/// INGESTED + CONDEMNED + CYTOTOXIN + CARNOPHAGE + GUTTURAL DEEPTHROAT

LE GIBUS (PARIS) (08/10/2017)

Publié le 22/10/2017 par Aurel

Nos chers camarades déjantés de Suden Promotion nous proposaient un agréable concert en ce dimanche 08 octobre ! Mettant à l’honneur cinq formations de Brutal Death, chacune d’une nationalité différente, ce show au Gibus Live de Paris était absolument immanquable ! Il était donc logique que les équipes de Metal France se déplacent pour venir prendre la température. Et on vous le confirme, c’était chaud bouillant !

GUTTURAL DEEPTHROAT

La France avait l’occasion d’entamer les hostilités auprès d’un public déjà bien présent devant la scène avec les gais lurons de GUTTURAL DEEPTHROAT. Officiant dans un Slam Brutal Death des plus lourds, Louis et Adrien, les deux seuls membres de la formation,balançaient justement la musique qu’il fallait pour bien se mettre en jambes dans cette soirée. Le son était bon et permettait de bien suivre les nombreux passages Slam de leurs titres ainsi que les quelques accélérations assassines qui venaient par moments ponctuer les compos.

GUTTURAL DEEPTHROAT fait dans le classique, mais que c’est bougrement efficace ! La guitare« palm-mute » en force, la batterie programmée pulse bien et Louis au chant se fait plaisir, n’hésitant pas à haranguer ses chers compatriotes venus les voir. D’ailleurs, point de gros pogo pour ce premier concert mais on voit déjà que le public est motivé, les têtes, les jambes mais SURTOUT les bras bougeant tout autour de moi en rythme avec la musique. Je me permettrais même une petite danse avec un ami dans la fosse histoire de slamer un coup sur un gros riff d’Adrien !

 

CARNOPHAGE

Ce fut ensuite au tour de CARNOPHAGE de monter sur scène pour montrer de quoi ils étaient capables.Venant de Turquie, un pays qui cache bien son jeu en recélant toujours de très bonnes perles Metal, la formation nous a donc présenté son Technical Brutal Death Metal, et autant dire que ça valait le détour. Le son n’était malheureusement pas forcément au poil, noyant quelque peu les guitares et leurs nombreux leads et solos, ce qui était dommage.

Mais l’envie du groupe était intacte, le chanteur utilisant bien la scène pour venir hurler ses paroles au public amassé là tandis que ses compères restaient pour la plupart concentrés sur leurs instruments au vu du niveau assez affolant des compositions. Le chanteur était d’ailleurs totalement habité par sa musique, n’arrêtant pas d’esquisser les grimaces les plus diaboliques. Le public commençait enfin à bien se bousculer sur ce deuxième groupe et la soirée pouvait vraiment débuter pour de bon, annonçant du très lourd pour la suite. Car c’était maintenant au tour des allemands de CYTOTOXIN.

 

CYTOTOXIN

Quelle patate sur scène ! Très certainement le groupe le plus énergique de la soirée, grâce notamment à son chanteur ! Les compos balançaient bien, le son était à la hauteur,d’autant plus que je m’étais rapproché de la scène en me plaçant près de la fosse et en y allant de mes petits coups d’épaule dans le pogo permanent. Mais ce qui était fort, c’est que le groupe se démarquait assez nettement des autres formations de ce soir grâce à quelques éléments qui avaient leur petit effet.

Premièrement, les masques à gazq ue les membres du groupe portaient sur les premières chansons ;deuxièmement, le fameux tonneau radioactif que le chanteur se trimballait partout et qu’il brandissait entre deux lignes de chant ; troisièmement,une manière tout à fait originale de proposer un circle pit au public, et ce à l’aide d’un panneau de signalisation représentant un sens giratoire. Je me fis d’ailleurs bien plaisir à en faire trois ou quatre dans l’hystérie et la bonne humeur générale. Le groupe était vraiment plaisant à voir, les gars étaient contents d’être là, souriaient et s’éclataient. À tel point que le chanteur en a même mangé son micro, engloutissant réellement la quasi-intégralité de l’objet dans un accès de folie. Un show magnifique !

 

CONDEMNED

L’ambiance allait quelque peu s’assombrir avec le Brutal Death bien velu des américains de CONDEMNED. Un peu moins branchée folie que leurs prédécesseurs de CYTOTOXIN, la formation avait pour elle un son carré et carrément bulldozer, n’ayant nul besoin de réclamer un pogo de grande envergure pour faire la fête. Leur équipe renforcée par le nouveau guitariste Daniel Richardson,les américains n’étaient pas là pour rigoler, balançant les uns après les autres des titres tous aussi dévastateurs les uns que les autres.

Il faut dire que CONDEMNED, c’est du solide et les bougres disposent de pas mal d’expérience sur scène. L’intérêt de ce concert, en plus de profiter d’un très bon Brutal Death, était clairement d’aller à la castagne et de bien se dépenser sur les riffs totalement tordus des américains. Je pus profiter d’un très bon concert, d’autant que je décidais de me prendre le T-shirt du groupe à la fin de la soirée.

 

INGESTED

Finissons enfin par la tête d’affiche de ce Gutting Europe V, j’ai nommé les anglais d’INGESTED, un gros poids lourd de la scène Brutal Slam britannique. En plus de forcément proposer un bon show, voilà que les lascars étaient accompagnés au chant par le chanteur d’ORIGIN, Jason Keyser. Autant dire que ça allait dépoter sec ! Et je ne me trompais pas ! Le son était juste énorme et surpuissant, rendant bien grâce aux titres plus que lourds des anglais. Dominant une fosse survoltée, INGESTED faisait implacablement son boulot, transformant le Gibus Live en un véritable champ de bataille.

J’attendais avec impatience le titre « Skinned And Fucked », qui finit par arriver telle une tornade, avec sa double pédale destructrice et ses nombreux riffs et breaks plus qu’efficaces. Mais que dire des autres morceaux, sinon qu’ils étaient bigrement velus ! Jason Keyser effectua un travail monstrueux au micro, ne faisant pas du tout sentir l’absence de Jay Evans à ce poste-là. Le groupe parfait pour conclure au vu de sa musique directe et sans concession. Un set malheureusement beaucoup trop court et passé à la vitesse de l’éclair !

On veut voir et entendre du Brutal Death à Paris, soutenir cette scène extrême dans notre pays, et des concerts de cet acabit tendent à nous motiver à faire encore plus pour la suite ! Cinq nationalités représentées, pour une soirée basée sur la bonne humeur et la passion autour d’un style que nous voudrions toujours plus vivant que jamais !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews