/// [PERIPHERY - THE CONTORTIONIST - DESTRAGE]

CCO Villeurbanne (25/05/2017)

Publié le 17/06/2017 par Flying Shark , Dymytry

Il fait chaud à Lyon en ce jeudi de l’Ascension, mais l'orage se préparait à l’intérieur de la salle du CCO. Prévue pour accueillir 500 personnes, le concert n'affichait pas complet mais la salle demeurait bien remplie. Une chose est sûre, les personnes ayant fait le déplacement ne se sont pas trompées, la soirée a tenu ses promesses.

 

[DESTRAGE]

3B2A0324

 

A l’intérieur de la salle il fait presque plus chaud qu'à l’extérieur, mais ça n'empêche pas DESTRAGE de venir l’enflammer. Forts de leur quatrième album "A Means To No End" qui représentera un peu plus de la moitié de leur set,les Italiens monteront en puissance tout au long du show. Les premiers titres sont plus axés "prog", alors que leurs derniers seront plus "groovy". Au début du set, la voix claire se retrouvera parfois inaudible mélangée au milieu des guitares, mais heureusement le son s'améliorera au fil du temps pour atteindre un très bon rendu sur la deuxième moitié du concert. Le public a répondu présent et se montrera particulièrement communicatif sur les derniers morceaux « Blah Blah » et « Purania ».

 

[THE CONTORTIONIST]

3B2A0368

 

A peine le temps de souffler à l’extérieur que THE CONTORSIONIST entre en scène dans le noir complet. La mise en scène est minimaliste : les musiciens ne bougeront presque pas, les lumières resteront sobres, ils n’adresseront aucun mot au public. Leur son envahit la salle du CCO et le public est captivé. Fans de la première heure et de leur période deathcore sont venus pour se rappeler, fans de prog / djent sont venus pour leurs albums plus récents. Le set se déroulera dans un silence religieux, le public écoute attentivement les changements de rythmes à la batterie, la voix qui se montre envoûtante par moments. Le groupe a su rester constant pendant toute leur durée du show, c’est-à-dire à un très haut niveau. Il est presque frustrant de les voir quitter la scène sans jouer quelques notes en plus.

 

[PERIPHERY]

3B2A0404

 

C’est fou de voir la popularité qu’a su acquérir le groupe en seulement quatre albums : la salle est presque comble, le public connaît les paroles, et a décidé d’en découdre. Oubliez ce que vous avez entendu en album, le groupe établit une nette différence entre la scène et le studio. Tout en restant fidèle à ses compositions le son est néanmoins beaucoup plus percutant, et les passages plus calmes se distinguent d’avantage. L’entrée en scène sur « A Black Minute » captive, avant de rentrer dans le vif du sujet avec des titres tels que « Mary Gold » et « Flatline ». Le « Wake Up » sur « The Way The News Goes... », chanté en chœur par le public, prouvera que l’on est rentré dans le vif, certains se risquant même à quelques pogos malgré la chaleur.

3B2A0429

 

Le groupe baigne dans une constante lumière pastel, (Florian me glissera par ailleurs que c’est un plaisir à photographier) qui ne s’agitera qu’à de rares moments, suffisant pour électriser le public. Plus que remplir l’espace sonore, Periphery sait remplir l’espace que lui offre la scène, les musiciens bougent et jouent avec le public.

Le groupe se retire après un rappel qui consistait en un solo de batterie et la chanson « Lune », parfaite pour clôturer la soirée, sous l’ovation du public.

23783

 

C’était une très bonne soirée, les groupes ont su nous faire oublier la chaleur torride du CCO. On remercie bien évidement Sounds Like Hell Productions pour ce plateau qui a su ravir le public présent !

 

Texte : Dymytry

Photos : Flying Shark

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews