/// Metalfest Open Air Helvetia

Pratteln, Z7 (Suisse) (13/05/2010)

Publié le 13/05/2010 par Carole

13/05/2010 :

C'est avec une bonne odeur de pluie au dehors que je me rends au Z7 à Pratteln, pour le 1er jour du Metalfest, digne successeur du Metal Days 2009.

Il semblerait que cette année (comme l'an dernier d'ailleurs) le soleil n'accompagnera pas les campeurs motivés, venus relativement nombreux tout de même.

Ce n'est qu'à partir de Deicide que je suis sur place. A peine arrivée, les balances se font déjà entendre sur la scène extérieure, où va jouer Glen Benton et sa troupe.

Exit M. Santola et ses solos à tout-va, honnêtement remplacé par Kevin Quirion qui trouve parfaitement sa place au sein du groupe tant il parait "méchant". L'équilibre est parfait. Deux "cheveulus", deux crânes rasés de part et d'autre de Benton.

Trêve de plaisanterie, entrons dans le vif du sujet.

Deicide écrase son public tel un rouleau compresseur, à grands coups de "When Satan Rules This World", "Suicide Sacrifice" ou autre "Kill The Christians". Peu de titres récents sont joués et ça à l'air de convenir aux festivaliers.

Deicide est un groupe relativement statique, mais pas besoin d'en faire trop, leur présence suffit !

Le son est plutôt bon, la batterie de Steve Asheim bien mise en avant. Vraiment un excellent concert, tout droit sortit d'un Deicide au top de sa forme.

Place ensuite aux suédois de Marduk. Ambiance très sombre dans la salle du Z7. Rapidité, brutalité. Voilà les mots d'ordre. Marduk n'est pas vraiment ma tasse de thé, de plus vu et revu. Je ne fais donc pas trop attention à leur prestation ce soir, surtout que le son est relativement naze.

Fin du set et hop, migration vers l'extérieur à nouveau. Cette fois pour Finntroll. N'étant pas une fan du genre non plus, je dirais tout de même qu'ils ont fait une belle prestation. Son et lumières étaient plutôt pas mal. Les nombreux fans venus en peau de bête devaient être ravis !

C'est au tour des "locaux" d'Eluveitie de jouer. Forcément quand on est 9 sur scène, les balances sont longues, très longues ... trop longues ! Résultat, trois quarts d'heure de retard. Et tout ça, sous la pluie, heureusement pas trop forte.
Bref, ça y est, ils montent sur scènes, accompagnés de leur moult flûtes et autres instruments peu communs. Là encore le son n'est vraiment pas au top et c'est valables pour tous les instruments ... ça valait le coup d'attendre si longtemps.
Je reste pour les photos et m'éloigne assez rapidement.

Enfin le groupe tant attendu de cette première soirée : Testament ! Ça c'est un groupe qui envoie le pâté en live ! Chuck Billy est au top de sa forme et ça redonne de l'énergie de le voir cavaler partout sur scène. Paul Bostaph et sa batterie sont montés sur une espèce de grande estrade. Ça donne un rendu excellent au niveau visuel ! Le chanteur est quasiment tout le temps perché là haut, à faire du "air guitar" avec son demi pied de micro.
L'ambiance dans la salle est vraiment géniale. Au niveau des titres joués, on ne peut qu'être satisfait aussi! "Over the Wall", "More Than Meets The Eye", "The Haunting" pour ne citer que celles ci. J'ai été super contente de les revoir et surtout avec une pareil énergie !

Testament, une belle conclusion pour cette première journée !

14/05/2010 :

Seconde journée de fest, ou plutôt soirée pour ma part. Même en faisant au plus vite je n'arrive pas à voir le début de Sepultura. La salle est plus que comble, même en longeant le bar, je peine à me faufiler jusque devant pour quelques photos. Les Brésiliens ont vraiment l'air d'avoir enflammé leur public. Je ne connais pas du tout les dernières zics qu'ils ont faites mais j'aurai tout de même le plaisir d'entendre "Beneath The Remains", "Refuse / Resist" et un bon p'tit "Roots" pour clôturer le set de ce soir.

J'y aurais pensé pendant tout le trajet en voiture, mais on aura de la chance ce soir, pas de pluie qui s'annonce pour Behemoth, qui joue à l'extérieur. Je rejoins donc la deuxième scène avec mes nouveaux amis photographes. Le temps de l'intro et c'est un Nergal remonté à bloc qui apparaît sur scène. Il a vraiment l'air de vouloir casser la baraque, bizarre ... A ce que j'ai entendu, le groupe aurait déjà eu une attitude un peu étrange lors de la séance de dédicaces, comme s'ils étaient énervés.

Bref, ce n'est pas ça qui va déstabiliser une telle machine ! Behemoth assurera de A à Z, comme à chaque prestation. C'est tellement carré, c'est impressionnant. Pas de surprises dans les morceaux joués : "Slaves Shall Serve", "Ov Fire And The Void", "Conquer All", un monstrueux "As Above So Below", "Decade Of Therion" ...
Comme à chaque fois, Inferno nous fait le même solo de batterie. Mention spéciale pour les deux dernières chansons que j'ai adorées : "Chant for Eschaton 2000", carré de chez carré (là où ils lèvent tous les trois leur gratte en même temps). Et la petite dernière, "Lucifer", avec le masque pour Nergal. Lorsque Behemoth la joue, ils restent très statiques, à en glacer l'atmosphère.

Voilà, je ne dirais pas qu'il s'agissait là de leur meilleure prestation. On sentait bien qu'il y avait un petit quelque chose qui n'allait pas. N'empêche que c'était énorme quand même !

Dernier groupe de la soirée, et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit là de la tête d'affiche du festival : Twilight of the Gods. On peut dire qu'ils étaient attendus ce soir puisqu'ils ne sont autres qu'un groupe de reprises de Bathory. Sur le papier c'est sûr, ça donne envie. Et pourtant quelle déception ... Ce groupe réuni quelques membres du gratin du Metal (Chanteur de Primordial, Blasphemer, Nick Barker et Patrick Lindgren de Thyrfing), mais apparemment ça n'a pas suffit.

C'est sous des lights majoritairement verts et rouges / roses que le groupe entre sur scène. Le chanteur a la bonne idée du cracher du feu. Ouais, ok ça peut être un petit plus pour l'ambiance. Mais cela n'a pas vraiment fonctionné comme ça...

Premier essai : la douille enflammée part droit dans le public après qu'Alan Nemtheanga ai soufflé. Bon, déjà ça casse le mythe. De plus tout le premier rang se verra aspergé de ce liquide. Sympa l'odeur pour le restant de la soirée.

Deuxième essai : même histoire, sauf que là, ça tombe directement sur les câbles au niveau des retours. Merci au photographe qui s'est précipité pour le dégager un peu plus loin sur la scène.

Bon voilà, entrée en matière plutôt douteuse. Mais attendez, ce n'est pas fini. Le chanteur, à la motivation inébranlable, se précipite sur le devant de scène pour chopper son micro et là VLAN, grosse chute ! Et ben oui, il y avait du liquide inflammable partout au sol, forcément ça glisse !

Autant dire que toutes ces péripéties arrivées en même pas cinq minutes ne rendent pas la tâche facile. Cela n'a pas l'air d'avoir entamé l'enthousiasme des membres du groupe, mais ils ont beaucoup perdu en crédibilité. On voit le public se clairsemer peu à peu.

J'ai écouter leur prestation en retrait, sans vraiment regarder. La voix du chanteur était relativement agonisante à mon goût ... Vraiment dommage de terminer la journée comme ça, surtout quand on pense à ce que Testament à offert au public la veille.

Il est temps de reprendre la route et je ne reviendrais pas pour le dernier jour du festival. Malgré les petites déceptions, le Metalfest a rempli son contrat avec de très bonnes prestations et une bonne ambiance générale !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews