il passe à excellent : le groupe s’attelle à un mélange inédit de rock avec voix crooner, période pendant laquelle Ron Thal montre que oui, c’est aussi un bon chanteur ( il nous fera des démonstrations convaincantes de voix ragga, vous savez un peu à la Joey Starr ) !

Bref un concert “free style” avec une grosse dose d’humour et d'auto dérision ( un des morceaux s’appelle “guitar suck !” et est uniquement composé d’un long et rapide solo de guitare ! ), qui verrat même Ron Thal bonnet sur la tête nous chanter ( en version rock ) une comptine de Noël, un mois avant ? le monde est fou on vous dit !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews