/// Nearvana

Infrared (17/11/2012)

Publié le 21/11/2012 par Mindkiller

Après une semaine passée à me remettre de mes émotions du show précédent, je repars pour l'Infrared. Certes l'affiche n'est pas aussi grandiose que la précédente (désolé pour vous les gars), mais elle titille ma curiosité au point de faire rameuter pas mal de monde dans la salle. Pourtant pas fan des tribute band, je me dis que pour le coup, ne pouvant plus (et c'est irrémédiable) voir le groupe, ce tribute band n'est pas mal. Et puis le batteur étant une connaissance, je me dois de faire le déplacement.

Tout d'abord rendons grâce aux cuisines DU club rock et metal incontournable d'Orléans. Les burgers sont plus qu’appétissants et la bavette (je reste classique) qui m'est servie est juste délicieuse, fondante, bref, un très bon point pour commencer la soirée. Après quelques discussions avec l'équipe de la salle, qui est acceuillante et enthousiaste à souhait, il est temps de descendre au sous sol, là où les réjouissances auront lieu d'ici quelques minutes. Nous sommes certes loin de l'affluence de la semaine passée, mais la notoriété n'est pas la même non plus. Donc toutes proportions gardées, c'est une salle convenablement remplie que nous avons ici. Nearvana commence son show avec un set semi accoustique. Au final, c'est peut être le seul moment où il faut le placer. Après, vu l'ambiance qui se dégage du groupe, cela aurait été impossible et aurait tué la magie créée. Je reste cependant dubitatif. Je n'aimais pas énormément Nirvana et mon peu d'enthousiasme pour un tribute band ne joue pas pour moi. Mais lorsque Kevin sort les premières notes vocales je prends une réelle claque. Certes, il n'est pas Kurt Cobain, mais l'émotion qu'il apporte, ainsi que son grain de voix s'en rapproche foutrement. Un très bon point du coup. Car même si le groupe en version originale est loin de mon top artiste, il reste cependant culte, que l'on aime ou pas. Et puis, pour certains, c'est une occasion de voir une presque prestation de la bande de Seattle.

Si les honneurs reviennent plus aisément à Kevin, ce qui n'est pas chose aisée lorsque l'on s'attaque à un monument comme Nirvana, il ne faut pas oublier le duo rythmique qui officie derrière. Alors je suis d'accord, le bassiste du groupe ressemble bien plus à un Jason Newsted (période Load / Reload) de Metallica qu'à Krist Novoselic, mais ça convient très bien. Et quand à Nico, je l'avais déjà entendu jouer dans des groupes rock. C'est l'occasion pour moi de voir ce qu'il donne sur scène. Et ce garçon, toujours la banane, montre qu'il est heureux de jouer ! Et tel un cogneur, il s'attaque auxparties de Dave Grohl avec une régularité rythmique impressionnante. Tous les classiques du groupe sont joués ce soir pour un show de plus de deux heures. Les musiciens peuvent montrer l'étendue de leurs talents, dont un bassiste très inspiré qui groove à plein.

Et que dire de l'ambiance dans le public. Si la semaine précédente un escalier a été détruit par la bande de fous furieux présent dans la salle (et ce, à force de pogo) ce soir ça a été un des murs de la salle qui en a pris pour son grade laissant un trou béant dans le placo. Et sur scène, Kevin de s'acharner sur sa guitare achetée exprès pour l'occasion. Il s'improvise majorette et la lance en l'air avant de la voir s'écraser lâchement sur la scène. Il faut dire que celle-ci a été mise à contribution pour donner des airs d'un vrai concert de Nirvana, mais de rock avant tout. En effet, lors de Smells Like Teen Spirit, on voit un Kevin plus qu'agacé jeter sa guitare (et violemment) au sol. Petit soucis d'accordage. Si c'est pas rock tout ça ! Rassurez-vous, amis musiciens, cette guitare de marque innommable pour la pérennité du webzine, ne mérite pas mieux que cela.

Tout ça pour dire que, ce soir encore, si vous étiez dans le bassin orléanais, le lieu ou il fallait être, c'était l'Infrared qui se démène pour offrir une scène aussi bien rock que metal aux orléanais. A noter que sur cette scène sont passés des groupes comme Koritni, As They Burn ou encore Electric Mary. Un lieu à suivre.

SETLIST :
Unplugged : Intro, All Apologies, On A Plain, Something In The Way, Penny Royal Tea, Molly's Lips, Polly, About A Girl, The Man Who Sold The World, Dumb, Where Did You Sleep Last Night
Electric : Radio Friendly Unit Shifter, In Bloom, Aneurysm, School, Rape Me, Come As You Are, Lithium, Drain You, Heart-Shaped Box, Breed, Love Buzz, Sliver, Smells Like Teen Spirit, Territorial Pissings, Stay Away 

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews