/// God Seed, Cult Of Luna

La Laiterie, Strasbourg (06/05/2014)

Publié le 19/05/2014 par Dzo , Olivier No Limit

Intro (Olivier No Limit):

Ce soir est un grand soir. Déjà, on est quatre de METAL FRANCE à se rencontrer. L'ordi c'est bien, l'humain c'est mieux.

Quant à ce concert qui réuni à la fois Cult Of Luna et God Seed, et bien vu leurs styles respectifs on peut se poser des questions. Entre Post Hardcore progressif et Black Metal, il y a tout un monde. Et pourtant, aucun problème de la part du public: l'accueil fut chaleureux et ce moment ...unique. Faut dire, perso, Cult Of Luna est magique et à part, quant à God Seed, c'est du lourd.

Voilà je laisse la parole à Dzo.

 

Voilà une affiche intéressante et atypique à La Laiterie de Strasbourg. Deux groupes scandinaves, venant de deux horizons bien différents, se partagent l’affiche de ce Mardi soir. La soirée s’ouvrira sous les notes blasphématoires de God Seed, tandis que Cult Of Luna trône en tête d’affiche avec son Sludge/Post Hardcore froid et puissant. Un tel partage d’affiche s’explique probablement sur le fait que les deux formations sont signées chez le label norvégien Indie Recording (1349, Kampfar, Wardruna…).

Les hostilités débutent à 21h avec God Seed mené par King Of Hell et Gaahl, tous deux ex-Gorgoroth. D’ailleurs, le morceau d’intro n’est autre que le très hypnotique ‘Sign Of An Open Eyes’, titre qui figure sur Ad Majorem Sathanas Gloriam, le duo jouant encore des chansons de cet opus ainsi que celui de Twilight Of The Idols vu qu’ils y sont les principaux compositeurs.

Globalement, le son est plutôt propre, et rapidement l’ambiance froide instaurée par le charisme mystique de Gaahl, seul membre corpse-painté ce soir, s’impose naturellement. Alors que ce dernier se révélait distant avec le public au sein de Gorgoroth, c’est sous un nouveau jour qu’on découvre un homme qui se montre nettement plus communicatif (à sa façon, soulignons-le), allant même jusqu’à serrer les mains de certains fans dans la fosse. King Ov Hell reste fidèle à lui-même, avec son air un point hautain et distant. Mais si le bonhomme reste en retrait, son jeu de basse est relativement mis en avant par rapport aux grattes, voir un peu trop par moment.

Le set est ponctué de morceaux entre God Seed et Gorgoroth, avec des titres forts comme ‘Aldrande Tre’, ‘Carving A Giant’ ou ‘Forces Of Satan Storms’. Même si à titre personnel j’ai nettement moins aimé l’album du nouveau boys band norvégien (chronique ici), les morceaux interprétés ce soir sont efficaces et prennent plus d’ampleur en live. Les touches vintages de clavier qui sonne très Seventy donne une touche très personnelle à l’ambiance, qui s’éloigne du Black Metal norvégien conventionnel. Sur les planches, fini tout l’attirail d’antan, et place à une scène cruellement vide, preuve que God Seed se détache progressivement du maillon Gorgoroth.

Au bout de sept titres, Gaahl ayant des soucis avec sa voix (cela se remarquait notamment lors de ses cris gutturaux), annonce que le show de ce soir sera écourté, et qu’ ‘Exit’ sera le dernier morceau joué. Au final, il aura fallu se contenter de huit titres et approximativement 40 minutes de show au lieu d’une heure initialement prévue. Dommage, mais God Seed a su convaincre ce soir. C’est toujours un réel plaisir de voir ces légendes qui contribuent au Black Metal scandinave, et quoiqu’on en dise, Gaahl et King font parti de ces personnes.

 

Setlist :

Sign Of An Open Eyes

Awake

Aldrande Tre

Carving A Giant

From The Running Of Blood

Forces Of Satan Storms

Lit

Exit

 

On change radicalement de décor avec les suédois de Cult Of Luna, qui l’année passée a sorti son sixième album, Vertikal aux critiques unanimes (chronique ici). C’est la deuxième fois seulement que je m’apprête à voir le combo sur scène, la première remontant en 2008 au Noumatrouff de Mulhouse, mais qui m’avait d’ores et déjà bluffé par le professionnalisme exemplaire du groupe, ainsi que l’ambiance parfaitement retranscrite sur scène comme sur les albums.

Après quelques minutes d’attente et quelques balances, le rideau s’ouvre, laissant entrevoir la scène qui arbore deux batteries au set identiques. C’est sur ‘The Sweep’ que les sept membres viendront tour à tour gagner les planches de la grande salle de La Laiterie. Une fois n’est pas coutume, le son est encore très bon et équilibré, ni trop fort mais tout de même bien massif, qui permet de regarder le show sans bouchons. Les titres sont parfaitement reproduits sur scène, au point d’avoir l’impression d’écouter l’album que j’évoquais plus haut. On voit que le septuple maitrise son style et dégage ainsi une atmosphère prenante et puissante avec toujours cette touche très personnelle de mélancolie qui les caractérisent.

La setlist est majoritairement basé sur Vertikal, délaissant ainsi des morceaux qui étaient indispensable à mon goût comme ‘Dim’ par exemple. Ainsi, on retrouve des morceaux clés comme ‘I : The Weapon’ ou encore le tortueux ‘Vicarious Redemption’ qui sont parfaitement adaptés pour la scène.

Le public, très calme et réceptif, est embrigadé dans la spirale infernale des suédois, au point que le silence sera maintenu jusqu’à la dernière note, jusqu’au dernier chuchotement lorsque sera interprété ‘Passing Through’. Et c’est sur la mythique ‘In Awe Of’ que se terminera le rouleau compresseur imposé par Cult Of Luna après près d’une heure et demi de show, laissant le public presque médusé par une telle prestation sans le moindre faux pas.

Le reste de la soirée se terminera autour du merchandising où les membres de God Seed seront la principale attraction, Gaahl jouant le jeu des photos avec différents fans et groupies.

Une très bonne soirée qui se sera déroulée sous les meilleurs auspices, dans deux atmosphères diamétralement opposées mais qui a su réunir le public nécessaire pour que la grande salle de La Laiterie soit relativement bien remplie, malgré ce concert qui tombait en pleine semaine.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews