/// Misery Index + Hate Eternal + Aeon + See You Next Tuesday

Le Korigan @ Luynes (13) (21/01/2009)

Publié le 21/01/2009 par Seonadh

Après Toulouse c'est à Aix-en-Provence que je me rends pour un concert qui s'annonce bien sympathique, avec une affiche très alléchante.

SEE YOU NEXT TUESDAY

Ces ricains-là font dans la vague émergente de grindcore extrême, très technique et expérimental, qui s'écoute assez difficilement si on n'apprécie pas le genre (le genre de musique que le métalleux-type qualifie généralement dans sa grande hypocrisie de "bruit", "bordel" ou encore "bouillie sonore", en oubliant totalement que c'est les mêmes adjectifs qu'utilisent habituellement les non-métalleux pour qualifier le metal... C'est sûr si on prend pas le temps d'étudier et de connaître le genre, on ne peut pas apprécier. A bon entendeur...) En live, SEE YOU NEXT TUESDAY envoie tout (mais alors vraiment tout!) ce qu'ils ont, et pour une fois le public du Korigan ose bouger un minimum sur une première partie! Il faut dire que le jeu de scène des quatre musiciens est très motivant, il est rare de voir un groupe se donner autant à fond dans le metal. Le batteur cogne comme un fou son kit (et ses cymbales fracassées en portent les séquelles!), le bassiste manque à plusieurs reprises de décapiter le chanteur en envoyant son instrument dans tous les sens, le guitariste (pourtant aux allures d'étudiant modèle) gueule à s'en décrocher la mâchoire tout en jouant ses parties ultra déstructurées et techniques et sautant dans tous les sens sur scène et dans le pit, le chanteur quant à lui ne se prive pas non plus de bouger à fond et de blaguer avec le public qui pourtant comprend à peine un mot de ce qu'il dit! Un groupe qui envoie du gros en concert, du très gros, et qui a réussi à nous faire sourire plusieurs fois par leur audace et à bien motiver le public pour les groupes à venir. Un choix très judicieux pour ouvrir un concert!

AEON

J'avais écouté AEON sur CD histoire de découvrir un peu, et ça m'a franchement déplu. Le Death classique et impersonnel dans lequel ils officient n'est franchement pas ma tasse de thé; je me permets de donner mon avis sur leur musique ici car il ne s'agit pas d'une chronique de leur musique mais de leur prestation scénique, et franchement, rien à dire, ça envoie du lourd en live. Leur musique est plus technique qu'à l'évidence, et l'efficacité des compos très classiques passe bien mieux en live qu'à l'écoute seul chez soi. Le son n'est pas génial mais il suffit pour comprendre la plupart de ce qui se passe et d'apprécier les riffs lourds et puissants que nous envoient les clones suédois (si si, ils ont tous exactement la même tête!). Ils soldent le tout par un dernier morceau originalement dédié à "my lord, my saviour, Lucifer" (je m'en permettrais presqu'un "lol" si je n'étais pas fan de bon nombre de groupes de black aux clichés bien plus poussés... Qui a dit Belphegor?). Un concert bien sympa qui complète bien la première moitié de la soirée.

HATE ETERNAL

Place à la première co-tête d'affiche de ce soir, HATE ETERNAL qu'on ne présente plus, surtout au Korigan, où ils sont passés quatre fois en l'espace de deux ou trois ans. Ce qui m'amène à parler de la légende qui entoure le groupe à propos de leur son. Ils sont réputés maudits, et en effet, d'autres reports vous le confirmeront, à chaque un concert un problème matériel survient et leur son est parfaitement immonde. Cette fois, le son est relativement appréciable, et le set entier se déroule sans problèmes, donc le public en est relativement satisfait! Le petit Erik Ruthan gueule beaucoup mais parle peu entre les morceaux, dommage. Le jeune batteur assure vraiment, même si à plusieurs reprises il se décalait très légèrement du clic et son visage exprimait sa frustration. Mais là je chipote, j'avoue. Les membres du groupe restent relativement statiques durant tout le set, là aussi c'est dommage car ça aurait pu apporter beaucoup de les voir se donner à fond. La setlist comprend tous leurs "tubes" comme Powers That Be et I, Monarch ainsi que quelques morceaux du dernier album, en concluant sur un grandiose King Of All Kings. Sympathique comme concert, mais comme je l'ai précisé les musiciens auraient pu se donner plus... Juste un coup de gueule contre le petit gros qui jouait constamment des bras pour être au premier rang et qui a énervé pas mal de monde. Je ferme la parenthèse.

MISERY INDEX

L'écoute de leur dernier album, Traitors, m'a conduit à la conclusion que c'est un groupe fait pour le live. Et je ne me suis pas trompé, c'était un coup de poing en pleine tête qui a duré une heure. Je ne vais pas utiliser des formules cliché comme "tel un rouleau compresseur, ils détruisent tout sur leur passage" que j'ai du lire des dizaines de fois utilisé à tout va, mais j'avoue que c'est franchement tentant! Le groupe envoie à fond son set comprenant pour la grande majorité des morceaux du dernier album (dont le morceau éponyme absolument dévastateur), et c'est du lourd, du très très lourd! Les riffs efficaces nous broient les cervicales, et la rapidité avec laquelle ils enchaînent les morceaux ne laisse aucun répit. Le son n'était toujours pas parfait mais bien au-dessus de l'attente générale, donc ça n'a pu que contribuer à l'ambiance générale du concert. Surpuissant et rentre-dedans, MISERY INDEX s'est montré absolument incontournable en live. A voir absolument pour ceux qui vont au Hellfest!

Un concert mémorable, je tiens à remercier vivement Virgil de Trendkill de faire venir des affiches comme celle-ci dans le sud-est, c'est très apprécié!

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews