/// DunkelNacht

L'Hôtel de la Musique, Roubaix (59) (15/01/2011)

Publié le 15/01/2011 par Metal France

Quand on vient vous voir avec sous le bras le projet de monter un showcase Black Metal, vous ne pouvez décemment pas faire la sourde oreille.

C’est dans cette optique que la formation nordiste DunkelNacht c’est mis en tête d’offrir à ses auditeurs un showcase afin de présenter, une fois de plus, leur opus “Atheist Dezekration”.

L’idée n’est franchement pas mauvaise, sauf quand on commence à y regarder à deux fois.

Un showcase spécialement mis en place pour la promotion d’un groupe ne me semble personnellement pas être une mauvaise chose. Là où le bât blesse, c’est quand on commence à associer des termes comme “Black Metal, showcase et tombola” dans la même phrase. Certaines formations jouent sur l’ironie et s’en sortent. D’autres, et bien, beaucoup moins.

C’est donc armée de mon scepticisme habituel, nourri à grand renfort d’ironie et d’humour gras que je me suis rendue à cette soirée “black metal”.

DunkelNacht ou “Sombre Nuit” pour ceux qui auraient pris le temps de se poser la question concernant la provenance de ce doux pseudonyme. Les nordistes se sont vu coller l’étiquette de nazis par certains, quand on assiste à un show pareil, on ne peut qu’avoir un sourire s’étendant d’une oreille à l’autre, les pauvres, non seulement la musique n’a rien à voir avec les groupes réellement tournés vers cette orientation, mais surtout, surtout, nous avons à faire à tout, SAUF à du Black Metal pur jus. On peut cependant concevoir que le mélange que les membres, d’horizons complètement différents au départ, apportent à DunkelNacht un intérêt certain du point de vue musical. Nous nous retrouvons face à une formation qui propose un mix étrange entre Thrash et Death teinté de petits clins d’œil vers un Black à la Dark Funeral.

Pour ceux qui auraient encore la chance d’ignorer le pourquoi du comment, en gros, DunkelNacht peut immanquablement se résumer en quelques lignes : nous avons ici une formation qui, non contente de pouvoir toucher un public très large puisque la musique qu’elle propose regroupe de nombreuses influences grappillées un peu partout sur la scène Metal, dispose actuellement de membres qui ont un charisme incroyable aussi bien sur scène qu’en dehors : Malphas (second guitariste) et Déhà (chanteur).

Je ne cache pas que la seule raison pour laquelle je me suis déplacée pour assister à ce show c’est justement l’envie de voir ce que la formation, désormais au complet, avait dans le ventre. Je n’adhère personnellement pas du tout au principe de base d’allier Metal et Tombola. Non, là pour le coup il y a vraiment quelque chose qui ne va pas. Sans parler de l’organisation de la soirée en elle-même, il est certain que mettre un tel projet en place nécessite des efforts importants, pourtant peut-on prendre réellement au sérieux un groupe qui accumule 3h de retard sur son planning (19h entrée du public ; 22h15 début du show), imaginez la tête des gens. Ce n’est vraiment pas sérieux. Surtout pour des gens qui montent au créneau dès qu’il est question de leur “professionnalisme”.

On va supposer que je suis de mauvaise fois, encore une fois, HEUREUSEMENT que le bar était là pour faire passer le temps.

En ce qui concerne le show en question, on regrettera la longueur du set. En tant que show censé présenter le travail réalisé au plus grand nombre, peut-on concevoir un set d’à peine 35 minutes, regroupant uniquement quelques titres éparpillés de cet “Atheist Dezekration” ?
La qualité du son laisse franchement à désirer, quant au public, on regrettera le peu d’engouement pour le set qui se déroule sous les yeux trop peu nombreux des gens qui ont fait le déplacement. C’est un point qui tranche vraiment dans le vif ces temps-ci dans le Nord, beaucoup se plaignent de manquer de concerts et dès qu’on en propose personne ne se dérange. Encore une fois, heureusement que certains membres sont plus actifs que d’autres, nous nous retrouvons ainsi face à un frontman complètement déchaîné, entrainant petit à petit le reste de la formation derrière lui.

Notons également la prestation de Malphas qui s’est parfaitement intégré à la formation, j’ai constaté avec joie une différence incroyable avec le live à Wavre, son premier show avec DunkelNacht qui était déjà vraiment pas mal. Qu’est-ce que ça donnera la prochaine fois, c’est à se poser la question.

Quelques fausses notes plus tard, monnaie courante dans ce genre de concert, c’est avec amertume que nous clôturons la soirée : Tombola et blabla d’usage afin de remercier tous les sponsors etc etc. Je ne pensais pas que j’allais avoir à faire avec un déballage de conneries façon lèche-cul. Et bien, voila qui est fait.
Il m’est avis que cette formation aurait largement les couilles de percer et de grimper les échelons à une vitesse pharamineuse si les leaders arrêtaient un peu de prendre le public pour des cons et surtout, de croire qu’ils représentent LE renouveau du Black Metal. A force de se croire intouchable, les retours de bâtons peuvent s’avérer être beaucoup plus douloureux qu’on ne le pense.

S.

Set :

Intro
Klaustrophobik Inoculum
Errare Humanum Est
Etau Chrétien
In The Halls of Totrued Idols
How to build a new burning head messiah
Oligarchislamisme

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews