/// Party San Open Air 2011

Schlotheim (Allemagne) (11/07/2011)

Publié le 23/08/2011 par Dzo

Le Party San est devenu une tradition chaque année. On y a déjà tout connu; du soleil, de la pluie, mais surtout de la boue! Malgré l’édition 2010 très hard, c’est tous très motivé que nous prenons la route, direction Schlotheim. Après six heures de route à travers l’Allemagne, nous arrivons tant bien que mal sur le nouveau site du Party San, qui est d’ailleurs assez mal indiqué cette année. Suite aux conditions climatiques apocalyptiques sur l’ancien site de Bad Berka, les organisateurs ont décidé de réimplanter le nouveau site sur un aéroport à Schlotheim, un village un peu plus à l’ouest de Bad Berka. Le campement est toujours dans l’herbe, mais l’allée principale et le devant de scène sont une piste en macadam, facilitant nettement la circulation et surtout évite qu’il y ait de la boue!

Une fois le campement installé et bu une petite bière symbolisant le début de cette édition 2011, nous nous rendons sur le site du festival. Première surprise quand j’arrive dans l’enceinte du concert, c’est que les groupes jouent sous la tente servant de ‘Metaldisco’! Dans un premier temps je pense que pour cette année il y a deux scènes et que celle-ci sert de petite scène, mais en m’approchant de la main stage, je constate que cette dernière est inaccessible par des barrières.

En effet avec le vent, une bâche du dessus s’est décrochée, du coup tous les concerts du premier soir sont sous la tente! Un gros point noir niveau organisation, car quand on sait qu’il y avait Darkened NocturnSlaughtercult et Tryptikon à l’affiche, il y a de quoi être frustré. Mais le pire c’est que tous les festivaliers ne peuvent entrer sous le chapiteau, ce dernier étant beaucoup trop petit. Il y a de quoi râler, autant dire que c’est comme si je n’avais rien vu pour le premier soir.

J’ai néanmoins réussi à me faufiler sur le côté pour regarder DNS.  Le chapiteau est bondé, on aurait du mal à y glisser encore un poil de cul. La chaleur est étouffante. Mais l’envie de voir le combo allemand en concert est trop forte. Sur une intro bien sombre, la formation monte sur scène avec l’emblématique Oneliar aux commandes. Les amplis sont ceinturés de cellophane pour ne pas morfler face aux projections de sang craché par la chanteuse à la chevelure interminable. Deux pieux en forme de croix renversés sont dressés sur scène, reliés entre eux par un grand pentacle. Bougies et flambeaux viennent compléter la ‘déco’ de scène, rendant le concert bien blasphématoire. Malgré un son de guitare pas terrible (et oui sous une tente on ne peut malheureusement pas faire de miracle), le show m’aura bien plu, même si en plein air cela aurait pris une tout autre dimension. Quelques chansons du dernier album ‘Sardonian Spell’ comme la terrible ‘The Descent To The Last Circle’ ou encore ‘The Saturnine Chapel’ m’auront comblé, si je puis dire.

Vient le tour de Decapitated de jouer, mais n’étant pas amateur du style, je préfère aller prendre l’air et boire une binouze.

Après cette heure de Death, vient le tour de Tryptikon de monter sur scène. Enfin pas tout de suite car les suisses vont se faire assez désirer. Après une longue attente, les lumières s’éteignent et l’intro démarre… mais foire. Décidemment, ce n’est vraiment pas la classe ce soir! L’intro recommence, et cette fois c’est la bonne. Le combo, mené par l’énigmatique Tom G. Warrior (ex frontman de Celtic Frost) entre en scène, et démarre directement par ‘Procreation’ de Celtic Frost! Que c’est bon! Le son est nettement plus correct que DNS, et c’est un réel plaisir d’entendre cette zik jouée par le fondateur même. On aura également le droit à la mythique ‘Circle Of The Tyrant’, glissée entre deux ziks du groupe. Vu la lourdeur de regarder ce concert sous le chapiteau où il fait une chaleur écrasante, je décide de rentrer à la tente, un peu dépité de cette première soirée, qui s’est révélée être un échec total, et je pèse mes mots. Bref, une nuit de sommeil est nécessaire pour me requinquer.

 

Vendredi 12 Août, deuxième jour, qui s’annonce avec peu de répit puisqu'à l’affiche figure Morbid Angel, 1349, Belphegor, Melechesh, Desultory et Urgehal, pour ne citer qu’eux. Une fois sur le site, on a l’agréable surprise de voir que la scène est enfin réparée. Malheureusement le temps n’est pas terrible, couvert, on sent qu’il va flotter d’ici peu. Shit.

Il est 15h, l’heure pour Urgehal de nous faire une démonstration de leur black 100% norvégien. Et on peut dire que ça a bien envoyé le bois! Corpse paint, masque à pics pour le gratteu Enzifer et gros bracelet à clous de chantier pour l’hyperactif bassiste Mannevond (également chanteur de Koldbrann).Un visuel très fort! Le groupe exécutera une très bonne setlist, composée de pas mal de chansons de Goatcraft Torment, comme la chanson éponyme de l’album, Risus Sardonius ou encore Dødsmarsj Til Helvete. On aura également le droit à des insultes du chanteur pendant tout le show (Shit In Your Face, Fuck you sodomizer, etc…), so evil tout ça! Figurent également dans la setlist Nekromisanthrop et une reprise d’Autopsy ; Twisted Mass Of Burnt Decay (de l’album Mental Funeral).

Pour la dernière chanson, le bassiste de Koldbrann entre en guest et prend la place de Mannevond, qui va chanter Satanic Black Metal In Hell. Un pur bon moment, surtout que ce dernier a de l’énergie à revendre et motive bien la foule, sans parler de sa voix bien raw! Un concert vraiment excellent qui débute bien cette journée!

Desultory prend la relève. Pas grand-chose à dire sur ce concert, si ce n’est qu’il s’est mis à pleuvoir à torrent pendant le show, ce qui a fait fuir la majeure partie du public. Mise à part ça, j’ai pas accroché au style du groupe. J’ai trouvé ça répétitif et chiant.

La pluie se calme, au tour d’Absu d’assurer le show. Certains adorent, d’autres détestent. Je fais plutôt partie de la deuxième catégorie, après chacun ses goûts. Je profite de ce moment de répit pour me faire signer un poster par les mecs d’Urgehal et de 1349 au stand prévu à cet effet, et vais me poser à la tente. Mais mon skoitte aura duré trop longtemps car je loupe les israéliens de Melechech, quel boulet! Heureusement que je les avais déjà vu, mais je suis quand même bien dégoûté.

Place à la rapidité de Belphegor et leur Death/Black sans concession. C’est propre, net et précis. Hell’s Ambassador fait parti de la setlist. A noter la présence d’une nana complètement dévêtue à l’exception d’un masque à oxygène sur la tête qui se trémoussait sur scène, qui a du en ravir plus d’un ! Effets pyrotechniques étaient également au rendez-vous. On aura le droit tout le long du show à des longs ‘Party Sannnnn’ et des ‘ahahahahaha’ bien ‘maléfiques’ du chanteur. Un concert dont je garde un très bon souvenir, malgré la durée du concert qui m’a paru un peu court.

Place maintenant à un groupe que j’affectionne particulièrement, à savoir les norvégiens de 1349! Même si les deux derniers albums m’ont nettement moins convaincus, j’attends leur show avec impatience. Je les ai vus plusieurs fois en concert, je m’attends à des flammes qui jaillissent de tous les côtés ainsi qu’à une batterie à la rapidité inhumaine… L’entrée en scène est sage, pas de craché de flammes du gratteu et de Frost comme j’avais déjà pu voir par le passé… Et pour cause, car le batteur tant attendu de Satyricon n’est tout simplement pas présent ce soir, quelle déception!

Le coup est rude. Mais je ne m’arrête pas à ça, je me dis que le show peut quand même être bien, même si ce dernier est une valeur ajoutée certaine pour le groupe. Malgré quelques bonnes chansons comme Riders Of The Apocalypse ou I Am Abomination ou encore Sculptor Of Flesh, j’ai trouvé le son des guitares assez brouillon, et n’ai pas vraiment réussi à m’initier dans ce concert. Le deuxième guitariste a eu beaucoup de soucis avec son instrument, faisant de nombreux allers-retours vers les backstage pour essayer de régler le problème. Hormis ça, j’ai été heureux de pouvoir assister à leur prestation.

 

Setlist (incomplete):

 Evil Oath

I Am Abomination

Riders Of The Apocalypse

Serpentine Sibilance

When I Was Flesh

Sculptor Of Flesh

 

N’étant pas fan du style pagan folk d’Ensiferum, je zappe et en profite pour m’avaler un plat de nouilles thaïlandaises, afin d’avoir des forces pour le final de ce soir.

 

Vient le tour de la tête d’affiche des pilliers du death metal américain ; Morbid Angel. Illud Divinum Insanus, leur dernier album, n’a clairement pas fait l’unanimité chez les fans, on peut même parler d’un gros flop. Alors on est en droit de se demander si la formation va jouer beaucoup de morceau du dernier opus ce soir?

 

Avec le temps exécrable, la programmation a pris du retard, et c’est avec quasiment une demi heure de retard que le quatuor montera sur scène. Même si j’avais envie de les voir jusqu’au bout, la pluie aura eu raison de moi. En effet, il flotte comme vache qui pisse! Ce qui va décourager plus d’un hardos, qui iront se réfugier sous la tente du metaldisco, en espérant que ça se calme. Du peu que j’ai regardé, le show paraissait prometteur, et le remplaçant de Pete Sandoval derrière les fûts, Tim Yeung (de Divine Heresy), est très impressionnant. Pour ce qui est de la setlist, je ne pourrai pas citer de noms de chansons, n’étant pas rester assez longtemps devant le show.

Retour à la tente sous une pluie battante, avec la frustration d’avoir loupé LA tête d’affiche de ce fest. Décidément, la pluie et le PSOA, c’est indissociable. Et soulant!

 

Samedi 13 Août, c’est déjà le dernier jour du festival, et au programme aujourd’hui : PanzerchristExhumed, Taake, Nachtmystium, Hail Of Bullets, Watain, Morgoth et Enslaved, autant dire une journée chargée qui ne permettra pas beaucoup d’aller retour à la tente pour faire le plein de binouzes.

Camouflage militaire omniprésent sur scène, un drapeau danois accroché en arrière plan, et une intro guerrière composée de tirs de chars, aucun doute, c’est bien l’heure de Panzerchrist! Ce groupe de death sur vitaminé est impressionnant par son agressivité sur cd, notamment Batallion Beast. Sur scène, j’ai trouvé ça un peu moins bourrin et imposant que prévu, même si He is dead who will not fight a quand même fait son effet. Visiblement les mecs étaient content de jouer à ce fest comme en démontre l’énorme sourire d’un des gratteux pendant tout le show, qui donnait des canettes de pils au public, forcément ravi! Même si un peu déçu, une prestation honorable mais beaucoup trop courte (30 minutes!).

Il est maintenant 17h, et alors qu’Exhumed devait entrer en scène, c’est finalement Taake qui joue plus tôt car le groupe s’est rendu sur l’ancien site du festival, à Bad Berka! Grosse boulette donc… Et ce changement dans le planning ne va pas plaire à tout le monde, car bon nombre de blackeux qui étaient sur le campement et n’ont pas entendu l’annonce vont louper Taake!

Par chance, nous on était bien là, et au vu du show que nous a fait la bande à Hoest, je peux vous dire que j’aurai été vert de louper ça. Ce concert était tout simplement excellent. Taake a une telle énergie sur scène, c’est dingue. La setlist est excellente, le son bon, l’ambiance est là, il ne pleut pas, que demander de plus? Incontestablement LE meilleur concert de black de ce Party San! Avec surprise, le groupe reprendra une chanson de GG Allin (du vieux punk) vraiment cool là aussi! A la fin le groupe joue Nattestid Ser Porten Vid Part I à la volée, car le temps alloué est dépassé. 45 minutes ça passe vite ! Taake en live, c’est une grosse tuerie!

 

Setlist (incomplète) :

 

Umenneske

Hordalands Doedskvad Part III

Doedsjarl

Hordalands Doedskvad Part IV

Die When You Die (GG Allin cover)

Hordalands Doedskvad Part I

Nattestid Ser Porten Vid Part I

 

Ça y est, les ricains d’Exhumed sont cette fois sur le bon site, et vont pouvoir assurer leur concert! Je ne connais pas trop le groupe, mais leur prestation m’a bien plu. Du Death/Grind aux riffs lourd avec des backing vocal bien gras, un bon concert là aussi, que je n’ai pas regardé en entier, préférant faire quelques achats pour enrichir ma discographie (si déjà!), surtout qu’il y a du lourd qui arrive encore.

Au tour de Nachtmystium maintenant. J’ai découvert ce groupe récemment, leur black tantôt expérimental tantôt psychédélique aux notes un peu dépressives, m’a conquit sur cd, j’attends de voir ce que cela va donner en concert. Même si il est dur de retranscrire leurs ambiances en live, j’ai trouvé ça plutôt sympa. Sur scène, un claviériste balance les samples des différentes chansons. Assassins et Ghost Of Grace étaient les indispensables de leur playlist. Dommage que le groupe ait été programmé en journée, le soir cela aurait peut-être pris une dimension un peu plus mystique. Une bonne découverte néanmoins.

Hail Of Bullets enchaîne les hostilités. Avec MartinVan Drunen au chant, on sait d’avance que c’est une valeur sûre. Du bon death old school aux riffs accrocheurs qui vont forcément faire penser à Asphyx! Là aussi je n’ai regardé qu’une partie, mais leur prestation était honorable, sans fioritures.

S’étant ajouté au dernier moment à l’affiche de ce Party San 2011, c’est au tour des suédois de Watain de sévir sur scène, avec leurs habituels attirails. Les ayant vu lors de l’édition 2010, je sais un peu à quoi m’attendre au niveau du show; beaucoup d’effets pyrotechniques, des flambeaux, etc... Mais seulement visuellement, car le groupe avait mis un communiqué sur Facebook disant qu’ils joueront uniquement des vieilles chansons, notamment de l’album Casus Luciferi.

En cd, les premiers opus ne m’avaient clairement pas convaincu, je trouvais ça plat par rapport à Sworn To The Dark, nettement mieux produit et plus accrocheur. Mais en live ça passait plutôt bien, même si je ne connaissais pas vraiment les chansons du coup, à part Black Salvation. Une bonne prestation, avec l’habituel hommage à Dissection, mais cette fois pas de reprise de The Somberlain, mais une de Bathory, ‘A Fine Day To Die’ ! Une bonne façon de finir leur prestation en beauté, surtout que ce morceau est vraiment magnifique.

Il est tard, et la fatigue commence à se faire sentir. Enslaved démarre, et évidemment peu de temps après, il se remet à flotter. Au programme, quelques chansons que je ne connaissais pas, sûrement de leur dernier album, mais leur style un peu atmosphérique si atypique fait qu’on se laisse facilement embarquer dans leur univers. Les incontournables comme Isa et Ruun faisaient partie de la setlist. Même scénario que pour Morbid Angel, je cours me réfugier sous la tente du metaldisco et n’assiste donc qu’à une partie de leur prestation, bien sympa tout de même.

Il ne reste plus qu’un seul groupe, la tête d’affiche finale de ce Party San, At The Gates. Je ne connais pas vraiment, et étant fatigué de ce marathon concerts/pluie, je décide de rentrer au campement. J’entendrai vaguement de loin, laissant à penser que ce n’était pas dégueu, mais bon!

Et voilà, c’est déjà la fin de ce PSOA 2011! Pour conclure, le nouveau site est mieux adapté aux conditions météorologiques, l’affiche était sympa, mais voir Tryptikon et DNS sous un pauvre chapiteau est quand même révoltant, je vais avoir du mal à m’en remettre.

Après, pour le temps, personne n’y peut grand-chose. Pour ma quatrième participation, j’en garderai quand même de bons souvenirs. A l’année prochaine!

Mes préférés du festoche : Taake, Urgehal, Tryptikon, Belphegor, Watain, Morbid Angel (malgré le peu que j’ai vu).

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews