/// H'elles on Stage - Second soir

MJC ô totem, Rillieux-la-Pape (06/10/2012)

Publié le 14/10/2012 par Requin Volant

De retour à Rillieux pour cette seconde soirée qui s'annonce encore meilleure que la première rien qu'à regarder l'affiche, de petits groupes aux côtés de pointures comme Arkona c'est plutôt annonciateur de belles heures à venir.

Et comme hier, ce pressentiment sera confirmé.

 

 

Dreamslave :

 

Et ce soir nous aurons à nouveau la preuve que les groupes d'ouverture n'ont pas été choisis au rabais avec les Lyonnais de Dreamslave menés par la très sympathique Emma.

Nous avons affaire à une formation dynamique et motivée et qui gère bien son espace alors qu'habituée à des scènes bien plus petites.

Le son sera très bon (comme pour la quasi-totalité des groupes du festival), la voix tintée d'aspects proches d'Epica sera très séduisante et aura toute sa place au coeur des cinq chansons proposées au cours de la demi-heure que durera le show.

On observa tout de même que cette dernière mériterait un petit approfondissement qui permettrait de mieux la cadrer mais j'ai personnellement trouvé que c'était secondaire, cependant ce point de vue divise.

 

Avis aux intéressés, le groupe recherche d'ailleurs un batteur (Baptiste ayant joué son dernier concert ce soir-là) et un violoncelliste.

 

Dreamslave

 

 

Elferya :

 

Elferya est un groupe originaire de Lausanne qui a sorti un EP intitulé "Afterlife" voilà un peu plus de deux ans, autrement dit, ils sont déjà doté d'une petite expérience en matière de concerts et on le sent dans la prestation.

Sans surpasser réellement les groupes précédemment vus on peut les sentir parfois plus à l'aise que certaines formations plus jeunes et plus complets dans leur occupation de la scène.

D'un point de vue musical, c'est une prestation sans faute et le mélange lyrico-classique de la formation fait son effet. On est dedans et on apprécie ce moment en leur compagnie.

Un petit bémol : je les ai trouvés plus distants de leur public que la plupart des autres groupes.

 

Elferya

 

 

Céphée Lyra :

 

Céphée Lyra fut une autre découverte sympa du festival, ce petit groupe de Chambéry (De Savoie donc, et ça c'est déjà un bon point) a bien assuré sa partie du festival.

Le groupe est annoncé comme faisant du prog metal et étant donné que j'ai une sainte horreur de ce style que je trouve gratuitement technique au grand dam de l'originalité et du rendu musical, je m'attends à m'ennuyer sec.

Et bien j'avais tort, j'ai passé un moment plutôt sympathique avec un groupe qui a su contrairement à ce que je pensais de prime abord se démarquer des classiques du genre.

Le point fort étant selon moi un chant particulier qui a sensiblement partagé les opinions. Personnellement j'ai bien apprécié, je trouvais que cela permettait au groupe d’apposer son image.

Après comme toujours, les goûts sont propres à chacun et je trouve dommage que le groupe ait reçu un accueil moins chaleureux de la part du public.

 

Céphée Lyra

 

 

Asylum Pyre :

 

C'est au tour des franciliens d'Asylum Pyre de prendre place sur scène pour un show qui va durer près de 45 minutes.

Ici aussi ce sont les voix qui font la différence. Je dis les car Adeline est accompagnée au chant par Johann, guitariste du groupe, tant sur des passages chantés que sur des voix bien plus rauques. Un mélange par ailleurs plutôt réussi à mon sens.

A noter que la gamme de voix de la nouvelle chanteuse se démarquant de la précédente, on découvre ainsi de nouveaux aspects des anciennes compositions d'Asylum Pyre et au final le rendu est plutôt positif et même parfois meilleur que "l'original".

Un changement réussi de frontwoman donc, ce qui n'est pas toujours évident à gérer et de grands groupes sont là pour le prouver.

On ne s'ennuie pas et pour ma part ce sera l'un des meilleurs moments que j'aurais passé durant les deux jours du festival.

Initiative intéressante à souligne, les membres du groupe avaient organisé un concours photo sur leur prestation avec à la clé leur CD à gagner.

Une excellente idée qui a un côté bien plus participatif pour leurs fans que de simplement envoyer un mail pour répondre à une question.

 

Asylum Pyre

 

Lovelorn Dolls :

 

Je n'étais absolument pas au courant qu'un groupe plus "dark" comme Lovelorn Dolls était présent ce soir, ce fut donc une surprise plus qu'agréable.

J'ai eu l'impression de voir arriver devant moi l'équipe de The Birthday Massacre sans que cela puisse passer pour une pâle copie tant le groupe semble avoir tenu à prendre le meilleur de plusieurs influences pour créer sa propre sauce.

Le résultat ? Tout simplement l'un des meilleurs show du festival tant sur le rendu musical que scénique.

Les Belges ne sont pas ici pour meubler et ils nous le font bien comprendre, si l'on ajoute à cela qu'il ont l'amabilité de jouer la pose avec certains photographes c'est vraiment la cerise sur le gâteau.

Placer un ovni de ce type au milieu de la programmation fut un choix très intelligent de la part de l'asso Femâles et j'espère vraiment que nous pourrons assister à la même chose l'année prochaine.

 

Lovelorn Dolls copie

 

Dalriada :

 

Le show de Dalriada fut original, tant par l'aspect musical que par le fait que ce n'était pas la chanteuse régulière du groupe que nous avions face à nous.

En effet, cette dernière étant actuellement enceinte elle a été remplacée ponctuellement par Anita Kun (Chanteuse du groupe Ideas) sur cette tournée.

Au début ça semblait moyennement bien parti, le son était plutôt mauvais et à part la batterie nous n'entendions pas grand chose.

Suite à une demande générale de réglages de la part du groupe cela s'est amélioré sans pour autant devenir exceptionnel.

Après il ne faut pas non plus leur jeter la pierre, ils ont assuré un show qui restait tout de même bien sympa malgré les quelques soucis sonores. A revoir dans de meilleures conditions

 

Le groupe n'aura pas vraiment de chance ce soir car il devra de plus abréger son set pour laisser la place à Arkona.

 

Dalriada copie_compressed

 

Arkona :

 

Au final on comprend pourquoi le groupe Dalriada a dû quitter la scène plus tôt, les russes ont mis un temps assez conséquent à faire leurs balances (Pour les connaisseurs, cela valait bien les balances des concerts de Marduk) mais une fois que c'était parti, plus rien à dire.

Comme toujours aux concerts d'Arkona, l'ambiance est électrique, ça bondit dans tous les sens et on perd des litres d'eau.

La setlist n'aura rien d'exceptionnel, ni incroyablement bonne, ni mauvaise, juste une setlist sans prise de risque comme à leur habitude mais qui demeure très efficace.

Nous aurons bien entendu le droit à la classique "Slavsia Rus", moment du concert où l'intégralité des personnes présentes deviennent tout à coup immobiles ou presque en écoutant cet hymne à la culture slave.

Au final ce fut un concert excellent, offert par des musiciens talentueux et une Masha toujours aussi charismatique et déjantée sur scène, sa peau de loup rejetée par-dessus ses épaules. 

 

Arkona copie

 

 

Vous l'aurez compris à travers les reports des deux jours, le H'elles on Stage c'était deux soirs de concerts à ne pas rater quand on était à proximité de Lyon (Ou même si on était plus loin, j'ai pu croiser des Chambériens par exemple).

Un grand merci à l'asso Femâles dans son intégralité, aux groupes, aux personnes rencontrées sur place qui soutiennent ce genre d'évènements et bien entendu à l'année prochaine avec un festival qui sera au moins aussi bon à n'en pas douter !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews