/// HellFest Open Air 2013 Jeudi / Vendredi

Clisson, Loire Atlantique (21/06/2013)

Publié le 25/06/2013 par Mindkiller

Et voilà, le pèlerinage annuel se fait encore une fois à Clisson pour trois jours de festivités. Au programme, musique, bonne humeur, convivialité et bières.
C'est à 20h que j'arrive sur le site. Le temps de planter ma tente et de boire un verre avec des amis et j'arrive pile poil pour le concert des WILD DAWN sous le Metal Corner. Le Warm Up est une très bonne chose pour commencer en douceur. Les Wild Dawn que j'ai déjà vu deux fois auparavant sur scène arrivent encore à m'épater. La communication avec le public est même impressionnante pour l'âge du groupe. Il faut dire que ce soir est un soir particulier pour les 4 orléanais puisqu'ils fêtent leur 5 ans d'existence jour pour jour. Un bien bel anniversaire que de fouler ces planches donc et de voir qu'en dehors des habitués du groupe, une niche est en train de se creuser au niveau national. Greg nous livre un chant parfait et Romain semble encore plus habité qu'à l'accoutumée avec sa guitare. Et, une fois n'est pas coutume, il va donner la surprise de descendre dans la fosse pour un solo. Tache un peu plus ardue qu'habituellement. Car si lors de show en salle le public s'écarte pour laisser passer le jeune guitariste, au HellFest il en est tout autrement puisque c'est en slammant que Romain devra nous faire son solo. Un très bon show donc pour commencer ce festival.
Et quoi de mieux que de prendre une bière à la fin de ce concert ? C'est donc en prise de température quant à l'ambiance du festival que je vais à la rencontre des festivaliers. Après une absence de longue date pour ma part (le dernier datant de 2010, sur l'ancien site donc) je voulais savoir si l'ambiance était changée ou non. Aucun doute, le HellFest restera le HellFest tant que le metalhead viendra ici pour faire la fête.
Je rentre donc au campement pour une courte nuit afin de ne rien louper aux festivités du lendemain.

C'est donc avec quelques trois heures de sommeil que je vais sur le site. Le temps est menaçant. Beaucoup craignent qu'une redite de l'année passée se fasse. Pour ma part, plus pessimiste, j'ai surtout peur d'un 2007 bis. Ceci ne m'empêche pas d'arriver sous la Temple pour voir la fin du show de THE OLD DEAD ONES qui nous livre un black ambiant classique et surprenant. Le son est d'ailleurs étonnamment bon pour un si jeune groupe et dans ce style. Cependant, pour que l'avis soit vraiment complet, il va falloir que je les revois sur scène et que je connaisse un peu mieux le matériel qu'ils ont pour me faire une vraie opinion. Toutefois l'envie de mieux connaitre le groupe est là.
Afin de m'abriter de la pluie qui commence à tomber, je décide de me décaler très légèrement pour rester sous la Altar et regarder CAPTAIN CLEANOFF. Bon, ce groupe reste du grind. Donc compos courtes mais efficaces. La demi heure de show qui y est fait tout bonnement jouissive et drôle : tous les ingrédients qui font du grind une musique fun tout en étant extrême est là ! En effet des titres d'une à deux minutes mais tout en brutalité et avec des morceaux qui semblent n'avoir ni queue ni tête mais qui donnent envie de bouger! Dur de ne pas succomber à leur charme. Car encore une fois, le public est réceptif et nous avons donc droit à 11h du matin au premier circle pit du HellFest cru 2013.
Le temps devenant plus clément suite à ce concert, je décide de découvrir un peu ce nouveau site que je ne connais pas encore. Et quoi de mieux pour commencer que de se diriger vers l'XTRM MARKET. Bon même s'il est clair que c'est une foire au merchandising de toutes sortes, certains stands sont très bons et permettent de pouvoir dégoter quelques bons vinyles. Je continue en découvrant les différents stands notamment le "Bar Redbull" point de RDV de beaucoup de monde.... Trop de monde même, cet endroit deviendra un enfer pour les bénévoles comme pour les festivaliers au fur et à mesure des jours qui vont arriver vu que le "mur" à proximité va devenir la pissotière de pas mal de festivaliers.

Une fois ce tour d'horizon fait, il est temps pour moi d'aller au point presse pour la première interview de la journée avec Tom Maxwell, le guitariste de HELLYEAH ! Que je ne pourrais voir pour cause d'une autre interview....Vous pourrez d'ailleurs les retrouver d'ici quelques jours dans nos pages. En sortant, je tombe sur Romain et Morgan du groupe Wild Dawn. Je profite de l'occasion pour leur poser quelques questions. Là encore, vous l'aurez dans les jours à venir.

Je sors donc de l'espace presse pile poil pour commencer un des show que j'attendais le plus. HEATHEN. Pour ma part, j'ai découvert ce groupe en 2009 avec la sortie de The Evolution of Chaos, un très bon album de heavy thrash. Le concert durera un peu moins de 45 minutes mais Lee Altus donne le meilleur de lui même et le chant est juste parfait, tout comme pour les autres musiciens d'ailleurs. C'est donc un excellent concert que je vois. Car le son est vraiment très bon, même au premier rang, ce qui ne sera pas toujours le cas sur le fest. Et les musiciens sont ultra communicatifs. Il est cependant dommage que le public, hors les premiers rangs, soit si peu réceptif. Très peu de pogo ou circle pit. Deux titres en particulier ont cependant très bien fonctionné, Dying Season et No Stone Unturned. Il me tarde donc que le nouvel album annoncé pendant le concert ne sorte pour voir s'il sera dans la même veine que les trois précédents. La pluie qui tombe pendant ce concert aura eu l'effet de rafraichir les premiers rangs mais de faire fuir un peu ceux plus en retrait....

Les concerts suivants ne m'intéressant que moyennement pour avoir déjà vu la plupart des groupes, je continue à me balader entre les scènes. Je m'arrête devant les scènes death & black principalement et découvre de loin AURA NOIR qui donne un black metal malsain et très bon.
C'est au tour d'EUROPE de jouer quand je décide enfin de me ravitailler. Les souvenirs de 2009 et mon faible gout pour le groupe me fait voir ça de l'espace nourriture. Avec des amis nous tombons d'accord : ce groupe ne réside que dans un titre et le reste est mou et avec peu de saveur, un peu comme ce sandwich au boeuf ou l'absence de gout est masqué par une surdose de sel de guérande et de sauce. Dommage pour le groupe comme le sandwich.

C'est au tour de TWISTED SISTER de passer sur la Mainstage. Un échange qui nous a été communiqué au bon moment puisque WHITESNAKE devait se produire à ce moment là. Que dire de ce groupe sans passer pour un fanboy absolu. Car il faut reconnaitre que Dee Snyder est un chanteur hors pair. Certaines intonations feraient même penser à Dio. Seul bémol, le fait que le groupe ne sorte plus d'album fait qu'il reste un peu tout le temps sur les mêmes classiques et avec un jeu de scène quasi identique. Mais quel jeu de scène. Toujours cette attitude bad boys où l'on voit le groupe "cracher" sur tout le monde (alors que l'amitié est là). Et Dee Snyder sait faire bouger la foule. On le voit notamment sur We're Not Gonna Take It ou le groupe devra venir la rejouer car la foule scande cet hymne avec entrain. Il en ira de même sur I Wanna Rock ou le public est ultra réceptif et sur le moins classique Only Rock'n'Roll But I Like It, puisqu'une reprise des Rolling Stones. La encore le public bougera comme s'il en dépendait de leur vie. Après un show pareil, dur a Mille Petrozza et ses acolytes de KREATOR de bouger le cul de façon aussi festive à une masse bien présente. Et même si le chanteur teuton n'est pas reconnu pour son sourire, il aura eu le mérite de faire bouger le monde. Alors certes la plus belle part du show réside dans les 4 derniers albums du groupe. Ce qui n'est pas non plus trop dommageable vu la qualité des titres Impossible Brutality, Enemy of God et Violent Revolution par exemple, qui sonne un peu comme des hymnes maintenant. Mais pour les fans les plus anciens, ils auront du ronger leur frein jusqu'à ce que résonne Flag of Hate. Côté public, ça bougeait énormément ce qui fait plaisir à voir. Mais nous sommes déjà en fin d'après midi, donc la foule est plus encline à faire la fête et surtout plus dense.

Après un interlude de qualité discutable (avis totalement subjectif quant à WHITESNAKE) je décide de diviser en deux les concerts qui m'intéressent à ce moment. Ainsi donc je passe la première partie à regarder HELLOWEEN. De base je ne suis pas super fan du heavy, principalement la vague allemande de la fin des 80's. Mais force est de constater que musicalement ils envoient quelque chose de bien plus lourd que ce que nous laisse supposer les CDs. Alors certes la voix très aigu d'Andi Deris n'est pas forcément au goût de tout le monde, mais il s'en sort avec brio. Un concert qui m'a donné envie de replonger dans ce genre de musique, du moins le temps d'un album. De plus il semblerait que le groupe ait joué beaucoup de ses classiques, plus même que des morceaux de l'album sorti il y a quelques mois. A suivre donc. Mais comme dis, CARPATHIAN FORREST jouait en même temps. Il était donc temps de rejoindre la TEMPLE lors de ce qui s'est avéré être quasiment un parcours du combattant. Mais le jeu en valait la chandelle. Le groupe délivre une énergie énorme sur scène qui transcende vraiment son public. Le jeu et le show est d'une justesse incroyable. On sent la fougue contrôlée par ce groupe et surtout l'envie de bien faire les choses. Ce qui ajoute une plus-value vraiment intéressante au groupe. Néanmoins, étant totalement novice vis à vis d'eux, il est certain qu'une connaissance plus approfondie doit être faite pour mieux savourer. Mais une très bonne surprise néanmoins.

Le temps de quitter la TEMPLE et me voilà près de la MAINSTAGE 1. Le show à venir étant certainement celui que j'attendais le plus. En effet, nos anglais de DEF LEPPARD ne sont pas venu en France depuis 17 ans ! Autant dire que la foule très compacte massée devant la Mainstage est hallucinante ce soir. D'ailleurs le public ne s'y trompe pas. Alors que résonne dans les hauts parleur Won't Get Fooled Again des Who, le groupe arrive et nous livre une première partie de show qui monte en crescendo. Point culminant les titres Bringin' On The Heartrbeak enchainé à Switch 625 tout comme sur l'album High'n'Dry de 1981 ! Cependant si le show était particulier c'est surtout parce qu'il était un show anniversaire. En effet le groupe fêtait les 30 ans de leur album phare Pyromania. Cependant un soucis de taille est là. Après avoir délivré les deux titres pré cités, le combo a préféré se taire pour laisser passer une vidéo introduction de près de 10 minutes concernant l'écriture de cet album. Un point très négatif car l'ambiance est retombée. De plus, même si beaucoup de chansons de cet album sont des tubes en puissance, les ballades comme Love Bites ne rendent pas bien en festival. Le titre Pour Some Sugar On Me est accrocheur, mais il ne laisse pour autant pas de souvenirs que des titres provenenant, au hasard, d'High'N'Dry (là encore avis totalement subjectif) qui est bien plus percutant. Et quand le show anniversaire se termine, une autre vidéo arrive pour anoncer le troisième acte. C'en est trop pour moi qui décide de quitter le groupe et de voir d'autres légendes, celle de GOD SEED.

Me voici donc à nouveau sous la TEMPLE. Je ne vois malheureusement que la fin du show avec 4 titres. Mais quels titres. On voit tout de suite que Gaahl est à l'aise, et se fait plaisir. L'ambiance même du fond du chapiteau est immense. Les musiciens donnent, le public donne au groupe et on sent une espèce de tension harmonique entre le groupe et son public qui lui est totalement acquis. Le groupe délivre tellement que dès le lendemain, le vinyle I Begin me tombe dans les mains et n'attend que d'être écouté.

Et pour finir cette journée, j'ai encore navigué entre les scènes. N'étant pas fan de SIX FEET UNDER je ferais l'impasse sur leur show. Tout ce que je peux en dire est que le son était parfait pour ce type de death metal mais la voix me dérangeait pas mal. Je me dirige donc un peu à contre coeur vers la Mainstage pour voir Tobias Samett et AVANTASIA. Qu'on se le dise, ce groupe pour moi est un peu un OVNI. Certes on sent que c'est du heavy mélodique. Mais ou est la fougue ? Parfois même leurs musiques sombrent un peu trop dans le côté "Comédie Musicale" mais ça reste cependant un moment assez appréciable car l'orchestration est vraiment fabuleuse. Et que l'on aime ou pas Tobias Samett, il est clair que sa voix est vraiment belle. Alors quand il est accompagné par des personnes comme Mickael Kiske ou Eric Martin, ça ne peut que donner du très bon. D'autant plus que le son a été particulièrement bon à ce moment là !

Il est donc temps pour moi de rentrer au campement pour attaquer la journée suivante avec un concert attendu par beaucoup pour ouvrir cette deuxième journée de festival : SKINDRED.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews