/// PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS + NOISE INC

LE GRILLEN ( Colmar ) (24/03/2017)

Publié le 27/03/2017 par olivier no limit

Parfois on peut être naïf ! En allant assister au concert de PHIL CAMPBELL AND THE BASTARD SONS je pensais qu’il y aurait peu de monde. Tu parles Charles ! En arrivant devant le Grillen, il y avait une file d’attente comme on n’en voit pas souvent dans ce genre d’endroit. Beaucoup de cinquantenaires, mais aussi de jeunes hardos chevelus. La petite salle du Grillen prise d’assaut en quelque sorte.

 

Je me retrouve devant la scéne saluant les habitués (salut Boris) alors qu’arrivent, sans ambages, les gars de NOISE INC. De suite je suis conquis par leur set et leur présence musicale. C’est carré, bien en place emmené par un chanteur …qui sait chanter et qui pose une certaine émotion dans ses vocalises! Bons riffs amenant un stoner qui s’avère assez varié (je me suis acheté leur petit EP nommé « # 72 ») . Au début j’ai pensé à un mélange de heavy des 70’ (in the name of god), de rock un peu grungy (Cry), saupoudré d’un zeste de MONSTER MAGNET. Et puis au fur et à mesure de mon écoute KYUSS, QOTSA, RED FANG se sont aussi imposés à mon esprit. Il n’est pas facile d’ouvrir pour un monstre sacré comme PHIL CAMPBELL. ils ont réussi à accaparer l’attention du public sans problème. Un bon moment À revoir !

 

 La tension se fait palpable, on discute, on rigole, on échange … les rois de la fête prennent possession de la scène. Alors certains vont dire : " oui Phil tiens son fonds de commerce en se servant de MOTORHEAD " . Alors excusez-moi de mon impolitesse, mais qu’ils aillent se faire voir ailleurs ! Pourquoi ? Suivez-moi le temps de quelques mots.

Leur set commence avec leurs compositions telles que « Big Mouth », «Nothing Up My Sleeve », « Spider ». Du bon hard rock bien envoyé avec des refrains mélodieux pas désagréables. Et puis… ils se mettent à jouer... « Rock out » et le frisson est là ... instentanément la salle s'enflamme. Déjà il faut dire que la formation composée des fils de PHIL, à savoir Todd, Dane et Tyla est soudée comme les doigts de la main ; au travers de la batterie, de la basse, de la guitare on sent que le passé de leur père les habite et qu’ils ont grandi ensemble accordé au même diapason. C’est carré, ça déboule comme un tir de barrage. Ensuite et c’est là l’important : chanter à la place de LEMMY est chose difficile. Seulement Neil Starr , le front man ,s’en sort avec les honneurs. Effectivement il ne pastiche pas l’icône, mais possède une voix chaude et puissante faite pour le heavy ; en n’en faisant pas des tonnes, mais en y apportant de la force et de la conviction rapidement il gagne la partie. Du coup quand arrivent « Overkill », « Going to Brazil (que Phil dédie à Chuck Berry), « iron fist », « Def forever » « raise hell », « the ace of spades », « eat the rich » puis pour le rappel : « R.A.M.O.N.E.S », « road crew », le plaisir gagne la salle comme une trainée de poudre. Au milieu de tout cela, il y a PHIL, imperturbable, qui tient sa gratte collé à lui, balançant les solos qu’on lui connaît comme des salves de mitraillettes. Quant aux reprises on aura le droit aussi à du BLACK SABBATH (sweet leaf, children of the grave), du ZZ TOP (Sharp Dressed Man), du LED ZEP (communication breakdown), et du ROLLING STONE (Jumping jack flash). A la fois, ce soir,  ils ont su imposer leurs propres compositions qui ne sont pas encore très nombreuses, tout en continuant à faire le trait d'union avec ce qui fut .... et sera encore dans nos coeurs !

 

Que vous dire d’autre que ce soir ce fut un pur moment d’émotion " high voltage", pour un set impeccable… et un front man qui s’en sort avec les honneurs.

Les lumières se rallument et mon esprit est paisible. LEMMY R.I.P !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews