/// My Pollux + Lazy + Klone

Glaz'art (21/12/2005)

Publié le 21/12/2005 par Marquise , Darkgrinder

Ce Mercredi, aura été l’occasion d’une première rencontre avec notre nouveau photographe (bienvenu dans l’équipe Yann blunk ).

Ce premier concert au Glaz’art pour nous aura également permis de découvrir cette salle du nord de Paris.

On aurait pas fait attendre le public trois quart d’heure dehors dans le froid ça aurait été sympathique, mais non. L’affiche précisait l’ouverture des portes à 20h mais tout aura commencé à presque 21h.

Enfin, une fois réchauffés à l’intérieur nous avons pu saluer la mise à disposition (gratuite) de boules quiés, un geste plutôt appréciable quand on connaît le volume sonore parfois excessif développé par les concerts metal.

Il aura été tout aussi agréable de voir la salle bien se remplir. D’accord le Glaz’Art est relativement petit mais il n’est pas rare de voir des « petits » concerts être boudés. Un public plutôt jeune, à croire que passé 20 ans la TV se fait plus plaisante qu’un bon concert mais bon …

La difficile tâche qui consiste à chauffer la salle aura été léguée à Klone. Venu tout droit de Poitiers le groupe hybride de thrash/death/neo/expérimental, (bon ok ça n’aide pas beaucoup disons que ça pourrait vite fait faire penser à Gojira).
Malgré un bassiste plutôt doué le groupe aura du mal à remporter la faveur du public sans doute encore en train d’oublier le froid .
Et ce au grand damn de ce même bassiste qui aura beau s’exciter, le mouvement ne viendra que peu.
Peut-être la faute à des passages plus ou moins ronflants. A moins que ce ne ce soit à cause des intermèdes expérimentaux entre les titres metal. Dommage car le groupe possède de bons atouts.

Mais la soirée prendra une toute autre tournure avec la monté sur scène de Lazy. Remettant au goût du jour le hard-rock c’est avec une onde de bonne humeur qu’ils ont lancé leur sauce.
Un jeu sympathique style ACDC boosté au hard-core.
Le combo savait où il mettaient les pieds et le public ne s’y était pas pas trompé. Bien que la scène ne fut élevée que de quelques centimètres les slams étaient présents et le pogo fut bien sûr mouvementé.
Lazy avait une pêche d’enfer, en découlait un jeu de scène sympa. Et on ne pouvait que sourire à l’écoute de ces solos de guitare année 80.
Chapeau bas donc à Lazy qui sera allé jusqu’à voler la vedette à MyPollux.

Et ce n’est pas peu dire tant la performance de MyPollux fut elle aussi de qualité. Le jeune groupe auteur de leur premier album « Trouble Amarante », bien que d’un style totalement différent de son prédécesseur, aura su mettre en valeur son jeu.
Tout d’abord sur scène le groupe sonne beaucoup plus metal que sur leur album. Disons que leurs titres rendaient néo metal, entre Dorro et Eths alors que sur « Trouble amarante » on a plus affaire à du rock-pop teinté de metal. Et si le mérite devait revenir à une seule personne se serait bien à sa chanteuse, bien que le batteur est incontestablement très inventif et technique.
En effet malgrè ses 50 kgs toute mouillée elle possède un rare coffre. Lussi chante très juste et ce en developpant un chant assez complexe, jouant sur des changements d’octaves et de rythmes aussi élevés l’un que l’autre. C’est seulement sur les rares passages gutturaux qu’aura peiné ce petit bout de femme.
Le charme s’est alors élevé rapidement surtout que son jeu de scène est loin d’être statique, tantôt furie déchainée, tantôt baby doll fragile et boudeuse, elle pousse le vice jusqu’à y incorporer une légère part théatrale.
Les rouges s’en sont donc très bien sortis en rendant leur musique plus agressive pour la scène, un pari pas bien aisé, bravo.

Le concert se terminera dans un certain calme aux abords de minuit, le public sans doute envoûté par l’univers étrange de MyPollux.

Merci aux trois groupes, ce fut un bon concert.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews