/// Lamb Of God/Trivium/Machine Head/Gojira

Le Medley à Montréal (Québec) (20/03/2007)

Publié le 20/03/2007 par DevilDiva

Live Report Lamb Of God/Trivium/Machine Head/Gojira

Le concert de ce soir a lieu au Medley de Montréal et réuni Lamb Of God/Trivium/Machine Head/Gojira sur une même affiche. Autour de la salle, les revendeurs font leur marché tandis que d’autres expriment leur joie par des cris et autres hurlements barbares. Après une bonne heure d’attente dans un froid glacial, je rentre dans un Medley blindé qui affiche complet pour la soirée.

Le temps de récupérer mon pass photo, j’arrive juste pour le début de Machine Head, ce qui me fait comprendre immédiatement que je viens de rater mes frenchies favoris : Gojira. Mais je ne doute pas une seconde de la qualité de leur prestation, en témoigne les nombreux commentaires des Québecois autour de moi : « Enorme en tabarnak! ».

Etonnant tout de même pour moi de voir Machine Head jouer si tôt mais ici au Canada (ainsi qu’aux Etats-Unis) Trivium et surtout Lamb Of God sont beaucoup plus populaires et ce malgré leur retour fracassant sur les devants de la scène avec leur album « Through the Ashes of Empire » en 2004.
Machine Head ouvre les hostilités avec « Clenching The Fists Of Dissent », un titre qui dénonce les atrocités de la guerre et qui inaugure en beauté leur nouvel album.

J’évite de justesse à chaque fois les jeunes slameurs qui atterrissent dans le photo pit mais au moins je ne pourrai pas dire qu’il n’y avait pas d’ambiance. Les 4000 spectateurs sont déchaînés et les bonnes places pour assister au show sont rares. Machine donnera un show impeccable avec au final un set list sans surprise… Tous leurs vieux tubes sont passés en revue : Old, Ten Ton Hammer, Take my scars, The Blood The Sweat The Tears et seulement 2 titres de leur dernier album : The Blackening. Pour terminer leur set en beauté Machine Head nous offre le titre « Aesthetics Of Hate » en guise d’hommage à leur ami et merveilleux guitariste Dimebag Darell.

A la fin du show, Rob Flynn comme à son habitude remercie de public pendant de longues minutes… humilité sincère ou ultime fayotage? A chacun d’en juger…

Après 40 mn de show, Machine Head laisse sa place au jeune groupe Trivium qui déboule sur scène avec une fougue et une bonne humeur contagieuse. Considérés comme les « nouveaux Metallica », Trivium donnera un show de plus d’une heure avec un professionnalisme exemplaire. Cependant le groupe manque cruellement de charisme nous rappelant alors qu’ils ne sont pas au bout de leur route pour réussir à égaler un jour Metallica.
Set list Trivium :
Hourglass
Rise
Walk with me in Hell
Ruin
Pathetic
Palaces
Descending
More Time to Kill
Blacken the Cursed Sun
Bloodletting
11th Hour
Something to Die For
Laid to Rest
Vigil
Redneck
Black Label

De plus que Trivium ne fait pas l’unanimité dans la salle car si le groupe fait le plein de succès en Europe, ici c’est une tout autre histoire et les commentaires médisants fusent de toute part autour de moi. Il faudra encore quelques albums aux américains de Trivium pour prouver au public qu’ils sont un groupe à part entière avec leur propre identité et non pas un groupe hommage aux four horsemen Qu’importe, Trivum a fait ce soir son maximum pour séduire un public sévère venu en masse pour applaudir les rois de la soirée : Lamb Of God.

Ici sur le territoire américain, Lamb Of God joui d’une grande notoriété et tout le monde s’accorde à dire qu’ils sont la relève de Pantera. Rappelons nous que Lamb Of God fut nominé il y a quelques semaines au prestigieux Grammy Awards dans la catégorie « Best Metal Performance », leur valant une reconnaissance internationale. Leur dernier album « Sacrament » s’étant vendu à plus de 200 000 exemplaires depuis sa sortie en août 2006.

Il est un peu plus de 22h lorsque Lamb Of God enflamme les planches du Medley avec le titre « Walk With Me In The Hell » qui tranforme le pit en un carnage indomptable.
Randy Blythe est incontestablement un extraordinaire frontman qui n’hésite à se donner à 100% de la première note jusqu’à la dernière. Cependant, les musiciens ont l’air exténué et les jeux de lumières sont pas mal désagréables pour le spectateur qui se prend tour à tour des lights rouge et vert dans les yeux, sans parler de la fumée artificielle qui trouble méchamment la scène.

La majorité des titres joués sont extraits de l’album « Sacrament » mais ils n’oublieront pas de nous envoyer quelques un de leurs standards tel que « Ruin », « 11th Hour », « Laid to rest » et l’incontournable hit « Red Neck » joué le soir des Grammy.
En somme une bonne claque dans la figure et une présence scénique tout à fait admirable.

Avec une telle affiche la soirée ne pouvait être que réussie, alors à quand la même tournée en France? Croisez les doigts...

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews