/// Impetus Festival - Behemoth, Recueil Morbide

Le Moloco, Audincourt (18/04/2013)

Publié le 25/04/2013 par Dzo

En ce Jeudi 18 Avril 2013, direction la Franche-Comté, plus précisément Audincourt pour assister à la deuxième soirée de la quatrième édition de l’Impetus Festival. Ce rassemblement se déroule du 17 au 23 Avril dans différentes salles avec des groupes de styles et d’origines différentes, puisque la veille on retrouvait Kadavar à la Poudrière de Belfort, et ce Dimanche 21 c’était au tour de Cult Of Luna de jouer au même endroit.

Cette année, au niveau de la programmation l’organisation a frappé fort puisque pour ce Jeudi c’est Behemoth qui réside en maître de cérémonie, soutenu par les francs-comtois de Recueil Morbide en première partie, qui auront la lourde tâche d’ouvrir les hostilités en début de soirée. Vu l’évènement, de nombreux fans ont fait le déplacement pour assister au concert des polonais, à l’image des t-shirts à l’effigie du groupe présents dans la salle, que ce soit de la période Black ou des plus récents.

Les ayant vu à de nombreuses reprises à l’étranger, ce n’est pourtant que la deuxième fois que j’ai la chance d’assister à un concert de Behemoth dans l’hexagone, la première vois remontant au Hellfest 2007, les pieds dans dix centimètres de boue. Alors quand j’ai vu que l’évènement se déroulait à une petite heure de chez moi, la question de venir ne se posait même pas. Arrivé à la salle vers 20h15, je découvre Le Moloco, une salle qui semble relativement récente et bien faite.

21h, alors que la salle a été investi par de nombreuses silhouettes, Recueil Morbide entre en scène afin de conquérir le public franc-comtois. Dès leur arrivée, le groupe qui joue à domicile, démontre rapidement un Brutal/Death bien rôdé, marqué par une brillante qualité d’exécution. De plus, le son est relativement net, un bon point en plus pour plonger le public dans l’ambiance.

La voix qui oscille entre chant guttural et passages plus ‘gruik’ n’est pas franchement ma tassé de thé, mais la formation a démontré qu’elle maitrise parfaitement le style dans lequel elle évolue. La température semble avoir montée d’un cran, mission réussi donc pour Recueil Morbide qui quittera la scène sous les applaudissements d’une salle qui s’est bien renflouée depuis le début du show.

impetus 1

22h30, après une attente qui semblait interminable, les lumières de la salle se tamisent enfin. Le quatuor gagne la scène dans l’obscurité, acclamé par un public qui les attend comme le messie. Dès le retentissement des premières notes de ‘Ov Fire And The Void’, Le Moloco est rapidement transformé en chant de bataille, entre pogos qui vaudront quelques faciales de bières aux personnes avoisinantes et headbang furieux qui laisseront des séquelles aux vertèbres le lendemain.

Contrairement aux autres shows, aucunes fioritures n’arborent la scène, pas même l’imposant pied de micro en fer forgé de Nergal, mais ça n’enlève rien à la qualité auditive et visuelle du show. Étonnamment, ce n’est pas la pochette d’Evangelion qui est brandie en fond de scène mais celle de Zos Kia Cultus. Y aura-t-il plus de morceaux axés sur cet album ce soir? Sachant que malgré une setlist très percutante, Behemoth ne l’a pas vraiment renouvelée depuis trois ans.

impetus 4

Nergal, en véritable frontman, se baladera régulièrement de part en part de la scène pour communiquer avec son public. Orion à la carrure toujours aussi imposante et au chignon impeccable qui rendrait presque jaloux Goro de Mortal Kombat, y met toutes ses tripes à l’ouvrage, cognant régulièrement sa basse du poing.

Tout comme Recueil Morbide, le son est propre et net, ce qui rend le show plus appréciable encore. Nos polonais préférés semblent une fois de plus très en forme, et ravis de retrouver le public français.

La setlist que j’évoquais plus haut, parlons-en justement; l’énorme ‘Moonspell Rites’ avec sa rythmique très groovy, nous ramènera dans les premières années d’existence du groupe, tandis que ‘Slaves Shall Serves’ embrigadera la foule dans un mouvement d’hystérie collective. Petite surprise lorsque le groupe interprète ‘The Seeds Of I’ du dernier album en date, morceau qui n’apparaît pas toujours dans la programmation habituelle, mais ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre. Moment fort dans la soirée également lorsque Behemoth aborde ‘Alas, The Lord Is Upon Me’ ainsi que ‘At The Left Hand Of God’ avec son air oriental mystique. Juste avant le classique rappel, ils finiront sur la furieuse ‘Chant For Ezkaton 2000’ avant de quitter un temps la scène. Le combo terminera sa prestation sur l’hypnotique ‘Lucifer’ au riff qui reste gravé en tête. Pour l'occasion, Nergal a revêtu son traditionnel masque, lui donnant un air autoritaire imposant.

impetus 3

Après approximativement une heure quinze de show, la bande à Nergal prouve une énième fois son professionnalisme hors pair, ce qui fait de Behemoth une valeur sûre de la scène extrême, maintes fois prouvé. Une véritable démonstration d’efficacité qui aura pleinement satisfait le public qui aura fait le déplacement en masse puisque la salle était pleine en fin de soirée.

Pour ma part, un seul (très) petit regret sur le contenu de la setlist un peu trop prévisible, où il manquait quelques indispensables mis au placard depuis quelques temps comme ‘As Above, So Below’ ou ‘Lam’, ainsi que l’absence du solo de batterie d’Inferno qui fait toujours son petit effet. Vivement que le groupe entre à nouveau en studio pour proposer du sang neuf, même si on ne se lasse pas de leurs morceaux cultes. Hormis cette petite ombre au tableau, après toutes les fois où j’ai vu Behemoth, je peux dire que c’est un groupe dont on ne se lasse vraiment pas en concert. Une véritable machine inépuisable qui tourne à l’éther sans laisser de répit à son auditeur, et quelle raclée à chaque fois!

Un constat très positif de cette soirée qui s’est avérée très bien à tout niveau; très bien organisée et qui aura tenu toutes ses promesses. A l’année prochaine!

 

impetus 2

Setlist :

Ov Fire and the Void

Demigod

Moonspell Rites

Conquer All

Christians To The Lions

The Seeds Of I

Slaves Shall Serves

Decade Of Therion

Alas, The Lord Is Upon Me

At The Left Hand Of God

Chant for Ezkaton 2000

Rappel

Vinum Sabbati

Lucifer

 

 

 

Photos: Natalia Kempin

"Photos are published with the permission of Natalia Kempin (aka Natalia Die Hexe)

www.talented-pixels.de
www.facebook.com/nataliadiehexephotography

Any usage or modification of the photos without the signed agreement of their author are strictly prohibited"

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews