/// Summer Breeze Festival

Allemagne (19/08/2004)

Publié le 19/08/2004 par Withinsylvia

Après 8h de route et après s'être fait arrêter par la douane volante, la police allemande, et flasher 2 fois, nous arrivons enfin dans la petite bourgade de Abtsgmund ( à 1h de Stuttgart ). Un jour de festival s'est déjà écoulé et vue l'état des pelouses on imagine que le beau temps n'était pas au rendez-vous. Nous nous installons au camping VIP qui cette année est pris d'assaut. Avec toutes les embûches sur la route je rate Leaves Eyes et arrive juste à temps pour Xandria qui investit la grande scène. Ils nous délivrent un set peu enthousiasmant avec quelques faussetés. Le très attendu "the lioness" n'aura pas l'effet escompté. Le jeune groupe a encore du chemin à faire.

Je retrouve mes 2 acolytes qui finissent de monter la tente. Un gros whisky coca et c'est parti pour Sodom. Le bon vieux thrash des Sodomites fait son effet et déchaîne la foule. Leur titre fard "Sodomy and lust" met en point d'honneur à un show plus qu'honorable. Une bouteille de vodka plus tard nous voilà de retour dans le parc aux fous pour apprécier Six Feet Under. Le public est déchaîné et bien allumé pour accueillir comme il se doit la bande à Chris Barnes. Un répertoire bien choisi, dont le fameux "TNT" et non moins fameux "Revenge Of the Zombie", fait souffler un vent d'hystérie. Enfin la journée de festival se clôt avec l'excellente prestation de Katatonia. Cependant on les sent un peu distant du public, ils semblent enfermés dans leur trip. Trippante la musique de Katatonia l'est, mais on regrettera le manque d'implication. Une bonne partie du répertoire du Viva Emptiness sera joué ainsi que l'incontournable "Teargas".

De retour à notre bonne vieille tente ( qui a pris l'eau entre temps ), on rattaque au whisky et à la bière. Nous ameutons nos voisins qui prennent racine devant notre tente. 6h du mat, les derniers poivrots piquent du nez, le soleil se lève et il est temps pour nous de se coucher. Debout à 10h pour la douche ( la sécu veille aux fameuses douches de la piscine ouvertes exceptionnellement pour les campeurs du VIP ). Mes acolytes ( devenus pour le coup mes alcooliques ) ronfleront jusqu'à 14h.

Hatesphere et Mnemic délivrent un show carré à la hauteur de leur réputation. Le public allemand est fan et nous aussi. Nous découvrons ensuite les Schandmaul qui offrent un spectacle typique teuton avec violon, cornemuse et folklore à foison. Sympa en spectacle mais plus difficile sur album. Vient Brainstorm sur la Main Stage, le seul groupe de heavy que nous avons vu du festival mais qui valait le coup d'oeil. Andy B Franck ( qui officie également dans Symphorce ) réveille un public quelque peu somnolant et l'entraîne dans leur power heavy musclé. Un p'tit tour vers le célèbre bus MetalHammer où un petit groupe d'une trentaine d'excités headbangent et crient sur les références métal ( soit toutes les séries de Pantera, Metallica, Megadeth et compagnie ). Pour clore en beauté le festival voici Danzig qui donne un show de qualité mais un peu long tout de même. Malgré la pluie et un froid de canard j'attends avec impatience "Mother" et le "Dirty Black Summer" qui auront mis le temps à arriver. Pour le coup Glenn Danzig fait sa star et ordonne une interdiction de photos. Dommage. Fin des hostilités, enfin pas tout à fait, il reste Fintroll qui met le feu à la Pain stage portant bien son nom puisque malgré la corpulence de Wilska le staff n'hésitera pas à leur couper le sifflet en milieu de chanson.

RDV sous la tente Vip où on se réchauffe au whisky et au vin blanc. Fintroll investit les lieux et nous croisons un Vinnie ( Anathema ) hilare ( venu en touriste ) qui ne tient plus debout. Tel un gosse il se fait rouspéter par ses potes. Nous lui proposons une goulée, qu'il accepte et qu'il renverse aussitôt et en bonne fan d'Anathema je me propose d'aider ce pauvre Vinnie qui se fait une fois de plus rappeler à l'ordre. Une conversation qui n'a ni queue ni tête et voilà l'idole de ma jeunesse qui rentre avec ses potes faisant office de béquille. Je suis parmi les derniers rescapés à quitter les lieux, bien fatiguée ... happy Un festival plus mémorable pour la rigolade que pour les groupes ( contrairement à 2003 ) et largement gâché par les trombes d'eau que l'on a reçu. Un p'tit salut à mon Oliv, Arnaud, Mike de Destinity , Vincent (et Jean Claude).

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews