/// Heaven Shall Burn, Hypocrisy, Dying Fetus

Z7, Pratteln (CH) (26/11/2013)

Publié le 28/11/2013 par Dzo

 Cela fait quelques mois que je n’ai plus écumé la douce salle du Z7 de Pratteln, près de Bâle en Suisse. Mais ce soir, ça sera un passage éclair, car étant arrivé à 20h30 (alors qu’initialement la soirée débutait à 19h, mais on travaille, nous), c’est avec grande surprise que j’apprends que les deux premiers groupes ont déjà joué!

Moi qui pensais rentrer dans le vif de la soirée sur quelques titres de Dying Fetus, c’est plutôt raté. Néanmoins, j’ai réussi à me procurer la setlist; et vous constaterez que leur passage a été plus que rapide si on en croit cette dernière, car seulement six titres ont été joués.

 

Setlist:

Womb To taste

Your Treachery Will Die With You

One Shot, One Kill

Praise The Lord

Killing On Adrenaline

In The Trenches

 

A peine arrivé donc, que l’intro d’Hypocrisy retentit, tandis que la salle est déjà plongée dans la pénombre. A peine le temps de se trouver une place de choix assez devant, que le quatuor entre en scène sur l’intro de ‘End Of Disclosure’, dernier album en date des suédois (chronique ici). Cette tournée 2013 n’est pas une découverte pour moi car j’ai eu la chance de les voir en tête d’affiche du Party San cet été (live report ici). Niveau line-up, le bassiste Mikael Hedlund a dû précipitamment quitter la tournée pour raisons personnelles, et a été remplacé au pied levé par André Skaug (Pain).

_MG_7323ok

La foule suisse a répondu présente en masse car le Z7 est noir de monde, avec pas mal de personnes arborant du merchandising Heaven Shall Burn, tête d’affiche de ce soir. D’ailleurs, dur en tant que fan d’Hypocrisy de se dire que c’est eux qui ouvrent pour une autre formation malgré son statut culte.

Quoiqu’il en soit, il faut profiter du moment présent, surtout que les suédois ne joueront que quarante-cinq petites minutes. Mais durant ce laps de temps, Peter Tägtgren et ses acolytes nous livreront une setlist plus qu’efficace, passant par ‘Tales Of Thy Spineless’ du dernier opus à des morceaux plus anciens qu’on ne présente même plus comme ‘Fractured Millenium’, ‘Fire In The Sky’ ou ‘Killing Art’.

Globalement, les suédois bénéficiaient d’un son plutôt bon, même si au niveau des nappes de synthé programmées ça a un peu foiré sur l’un des morceaux, mais pas de quoi fouetter une loutre non plus. Le set défile vite, et vu le peu de temps alloué au groupe, Peter parle peu entre les morceaux et préfère enchaîner les tubes, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’annonce de la mythique ‘Eraser’, passage obligé pour un concert d’Hypopo, fait toujours un effet dévastateur et embrigadera la foule entre headbangs et refrain repris en cœur.

Le temps de revenir quelques années en arrière avec ‘Adjusting The Sun’ et ses gros riffs Death salvateurs couverts par la voix gutturale toujours en place de Sieur Tägtgren qui fera monter la tension dans le public, que retentit (déjà) l’intro de ‘Roswell 47’, symbole de la fin du passage de la formation. Pas de petits hommes verts au rendez-vous, mais trois quart d’heure intenses, sans chichi ni blabla qui sont passés bien trop vite! J’aurais volontiers repris quelques morceaux supplémentaires, mais c’est le jeu quand un groupe n’est pas en tête d’affiche. En tout cas, une fois de plus, Hypocrisy m’a convaincu avec sa prestation simple, limpide et toujours aussi aguicheuse. La setlist n’a pas beaucoup évoluée depuis le PSOA, mais malgré ça, ce groupe reste une valeur sûre en concert, et le restera pendant un long moment encore!

 

_MG_7347ok

Setlist:

End Of Disclosure

Tales Of Thy Spineless

Fractured Millenium

Fire In The Sky

44 Double Zero

Killing Art

Eraser

Adjusting The Sun

Roswell 47

 

_MG_1184ok

Pour la suite, ça va être vite plié pour moi car je ne suis pas du tout amateur d’Heaven Shall Burn, que j’avais également déjà aperçu cet été au PSOA. Croisé entre Metalcore et HxC, le style des teutons semble bien rôdé sur scène, pour le peu que j’en ai vu. Après trois quatre morceaux, je croise par hasard Peter qui regarde HSB avec Marcel Schirmer, respectivement le chanteur de Destruction. J'en profite pour faire ma groupie et me faire signer la setlist, après ça, retour en terre alsacienne pour regagner le quotidien et la routine.

Quoiqu’il en soit, avec cet énième soirée en Suisse, le Z7 de Pratteln reste un endroit idéal pour voir des groupes de l’envergure d’Hypocrisy. Next gig ici, Behemoth et Inquisition en Février 2014, autant dire une date qui risque d’envoyer le bois.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews