/// Headcharger & Nashville Pussy

Saint-Etienne, le Fil (07/02/2012)

Publié le 14/02/2012 par Raven

Mardi 7 Février 2012

La confirmation d'un concert de Nashville Pussy à Sainté est une belle surprise. Mais en voyant en plus la présence de Headcharger pour une mini-tournée française avec les Nashville, c'est le top ! La programmation du Fil de Sainté nous réserve de sacrés surprises, après un gros concert metal avec Amon Amarth et Septicflesh. Ce n'est pas pour déplaire le Ligérien dans l'âme que je suis !

Le concert a été programmé un Mardi soir. Quid de la présence des personnes qui vont se déplacer avec le froid glacial du moment ?!

Malgré les conditions difficiles, le public répond présent. La salle se remplit et c'est une bonne surprise, bien qu'elle soit dans une configuration réduite par rapport à l'espace initiale. C'est de bon augure pour la soirée.

Ce sont les Français de Headcharger qui ouvrent le bal.

Headcharger est le groupe qui monte depuis plusieurs albums, et ils devraient confirmer leur ascension avec la sortie de leur dernier opus : Slow Motion Disease. Les musiciens arrivent décontracté sur scène, et ils sont prêts à envoyer la sauce. Le public est clairsemé, mais le groupe arrive petit-à-petit à réchauffer l'ambiance. Les compositions de Headcharger lorgnent vers les frontières du rock stoner, du metal hardcore, et elles sont vraiment percutantes en live. J'observe des musiciens impliqués, et le chanteur ne démérite pas pour donner de l'ambiance dans une fosse un peu glaciale.

Le groupe joue divers titres de leur discographie, et on aura droit à des chansons comme : Intoxicated, Spain Summer Sun, ou encore All Night Long. Plus Headcharger joue, plus les acclamations se font entendre. Ce résultat est signe que les morceaux live de Headcharger sont efficaces. Durant la prestation, le son a manqué de puissance. Ce n'est pas du tout la faute aux musiciens, mais à la sonorisation imposée de la salle. Note : 16/20. 

A cause du froid, les personnes préfèrent rester à l'intérieur en attendant la tête d'affiche. Le public est conséquent, et les lumières s'éteignent. C'est parti pour le concert des Américains de Nashville Pussy !

Le groupe commence déjà à envoyer du gros, malgré que le public de Sainté soit encore statique. Les membres de Nashville Pussy ne démérite pas, ils enchainent morceau sur morceau. Une petite partie du public commence à se déchainer, mais c'est faible par rapport aux compositions détonantes des Nashville. Les membres sont à fond. Blaine Cartwright fait son boulot de guitariste-chanteur, et Ruyter Suys est comme à son habitude, déchainée. Le groupe pioche dans ses plus grands classiques, avec des titres comme : I'm So High, Why Why Why, Go to Hell, She's Got the Drugs, ou encore Go Motherfucker Go. Il n'y a pas trop de surprises dans la setlist, l'efficacité est de prime chez les Nashville.

La prestation des Américains passe très vite. Mais étant donné la timide ambiance, j'ai eu l'impression d'assister à un concert de Nashville Pussy en mode soft et automatique. Là aussi, le son ne sera pas de la partie, et pour la même raison : la sonorisation de la salle. Le public de devant a quand même bougé, mais ça m'a paru faible par rapport à l'ambiance survoltée du Hellfest 2009. J'ai assisté à un concert sympa de Nashville Pussy, mais je les ai vu dans de meilleurs conditions ! Note : 14,5/20.

Malgré le froid du Mardi soir, la soirée a été bonne et chaleureuse. Le public a répondu présent pour cette nouvelle affiche de metal à Sainté.

A noter : les bonnes prestations de Headcharger et de Nashville Pussy, malgré un public un peu timide. Le seul point noir de la soirée a été le son pour les deux groupes, et c'est vraiment dommage.

La ville de Sainté mérite d'autres concerts metal, elle peut le faire !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews