/// Godslave / Anthrax

Garage (Saarbrücken) Allemagne (24/11/2012)

Publié le 27/11/2012 par olivier no limit

 

Saarbrucken (Allemagne), le « garage », samedi 24 novembre.Je vais me prendre une bonne claque car Anthrax est revenu au meilleur de sa forme .

Explications:

Nous sommes nombreux ce soir-là dans la salle du Garage où des fans aussi bien Français qu’Allemands sont au rendez-vous. Comme à mon habitude, je suis accroché à la barrière au premier rang, avec à ma gauche des Strasbourgeois et à ma droite des petits gars (et fille) qui viennent de Montbéliard.

Godslave ouvre le bal. Ils sont Allemands et nous balancent d’entrée un thrash old school bien envoyé, énergique et salvateur. D’emblée la salle répond à leur harangue et cela passe trop vite. Mais bon, on attend Anthrax.

Et ils arrivent, avec peint sur leurs visages une vraie joie d’être là pendant que le public hurle !

 Ils commencent par jouer des titres de leur album paru en 2011 « Worship Music », à savoir : « Earth on Hell », « Fight 'Em 'Til You Can't ». Puis continuent en exécutant « Caught in a Mosh » de l’album Among the Living, et électrisent la foule avec …Antisocial d’un certain Trust. Et pour enfoncer le clou ils nous exécutent « Indians ».

Comment vous dire ce qui se passe dès les premières secondes ? Ils sont grands ! On voit qu’après leur passage à vide, ils ont beaucoup tourné et c’est un groupe qui n’usurpe pas son appartenance aux Big Four of Thrash, qui exécutent devant nous un set de folie.

Leur énergie, la simplicité et la sympathie dont ils font preuve avec le public (Joey Belladonna au chant, prend des portables de la main des fans et filme le public et les musiciens), et puis ce truc qui n’appartient qu’aux grands groupes et qui s’appelle talent, tout est là pour faire de ce concert un moment mémorable,

 C’est la quatrième fois que je les vois mais là je suis bluffé. Ils sont soudés comme les 5 doigts de la main, et leur leader, Scott Ian , est peut être le moins expansif, concentré qu'il est sur son instrument. Quant aux autres ils remplissent tout l'espace, de leurs auras communicatives, en une vraie communion.

Quelques moments forts : quand ils jouent « In the End », à gauche apparait un panneau avec Ronnie James Dio et une main faisant le signe des metalleux et à droite le visage de Dimebag Darrell, le guitariste de Pantera. Bel hommage!

À la fin de leur set ils jouent « Be All, End All», puis c’est le moment du rappel et la foule survoltée au lieu de reprendre le oh oh oh habituel, entonnent l’intro de « Be All, End All ».

Après une heure trente de plaisir, ils terminent sur un « I Am the Law” ; Les lumières se rallument sur des fans trempés de sueur et heureux.

Bref, je n’oublierai pas ce concert !!

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews