/// Hellfest 2009 by Lynn

Clisson (19/06/2009)

Publié le 19/06/2009 par Lynn

Me revoilà partie sur la route du Hellfest, 2009 cette fois, avec pour motivation, une grande curiosité et surtout l'envie de bien rigoler avec mes amis. Il faut dire que l'affiche est une fois de plus conséquente avec de grosses têtes comme Motley Crue, WASP, Marilyn Manson, Manowar, Gojira, Machine Head, Dream Theater, Down, et j'en passe.
Pas de Hellfest 2008 pour ma part, car bien trop déçue par la session de 2007, j'ai préféré ne pas y remettre les pieds. Cependant 2008 s'est avéré être une tuerie pour l'assemblée générale, ce qui n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Bornée, moi ? Pas du tout ! Allé, pour la peine, je prépare ma tente Quechua et mon sac à dos, c'est parti pour le Hellfest 2009.

Cette année, pas besoin de k-way, ni de bottes de jardinage, il fera beau. Les dieux sont avec nous. Nous aurons droit à un fest sous un soleil radieux ... d'ailleurs tellement radieux qu'on doit passer à Leclerc acheter de la crème solaire histoire de pas ressembler à des écrevisses prêtes à passer à table dans un resto chinois.

J'avoue que je vais plutôt m'attarder sur le festival en lui même que sur le descriptif des concerts. Je suis bluffée dès mon arrivée. Toute une organisation, avec des stands de billeteries, un chemin bien tracé vers les terres du festival. On peut déjà ressentir l'énormité et l'importance du fest. Le professionnalisme se fait voir avec des détails, mais qui ne sont pourtant pas anodins. Il semblerait qu'il y ait beaucoup plus de personnel, des banderoles pour nous indiquer les endroits stratégiques par exemple, bref, beaucoup moins à l'arrache, ça sent même le pro à plein nez. Le long du chemin qui mène vers l'entrée du festival, on se rend compte du nombre énorme de personnes présentes. Un nombre incalculable de tentes (surtout Quechua) sont déjà posées, et des douches ont enfin été mises en place pour le plus bonheur de tous (enfin peut-être pas tous), pour la modeste somme de 6 euros. On peut également apercevoir un grand chapiteau qui prévoit l'after !

Après avoir bravé la dernière épreuve de la fouille, nous pouvons enfin accéder au site du festival. Et là, c'est la grande surprise, un endroit méconnaisssable, Pour commencer, sur notre gauche, un énorme camion de la marque Monster (boisson energisante, sans vouloir faire de pub car c'est vraiment pas mon truc), faisant office de bar-squate, un petit peu en hauteur. Tiens, il y a même un grand ventilateur pour se rafraichir, ce qui n'est pas du luxe avec ce temps caniculesque ! A côté de ça, la zone VIP/Presse, bien changée également. Bon, je ne sais pas si ça vous intéresse, mais cette zone a été améliorée : espace intérieur (avec bar, de quoi se poser, écran géant avec les concerts de la main stage diffusés en temps réel), cours extérieure avec un grand bus à ordinateurs ainsi que des accès à internet (c'est high tech! ma grand mère hallucinerait!). Toilettes VIP (ça va, je sors), un espace interview bien amménagé avec petites loges... effet pro ! Bon, on ressort de la zone VIP (car je pense que vous deviez vous dire : "mais qu'est ce qu'elle a à nous narguer comme ca !" ) .....et oui, on est pas là pour squater les transats avec des lunettes de soleil de star, mais plutôt pour profiter des concerts avec nos amis les fous.
En ressortant, nous voici devant les deux plus grosses scènes (main stage 1 et 2), avec pour couronner le tout, un écran géant entre les deux scènes (soyez rassurés, plus gros que celui en zone VIP... je me rattrappe) afin que les nains (j'en fais partie), et les porteurs de lunettes puissent profiter des concerts (et des gouttes de sueur) en gros plan.
Un petit tour vers l'arrière et c'est l'orgie de la nourriture. Il y a en effet, plus de choix, mais c'est toujours aussi gras (mais le gras, c'est la vie ! comme dirait l'autre...). Nouveauté également pour mes yeux : le Metalmarket, chapiteau où sont regroupés vendeurs de disques, metal goodies, vêtements, bijoux, et les lutiers de la marque de guitare française Wild (à découvrir absolument!).
En passant à côté de plusieurs "endroits de repos", on tombe sur une scène avec show de strip teaseuses. Ca fait le bonheur de plus d'un homme ici bas, donc franchement, pas de quoi s'ennuyer ici.
Le site s'annonce varié et bien structuré, en comparaison à 2007 où il n'y avait que des scènes ça et là.
Bien sûr, il nous reste à découvrir les deux autres scènes sous chapiteau, mais commençons par le plus gros.

Sur les deux main stage, nous aurons droit par exemple à :
- Mötley Crue : retour aux années glam, le plublic est chaud, les gens sont venus des quatre coins de la planète et ça se sent. Première grosse tête d'affiche à passer pour ce Hellfest 2009, ils ont rammené du monde, c'est sûr.
- WASP : un Blackie Lawless avec un gros coup de vieux sur le visage, mais avec une voix immortelle. Ce chanteur assure toujours aussi bien et impose un certain respect, il faut l'avouer.
- Down : petite déception pour ma part. Un son over-saturé. Ils ont manifestemment voulu cracher du gros son mais en échange, on a eu en cadeau un son beaucoup trop fort qui nous a arraché les tympans. Phil Anselmo ne chantait pas vraiment bien et avait moins de charisme que le chanteur de Papa Roach (qui avait d'ailleurs bien assuré).
- Machine Head : grosse tuerie en pleine obscurité. On a l'impression que toute la populasse s'est arrêtée pour ne regarder qu'eux. Son énorme, jeux de lumières, on en prend plein les yeux. Ils commencent leur set en nous balançant "Imperium", ça annonce déjà la couleur. Un Rob en forme, qui parait prendre de la masse musculaire (balèze!) et des poils au fil du temps ... on dirait presque un Zakk Wylde du son furieux. Super prestation.
- Gojira : que dire ... toujours aussi gigantesque musicalement parlant et hypnotisant. Nous sommes heureux de retrouver une fois de plus notre fierté française et leur charisme sans pareil nous confirme toujours la chose, au fil du temps.
- Pain : court set donné par monsieur Tägtgren. Bien fait, cependant des titres moins attendus par le public. Nous n'auront pas droit aux derniers tubes, mais heureusement on pourra entendre "Shut your mouth" que le public chante en coeur.
- Black Stone Cherry : nouveau groupe de Roadrunner, il s'agit d'une formation de jeunes musiciens talentueux qui nous reprennent un rock des années 70. Les jeunes ont une aisance sur scène et une manière d'attirer l'attention que j'ai rarement vues. Assez hypnotisée par leur jeu de scène, j'ai définitivement adoré. Le chanteur à une superbe voix et les guitaristes sautent partout sur scène, on se demande comment ils arrivent encore à jouer. Bref, excellent !
- DevilDriver : vous souvenez-vous de Coal Chamber ? Et bien voici le nouveau groupe de Dez Fafara, l'ancien chanteur. Les américains sont de passage en France pour leur plus grand plaisir, et le notre aussi. Une bête de gros son et des titres burnés, tout en restant mélodique, c'est un bon mixe pour faire bouger les gens, à tel point qu'un circle pit se forme!
- Suicidal Tendencies : une ambiance du tonnerre, avec un son et un groove sans pareil. Une vraie patate dans la figure ! Le groupe invite une petite partie du public avec eux sur scène pour sautiller sur place (en rythme bien sûr)... bon enfant !
- Marilyn Manson : première fois pour moi que je vois l'artiste à l'oeuvre, et c'est une petite déception, je l'avoue. Sans faire ma difficile, c'est sans charisme que je vois déambuler cet homme mystique ... qui a failli se rammasser en déchirant une toile de plastique transparent dans laquelle il était enfermé... rigolo n'empêche. Sans me moquer, c'est quand même des fans avec un t-shirt à son effigie qui s'en vont en plein concert ....
- Europe : retour aux années 80 ! Cette fois, pas de grosse moumoute frisées avec du gloss, mais des musiciens à la page avec petite coupe de cheveux et petite chemise. Ils nous jouent tous leurs gros tubes. Joey Tempest joue le beau gosse et n'a pas perdu son charisme. Toujours aussi bon chanteur, le temps n'a pas eu raison de lui, ni du groupe qui a toujours autant de succès auprès de ses vieux fans. Bien sûr, pour finir, un "Final Countdown" chanté par le public qui prone que "ce titre devrait être un hymne national". Moi je serais pour, et vous ?
- Dream Theater : nos cinq musiciens-icônes sont de retour au Hellfest pour un set parfait et pro à souhait. Un son d'une propreté scandaleuse et des jeux de lumières éblouissants. On a droit à de l'ancien comme du nouveau son. Fan de prog ou non, on ne peut qu'admirer la prestation technique.
- Manowar : alors le groupe légendaire over burné et over puissant.. que donnera t il en live ? Et bien pas grand chose pour ma part. J'avais mis mon espoir en eux, mais je suis partie après la deuxième chanson, m'ennyant à mourir. Pas bien pour une journaliste, mais humaine avant d'être journaliste, il faut dire aussi que ce fut le dernier concert après trois jours de fest ... je préferais donc voir mon sac de couchage.

On aura aussi le droit (ou pas) à des groupes comme : Heaven and Hell (nouvelle formation de Dio), Papa Roach, Buck Cherry, Anthrax, Edguy, Misfits, Cradle Of Filth, Dagoba, Soulfly, Hatebreed, Epica, DragonForce, Mastodon, Stratovarius, Volbeat, et bien bien d'autres !

Voilà pour les grosses scènes, mais n'oublions pas les deux autres (et pas des moindres), sous leur chapiteau : la Rock Hard Tent, et la Terrorizer Tent (mmmh des noms qui inspirent le bonheur, n'est ce pas ?). On y trouve une autre ambiance car le cadre un peu plus "fermé" rend l'atmosphère plus intime. Voici des groupes qui sont passés ... dessous !
- Enslaved : ambiance brumeuse, froide, et sombre pour les scandinaves qui nous délivrent un set avec leurs plus beaux titres, en passant de Isa à Ruun.
- Pestilence : du death old school monté par des hommes à la boule à zéro, on dirait presque qu'on va avoir droit à un concert de hardcore. Groupe fard pour les fans puristes de death qui ont adoré ce concert.
- Keep of Kalessin : entrée en matière avec l'intro de leur nouvel album, le groupe dégage d'emblée une aura particulière et un son très puissant. Passant par Armada ou Kolossus (présentation du dernier album oblige), les titres sont choisis avec soin. Jeu scénique et jeu de lumière adéquat, le groupe brille, et capte l'auditeur.
- Samael : un groupe à voir en live. Excellente performance tant au niveau du son, que des lights. Le charisme et la droiture de Vorph nous captent dans l'univers musical du groupe.
- Kataklysm : notre sympathique groupe de bourrins est de nouveau à nos côté, en forme et en mode devastator.
- Black Dahlia Murder : violence, brutalité, puissance, dévastation.
- Amon Amarth : la Hard Rock Tent est blindée, les fans sont au rendez-vous même avant l'heure. Les vikings arrivent et c'est l'euphorie générale. Des fans escaladent dangereusement les piliers du chapiteau pour montrer leur enthousiasme et se faire remarquer. Le set est terrible, avec les chansons habituelles, on se croirait en pleine guerre du nord.

Il faut dire que le soir, en sortant de la Hard Rock Tent, une petite partie du site est transformée en lieu féerique puisque des plaques en fer en forme de tours médievales, ainsi que le bar, les lanternes sont perforés de trous, ce qui laisse passer la lumière et donne un très bel effet étoilé.
On pourra émettre un petit bémol quant à la visibilité des scènes sous chapiteaux car le champ d'action n'étant pas très grand, il est difficile de se placer de manière à voir la scène qui est manifestemment trop peu élevée.

Mais d'autres bons groupes ont également joué : Gorgoroth, Deicide, Entombed, Taake, Immolation, Vader, Moonspell, Cathedral, Napalm Death, Terror, Despised Icon, Pig Destroyer, Brutal Truth, etc ...

En conclusion, une totale admiration envers ce fest et surtout ses organisateurs. 60 000 spectateurs venant du monde entier, et une organisation beton. Avec mes yeux de 2007, j'ai pu voir une violente différence, sans voir la transition 2008 certes, mais cela était donc d'autant plus voyant et remarquable. Le Hellfest devient clairement un petit Wacken Open Air. C'est avec un pincement au coeur que nous quittons le site après trois jours de folie, mais en gardant de bons souvenirs en tête. Définitivement un des meilleurs festivals européens !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews