/// ACDC

Stade de france (12/06/2009)

Publié le 12/06/2009 par arnaud

Voilà plusieurs mois que mon billet pour le concert d’AC/DC
du vendredi 12 juin 2009 ornait l’étagère de mon bureau. Tel un prisonnier qui
compte les jours lui restant avant sa libération, le sauvage qui est en moi se
prépare à sortir de sa cage.

Le jour J est enfin arrivé et nos billets en poche, nous
arrivons vers 18h aux portes du Stade de France.

Les fans sont déjà postés devant les grilles ou s’abreuvent
de pintes fraîches. 18H30, les portes s’ouvrent et la foule entre petit à petit
dans l’enclos du stade.

Après deux premières parties décevantes, le speaker du Stade
annonce l’arrivée imminente du groupe sur scène.

Plus de dix ans d’attente et je me retrouve enfin devant ce
show. En effet, un concert d’AC/DC n’est pas qu’un simple concert, c’est un
show, une assemblée de milliers de fans en parfaite harmonie, en osmose devant
ce groupe mythique formé il y a plus de 36 ans. Les fans viennent des 4 coins
de la France et de l’étranger, et sont issus de milieux bien différents. AC/DC
est un groupe qui attire toutes les générations. La foule est composée à la
fois de quadragénaires, d’adultes et d’ados. Les prolos côtoient les
bureaucrates qui ont lâché leurs costumes trois pièces le temps d’une soirée.
Nous, tous les fans d’AC/DC, portons les mêmes couleurs ce soir : baskets,
jeans déchirés et t-shirt noirs au nom de la formation !

Avant même l’arrivée du groupe australien, le spectacle
démarre en trombe avec un dessin animé mettant en scène le quintet à bord d’un
train lancé à grande vitesse. Dès lors, les 65 000 fans présents deviennent
hystériques, criant en chœur : AC/DC !!! AC/DC !!!
AC/DC !!!

Le clip s’achève dans un grand fracas, celui du train
sortant à toute allure des profondeurs de la Terre (ou de l’Enfer ?)!

Ca y est, le plus grand groupe de rock au monde est bien
là !

La guitare saturée d’intro annonce le premier titre de la
soirée, Rock’nd Roll Train premier titre du dernier opus Black Ice. D’ailleurs
la glace, n’a jamais été aussi brûlante que sous l’ébullition du son
d’AC/DC ! Et quel son !

Le groupe comme à son habitude est parfaitement en place.
Les deux shows mens que sont Angus et Brian sont là pour faire les pitres
et animer la galerie, tandis que Malcolm
Young, Phil Rudd et Cliff Williams assurent les arrières avec la maîtrise dont
eux seul ont le secret.

Suivent à un rythme effréné Hell Ain’t A Bad Place To Be et
le titre éponyme de leur album sorti il y a déjà 29 ans, Back In Black. Faut-il
rappeler que les paroles de cette chanson écrite par Brian Johnson parle
principalement du regretté Bon Scott ? Le groupe jouera ce soir quatre
morceaux de cet album (qui fut numéro 1 en France, en Australie, aux
Royaume-Unis et aux Etats-Unis lors de sa sortie) dont Shoot To Thrill, You Shook Me All Night Long,
et le fameux Hell’s Bells. Morceau sur lequel Brian prend toujours autant de
plaisir à faire sonner la cloche !

Le groupe tient d’ailleurs à garder sa place de leadership
du Hard Rock et déchaîne la foule grâce à leur gimmicks. Ainsi, Angus fait son
strip tease de légende sur The Jack et une poupée gonflable apparaît au dessus de la
locomotive sur Whole Lotta Rosie !

Nous pouvons également remarquer que sur la totalité du
setlist, 3 albums sont vraiment privilégiés : les Let There Be Rock, Back
In Black et le dernier Black Ice.

Le groupe n’oublie pourtant pas de parcourir la totalité de
sa discographie, puisque ce n’est pas moins de 20 titres qui seront joués.

Parmi ces morceaux, les tubes Dirty Deeds Done Dirt Cheap,
Shot Down In Flames, T.N.T. et l’électrisant Thunderstruck auront particulièrement endiablé le stade sous
un sublime couché de soleil.

L’euphorie dans le Stade est communicative et le groupe le
montre sur scène. Les soli s’enchaînent notamment avec un Angus Young littéralement
possédé lors de Let There Be Rock sur la plateforme au milieu de la foule.

Le morceau War Machine, véritable tuerie du dernier album,
sur lequel un clip montre des bombardiers larguant des guitares et des filles
diabolise radicalement la foule. AC/DC machine de guerre sur scène est avant
tout un élixir de jouvence, le sourire est sur tous les visages !

Le moment tant redouté arrive finalement, le rappel. Redouté
car quand on aime, on ne compte pas ! Et en l’occurrence quand il s’agit
d’AC/DC, 2H20 de concert passe très vite, trop vite même !

Highway To Hell pour montrer une dernière fois la voie à
suivre et enfin For Those About To Rock (We Salute You) comme à leur accoutumé
pour clore leur show.

On sort d’un concert comme celui-ci avec de magnifiques
souvenirs en tête et dans les oreilles, des guitares qui sonnent au fond de
notre âme pour l’éternité... ou jusqu’à la prochaine date en France… En tout
cas, j’y serai !

Setlist AC/DC au Stade de France le 12 juin 2009 :

ROCK N ROLL
TRAIN
HELL AIN'T A BAD PLACE TO BE
BACK IN BLACK
BIG JACK
DIRTY DEEDS DONE DIRT CHEAP
SHOT DOWN IN FLAMES
THUNDERSTRUCK
BLACK ICE
THE JACK
HELL'S BELLS
SHOOT TO THRILL
WAR MACHINE
ANYTHING GOES
YOU SHOOK ME ALL NIGHT LONG
TNT
WHOLE LOTTA ROSIE
LET THERE BE ROCK

HIGHWAY TO HELL
FOR THOSE ABOUT TO ROCK (WE SALUTE YOU)"

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews