/// HellFest Open Air 2014 - SAMEDI

Clisson, Loire Atlantique (21/06/2014)

Publié le 26/06/2014 par Mindkiller

     Le 21 juin est le jour de la fête de la musique... mais depuis quelques années, c'est tout le week end qui est dédié à la musique hard et metal à Clisson pendant ce week end. Et cette neuvième édition a donné l'eau à la bouche puisque pour le 2e jour de festival, le HellFest affiche encore une fois complet. Probablement en raison de son affiche ou les plus vieux groupes cotoient les coqueluches des jeunes. Focus sur cette journée de festival.

     Et qu'elle est dure cette journée. Un HellFest, c'est un peu un marathon contre le sommeil et du concert. Pour ma part, après m'être couché à 5h30 du matin et avoir rencontré des gens vraiment sympathique (dont un japonais faisant le détour de Vancouver à Osaka exprès pour le festival), je me réveille un peu dans le cirage. Et même si le son de la veille sous les tentes Altar et Temple m'a un peu refroidit, je veux quand même être présent pour le concert de NEFARIUM découvert avant le festival. Et j'ai bien fait. Le groupe est intéressant. Malheureusement, trente minutes de concert reste vraiment trop court... Comme l'an dernier, ce sera un groupe qui méritera une écoute plus attentive après le festival. Mais il a réussi à toucher une scène déjà bien remplie, ce qui est pas mal. Malheureusement le set de ce groupe ne me laisse pas un gros souvenir, et il faut dire que j'attendais surtout de voir TEMPLE OF BAAL dont j'ai toujours entendu que du bien. Donc tant pis pour la proximité avec MERCYLESS, je les verrais de loin en restant le plus près possible de la Temple. Et c'est là que l'on trouve dommage le monde pour le HellFest de cette année. Car MERCYLESS est un groupe qui envoyait du bois (et profitait d'un son relativement propre en comparaison à la veille). Une demi heure de death metal plutôt appréciable. Non pas un death brutal et massif, mais plus en ambiance qui me séduit dès le deuxième titre de leur set. Un groupe qui verse dans un death 90's très intéressant et qui mérite une attention un peu plus particulière. Peut être un des premiers groupes dont je suis déçu de ne pas avoir suivi plus attentivement le concert, surtout avec cette setlist qui est majoritairement versée sur le premier album (Abject Offerings de 1992) avec au moins trois titres sur 6 de cet album. Une bonne découverte mais sans immersion totale dans l'ambiance du concert... dommage pour nos deathsters français. Après cette demi-heure de show, la foule se masse à nouveau devant la Temple pour la venue des parisiens de TEMPLE OF BAAL. Ce groupe ne m'est pas inconnu puisque j'avais déjà eu l'occasion d'écouter quelques titres de leurs albums. Mais c'était la première fois que j'avais la possibilité de les voir sur scène. Et je dois admettre que je m'attendais pas à quelque chose d'aussi puissant. Il faut dire que le monde présent dans ce groupe sont déjà bien rôdé au black metal puisque tout le monde a déjà officié dans plusieurs groupes auparavant, dont certains connus. Pêle-mêle je pourrais vous citer Hell Militia, Glorior Belli, Bran Barr, The Order of Apollyon ou encore Livarkahil. Un groupe parfaitement rôdé dont Amduscias (guitare, chant) et Arkdaemon (basse, choeurs) mène la danse depuis 1998. Le show est donc impeccable. Amduscias sait manier la foule par plusieurs poses ou il joue avec elle tandis qu'Alastor s'excite comme un forcené sur sa guitare enchaînant les headbangs. Et leur black metal aux intonnations death est vraiment très bien fait. Encore une fois, un groupe qu'il me tarde de revoir et de pouvoir apprécier pour bien plus qu'une demi heure de concert. Car à peine a-t-on eu le temps de plonger dans le concert que c'est au tour de BENIGHTED d'investir la scène de l'Altar. Un concert particulier puisqu'il s'agit du dernier du groupe sous ce line up puisqu'Adrien et Alexis s'en sont allés pour se consacrer plus amplement à leur groupe de pop/rock. Cependant, le concert est excellent et permet même de voir un Stéphane Buriez en forme investir les planches le temps d'un court featuring avec le groupe. Un groupe qui se fait plaisir et qui rassemble beaucoup de monde sous la tente. Autant dire qu'avec la chaleur présente et le monde, elle devient vite ingérable, ce qui me fait quitter la tente et perd en qualité sonore pour ce concert. 

     13h35, SKID ROW joue, mais la chaleur et l'envie d'un rafraichissement me fait entendre le groupe de très loin. Et à entendre les critiques de plusieurs collègues, ce n'est pas si mal de ne pas les avoir vu. Autant le chanteur actuel s'en tire bien sur les nouveaux titres, autant il massacre les anciens comme par exemple 18 & Life ou au lieu de monter dans les aigus, il est à la limite de la beugler. Pas déçu de n'avoir pas suivi ce show au final. Je me dirige donc, sans grande persuasion, vers TROLLFEST. Il faut dire que ce groupe ne m'a pas convaincu outre mesure en écoutant sur le net leur reprise de Britney Spears ou leurs titres originaux. Je reste donc un peu en retrait avant de retrouver des amis avec qui boire une bière... et me poser surtout devant l'Altar pour écouter INCANTATION groupe que j'attendais bien plus que ce qu'il y avait jusque là. Un show qui introduit le nouvel album (Dirges of Elysium) avec les deux premiers titres joués (Dirges of Elysium & Debauchery) mais qui laisse aussi la part belle aux autres album. Le son est là un poil saturé en basse mais bien plus clair que d'autres concerts écoutés sous la Altar ces deux derniers jours. Certes il y a un poil trop de basse mais ce n'est pas le plus dérangeant. Ce qui l'est plus est que la setlist met un peu trop en avant les derniers albums et pas assez les vieux (comme Onward to Golgotha par exemple). Mais encore une fois, l'excès de monde et de chaleur m'empêchent de savourer pleinement le concert. Je me repose donc un peu en attendant l'arrivée de SHINING.
     Il est 17h50 quand le groupe investi la scène. La Temple est encore une fois blindée et être en périphérie de la tente pour ne pas suffoquer rend le concert à la limite de l'inaudible. Comprenez encore que la Valley (ou joue Acid King) nous balance toutes ses basses au point ou l'impression d'avoir un concert de Drum & Bass à côté est une question légitime. Cependant, je m'efforce de me concentrer sur le concert de SHINING et force est de constater que c'est à la fois très fort et très reposant. Le fait que le groupe allie puissance du black metal avec des intonnations heavy (notamment sur les soli comme celui qui clôture ce concert). Alors une fois encore, je ne connaissais que très peu le groupe avant le concert, mais ce que j'en ai entendu me donne envie de me pencher vraiment sur le groupe. Chose surprenante par contre, le groupe ne joue aucun morceau de l'album sorti il y a moins d'un an, lui préférant ses anciens albums. Peut être une bonne chose pour les fans "hardcore" des vieux albums, mais surprenant qu'il ne cherchent pas à le défendre sur scène. Toutefois le concert est un bon moment, malgré la foule, qui permet de reprendre un peu ses esprits en attendant TSJUDER.

     Il est 19h45. Et les deux derniers concerts importants pour moi arrivent pour clôturer cette deuxième journée de festival. Après l'interview de la veille avec le batteur de TSJUDER (à lire prochainement), je ne pouvais pas louper le concert de ce groupe culte de la scène black metal norvégienne. D'autant plus que Christian nous a livré la veille qu'ils allaient jouer un morceau du nouvel album à venir. La première chose que l'on peut remarquer est que le groupe est en grande forme. Certes il n'y a pas (ou peu) de communication entre les morceaux, mais le groupe est ultra énergique et offre un set de qualité. Le bassiste et le guitariste (tous les deux alternant le chant sur les morceaux) ne font que changer de place pour mieux faire vivre la foule. Et le public ne s'y trompe pas, il commence à slammer énormément et il en vient de tous les côtés. Le groupe lui semble prendre beaucoup de plaisir à être là, malgré sa quasi absence de communication avec le public. La fin du show nous offre donc ce titre en exclusivité du nouvel album à venir qui reste dans la lignée de ce que propose le groupe et qui ne choque pas parmi cette setlist.Cette heure de concert passe vraiment trop vite et la reprise de Sacrifice de Bathory annonce la fin d'un concert revitalisant. Il est alors temps de se rapprocher d'un groupe que je veux découvrir autrement que sur albums, à savoir ELUVEITIE.
     A en croire le public présent, on voit qu'il est transgénérationnel puisque des personnes de 50 / 60 ans sont présentes, tout comme des ado de 15 ans. Certains d'ailleurs voulant à tout prix voir leurs idoles n'hésitent pas à gêner le public attendant le groupe en poussant les premiers rangs en espérant se faire une place devant le malchanceux qui se trouvera derrière lui. Et si par malheur celui ci ne bouge pas, certains iront à coup de bracelet à pic planté dans le dos pour essayer d'avancer un peu plus. Après une menace de jeter l'indélicat en dehors du public, et ce aidé par plusieurs personnes, le groupe rentre sur scène. On sent alors que les fans français de ce groupe sont très nombreux vu comme la tente résonne aux cris de joie, poussé à l'unisson, du public quand le groupe investi les planches. D'ailleurs, la tente est devenue alors impénétrable. Et cela faisait bien longtemps que je n'avais pas vu ça. En fait il faut même remonter au HellFest 2009 pour retrouver un public aussi dense. A tel point que plusieurs personnes montent sur les piliers de soutien des chapiteaux, se retrouvant à plus de deux mètres de hauteur, au dessus du public. Le show lui est vraiment très bon, et il est même dommage qu'il soit relégué à la Temple tant il y a de monde. D'ailleurs le groupe glissera une blague à ce sujet rapport aux "666" faisant parti du décor et à l'aura satanique du groupe qui est tellement présente. Toutefois le concert assuré par les suisses est vraiment bon, les classiques du groupes sont là et permettent une ambiance vraiment énorme, à tel point ou, sur les 5 personnes que nous étions dans notre groupe tout devant seule une est resté sans devoir sortir car écrasée par la foule (chapeau à elle, elle se reconnaîtra). Les pogos n'en étaient plus, car les pieds ne touchaient plus le sols pour certains (comme moi) et les slams fusaient de partout. Le son lui était plutôt bon et permettait une bonne compréhension de ce que nous donnait le groupe. Le moment le plus fort était peut être le titre Inis Mona ou toute la tente (de la Altar à la Temple) a repris le refrain en choeur avec une joie vraiment communicative. Une bonne leçon de bonne humeur que nous a donné le groupe pour ce concert !

     Après ce concert, difficile de retourner en voir d'autre, ne voulant pas ternir l'ambiance qui reste. Du coup nous cherchons (sans succès) le show de Cervenna Fox qui doit faire un strip enflammé (au sens littéral) mais les infos que nous avons nous aiguillent au mauvais endroit. Tant pis. Nous profitons de loin du show d'AEROSMITH qui reste de bonne facture. Beaucoup de vieux titres sont joués de ce que j'en entends et l'album Get a Grip a droit à son petit moment de gloire avec trois titres extraits de cet album en peu de temps. Les classiques du groupe sont joués ce qui ravira tous les fans. Pour ma part, la fatigue aidant, je n'ai même pas le courage d'aller voir Gorgoroth et Carcass que j'attendais. Mais ces groupes passent souvent en France et j'aurais l'occasion de faire des chroniques de leurs concerts dans un avenir proche. Il est alors temps de boire un dernier apéro avec les amis sur un Metalcorner ou l'ambiance est plutôt bon enfant (notamment à l'entrée du White Camp) avant de tenter de dormir pour profiter au maximum de cette dernière journée de concert.

SETLISTS:
NEFARIUM: Intro - Hands Bleeding Fear - To Nowhere - Bastards Son of Satan - Stacco Lento - Lucifer's Betrayal - Fist Fucking of the 1st Angel - 136 Bastards Priest Murdered - An Old Black Cage
MERCYLESS: ? - Substance of Purity - God is Dreaming - Without Christ - Probably Impure - Burned at the Stake 
TEMPLE OF BAAL: Traitors to Mankind - Angsgeist - Slaves to the Beasts - Golden Wings of Azazel - Hate is my Name - Walls of Fire
BENIGHTED: X2Y - Noise - Let The Blood Spill Between My Broken Teeth - Experience Your Flesh - Fritzl - Collection of Dead Portrait - Carnivore Sublime - Slut
SKID ROW: Let's Go (Ramones Cover) - Big Guns - Piece of Me - 18 & Life - Riot Act - Kings of Demolition - Monkey Business - Get the Fuck Out - Slave to the Grind - Youth Gone Wild 
TROLLFEST: Brumlebassen - Toxic (Britney Spears Cover) - Brakebein - Karve - Ave Maria - Helvetes Hunden GARM 
INCANTATION: Dirges of Elysium - Debauchery - Shadows of the Ancient Empire - Vanquish in Vengeance - Emaciated Holy Figure - Profanation - Horns of Eradication - The Ibex Moon - Carrion Prophecy - Impending Diabolical Conquest - Lead To Desolation
SHINING: Han Som Hatar Människan - Förtvivlan, Min Arvedel - Människa o'avskyvärda Människa - Lat oss ta allt fran varandra - For The God Below 
TSJUDER: The Daemon Gate - Helvete - The Daemon Throne - Kill For Satan (The King's Birth) - Ghoul - Mouth of Madness - Slakt - Unholy Paragon - Demonic Supremacy (Nouveau titre) - Malignant Coronation - Sacrifice (Bathory Cover)
ELUVEITIE: Prologue - Helvetios - Nil - Thousandfold - Luxtos - Inis Mona - Gray Sublime Archon - Neverland - A Rose For Epona - The Siege - Meet The Enemy - Quoth The Raven - King (New Song) - Havoc - Epilogue
AEROSMITH: Back in the Saddle - Train Kept A Rollin (Tiny Bradshaw Cover) - Eat The Rich - Love in an Elevator - Oh Yeah - Cryin' - Living On The Edge - Last Child - Freedom Fighter (Chanté par Joe Perry) - Same Old Song and Dance - Rats in the Cellar - I Don't Want to Miss a Thing - No More No More - Come Together (Beatles Cover) - Dude Looks Like A Lady - Walk This Way - Mama Kin - RAPPELS Dream On - Sweet Emotion 

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews