/// Black Bomb A

Meisenthal (18/12/2004)

Publié le 18/12/2004 par Pierre (un internaute)

Nous voilà jour de début des vacances de Noël à Meisenthal, une ville du pays de Bitche connue pour son artisanat verrier de boules de Noël en cristal, assez inattendu pour accueillir un tel concert. C’est la petite salle des fêtes de la ville qui accueille X Vision et Black Bomb A dont c’est le dernier concert de l’année 2004.

En arrivant on se demande si on ne s’est pas trompé d’endroit, la salle est petite et paraît bien inappropriée. Il s’agit de la salle communale qui se trouve juste à côté de la mairie, cela n’a pas empêché environ 450 personnes de venir se défouler ce soir là.

Maintenant que le décor est planté, place à la musique. La soirée commence par X Vision, un groupe messin qui chauffe bien l’ambiance. Leurs bonnes influences Fear Factoriennes déclenchent des slams à coup sûr. Les X Vision se donnent a fond, ce qui leur permet de bien introduire BBA.

Voilà venu le moment de l’interlude buvette, ce qui permet de patienter pendant le va et vient des instruments.

Une fois tout installé, l’entrée en matière de BBA consiste aux réglages des balances, c’est assez intéressant d’y assister, tout d’abord pour savoir comment ça se passe ensuite pour apprécier la technicité des musiciens. Le batteur attaque des solos de batterie en guise d’échauffement, teste les toms, cymbales et nous assène avec sa double. A l’aide de gestes il commande les réglages aux ingés son. Il en sera de même avec les guitares et ensuite les voix. Et quelles voix ! Arno s’éclaircit les cordes vocales par des hurlements quasi apocalyptiques, toutes les têtes se tournent, le ton est donné.

Leur set commence et au bout de 10 notes le pogo est lancé, les ¾ des gens sont en furie et ceci tout le long du concert. Les BBA cassent la baraque sur cd mais en live, l’effet de blast est décuplé, Arno et Poun ont un jeu vocal impressionnant, c’est très visible chez Poun dont le visage devient écarlate lors des longs moments où il sort ses hurlements aigus. Les 6 BBA nous martyrisent les tympans avec des morceaux provenant des 3 albums. Bien que les deux premiers aient été enregistrés avec Jag qui a un chant bien particulier, on se rend compte que la voix d’Arno passe très bien, même si elle est bien plus grave. Le résultat est que les anciennes compos gagnent en violence par le contraste entre l’aigu de Poun et le grave d’Arno. "Police stop da way" est introduit par un petit discours sur la surpopulation policière et des gyrophares bleus sur les baffles accompagnent la chanson. De l’anti-Bush est aussi au programme et avant "Mary", un petit mot sur le cannabis est prononcé.

Finalement j’en ressort vidé, en nage, le cerveau et les oreilles en vrac. Mais après bien 2h de BBA on n’a qu’une envie : remettre ça !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews