/// Loublast + Gojira + No Return + The Old Dead Tree + Scarve + Garwall

Paris (20/03/2004)

Publié le 20/03/2004 par Lud'o

Le printemps s’annonce plus que bien en cette année 2004 pour la scène Metal française, puisque la Loco, salle plus que mythique pour les metalleux parisiens et franciliens, affichait complet en ce dimanche après-midi. Et même une heure avant l’ouverture des portes ( pour une fois ponctuelle, la soirée sentait déjà l’exception rien qu’à ça ! ) une très belle foule de fans en tous genres ( bien plus de bons vieux thrashos que d’autres quand même ) s’amasse sous les hélices du Moulin Rouge, picolant, discutant les uns avec les autres, distribuant des flyers et tout ça au soleil !

C’est donc ponctuellement que Garwall ouvre le bal avec son Death-Black de très bonne facture ( mon dévouement pour MetalFrance m’obligeant à distribuer des flys à l’entrée lors de leur set j’en ai raté l’essentiel ), les deux titres auxquels j’ai pu assister m’ont semblé bien sympatoches, le chanteur officiant également dans Genital Grinder, ses capacités vocales avaient l’air parfaites et Olivia, bassiste de No Return, s’échauffe donc malgré une méchante tendinite.

Scarve prend aussitôt la scène d’assaut et vient nous apporter la preuve que la puissance de leur dernier bijou, Irradiant, est littéralement décuplée en live. Dirk, « king of the kings » des batteurs de la scène française ( puisque officiant également dans Lysanxia, Mortuary et j’en passe … ), nous éclate la tronche avec ses fûts et l’alchimie des deux chanteurs, Pierrick et Guillaume ( malgré ses problème de micro au début du set ) forme, d’après moi, le cœur de toute l’énergie de ce groupe aussi goûtu en live que sur cd.

Les titres du dernier opus défonce la fosse ( "Irradiant", "Molten Scars", ha ! Ce titre ! ) ainsi que le désormais classique "Emulate the Soul" du précédent album, ou ceux de Transluscence. Scarve a chauffé la foule comme une boulette de shit vous brûle un bras ( c’est mon expérience personnelle et vécue durant ce gig qui parle là … )

« On est le groupe le plus calme de la soirée ! » déclame Manuel, le guitariste chanteur de The Old Dead Tree. Vrai, mais pas seulement le groupe le plus calme. TOTD était également le groupe le plus touchant, le plus communicatif avec son public ( beaucoup de minettes quand même … lol ), le plus souriant et celui qui a dégagé le plus d’émotion au sein de toute cette vague de brutalité. Après une belle intro, "It can’t be", "The bathroom Monologue", "It’s the Same for Everyone" ( leur « tube » comme l’a dit Manu ) et l’énorme “We Cry as One”, titres extraits essentiellement de leur merveille de The Nameless Desease, composent en partie leur set avec une ou deux jolies nouveautés. Point fort de leur gig : 31 ans du gratteux, performances vocales du chanteur sans aucun reproche ( du clair monté très haut au guttural bien Death sans le moindre souci ) et dernier show pour leur batteur qui s’apprête à aller vivre de nouvelles aventures ailleurs. Une dédicace particulière à Manuel, heureux jeune papa en ce nouveau printemps. Set parfait avec des lights magnifiques !

No Return attaque la scène pour la totale war !!! Mais, mais, mais, car il y a un « mais » ( 3 là en fait ), malgré un set violent grâce au choix des compos et un Moreno immensément digne remplaçant de Steeve, No Return est loin d’avoir réalisé un concert mémorable, mais ce fait là n’est pas vraiment de leur faute dirons-nous, explication : Olivia jouait son second concert le même soir avec une tendinite, Boban, nouveau batteur ( ex-Korum et Forest in Blood ), n’en était qu’à sa troisième répèt avec le groupe avant ce show ( tendu quand même ) et les samples qui déconnent… pour le coup, un set violent ( merci Moreno en particulier ), une fosse en folie ( et des slammeurs qui éborgnent les reporters de MetalFrance avec leurs pompes…. OUI, c’est encore du vécu et ça fait MAL !!! lol ) mais écourté, déception pour les fans… No Return travaille son nouvel album et se relance sur la scène depuis peu après de dérangeants changements de line-up, laissons les reprendre leurs marques et ça va saigner très bientôt !

Pour Gojira, je serai bref et je ne pourrai dire qu'un mot : ENORME !!! "I Embrace the World" EST Gojira et lorsqu’ils la jouent, plus rien n’existe ! Toujours aussi impressionnants, professionnels, carrés, parfaits ( mais trop peu communicatifs avec leurs fans ), son qui cartonne, musiciens vivants leur musique, batteur totalement ha-llu-ci-nant !!! ( ses p’tits solos là putain ! Miam ! ), Gojira quoi, que dire de plus ?

Après un long changement de plateau, quand la lumière s’éteint pour se rallumer quelques secondes après ; ils arrivent, ils sont là, le groupe reconstitué avec Alex d’Agressor à la rythmique, Steph Buriez ultra souriant au micro et à la gratte, un bassiste aguicheur du public et en super forme. Loudblast est de retour pour soulever encore plus haut le niveau déjà très élevé de notre scène Metal nationale et ils ont la rage. La fosse n’a d’yeux que pour eux, toutes mains levées, standing ovation pour les Loud qui donnent tout ce qu’ils ont ce soir. Citer les nombreux classiques tous accueillis avec des cris de joie ne serait que perte de temps ( z’aviez qu’à y v’nir à ce concert NA ! ) mais "Man’s Own" comme premier des 3 titres en rappel, quel bonheur, quelle jouissance !!!! Que dire face à tant de bonheur et de perfection ? Alexor se fait cependant discret et très caché par ses cheveux ( héhéhé ! ) mais rien que de le voir sur la même scène avec Buriez, ces deux piliers de notre scène Metal, ça mérite plus que du respect !

Soirée inoubliable !

http://garwall.free.fr
http://www.scarve.net
http://www.theolddeadtree.com
http://www.gojira-music.com
http://noreturn.fr.st
http://www.loudblast.net

Photo Franck aka "Agressor"

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews