/// Primordial, Moonsorrow, Taake, Helheim

Z7, Pratteln (CH) (01/03/2013)

Publié le 10/03/2013 par Dzo

Premier concert pour moi de cette année 2013, avec une affiche relativement exaltante, à savoir Helheim, Taake, Moonsorrow et Primordial, soirée placée sous le signe des terres nordiques.

Arrivés approximativement vers 19h au Z7 de Pratteln, Orkan qui avait la lourde tâche d'ouvrir les hostilités, a déjà terminé son show puisqu'Helheim, deuxième groupe de la soirée, est déjà sur les planches, devant un public certes clairsemé mais qui répond tout de même présent.

helheim 1

Première fois que j’ai l’occasion de voir le combo norvégien en concert, ces derniers proposent un Black aux sonorités viking. L’ambiance épique qu’arbore les morceaux (avec ‘Asgards Fall’ notamment) transporte facilement l’auditeur aux confins des fjords scandinaves.

Tous vêtus de côte de mailles à l’ancienne, le groupe mené par V’Gandr (qui est également le bassiste live de Taake) compte parmi son effectif un membre s’occupant des percussions en plus du batteur présent, un peu comme un certain groupe américain masqué dont on se passera de citer le nom pour ne froisser personne.

La musique des norvégiens se veut plutôt prenante, remarquablement bien exécutée malgré un son très fort. Vient sans doute le moment le plus attendu par la foule suisse (et par nous aussi) quand est interprétée ‘Dualitet Og Ulver’, où Hoest fera son apparition sur scène muni d’une cape à capuche pour chanter en guest de manière identique au clip.

Petite dernière de la soirée, Helheim finira en beauté sur ‘Ace Of Spades’ de Motörhead, réduisant dès le retentissement du premier riff la fosse en lieu de pèlerinage à headbang. Une bien bonne prestation que nous a offert le groupe, qui va me pousser à m’intéresser d’avantage à sa discographie (Photos de leur passage ici).

Place au groupe suivant, et pas des moindres car c’est au tour de Taake de transcender le Z7, présent à l’occasion de leur tournée couronnant leur vingtième année d’existence.

La formation entre en scène sur une intro assez psychédélique, V’Gandr ayant troqué entre temps sa cote de maille au détriment de son collant moule burne fétiche et maquillé du corpse paint de rigueur.

Hoest gagne la scène en dernier pendant que le groupe a démarré ‘Nordbundet’, capuchonné comme à son habitude de son drapeau norvégien, qu’il brandira fièrement à maintes reprises.

 

Taake 1

 

Fidèle à lui-même, Taake met l’ambiance face à une salle qui s’est un peu renflouée depuis Helheim en jouant les grands classiques comme l’énergique ‘Ummeneske’, ‘Hordaland Doedskvad Part I’ ou ‘Nattestid Part I’ du premier album avec sa rythmique délivrant une aura transcendante mystique dans la salle.

Hoest semble bien beurré quand on voit le nombre de fois où il a galéré avec son micro qui se débranchait régulièrement pendant que ce dernier divaguait de part en part de la scène, se faufilant dans l’entre jambe de son bassiste ou en allant taquiner ses gratteux entre deux coups de pieds digne de Sub Zero dans Mortal Kombat, marque de fabrique de l’énigmatique bonhomme en live. Le reste du concert se déroulera sans encombre.

Seul bémol, c’est la durée du show qui m’a paru un peu court, mis à part ça, Taake reste toujours une énorme branlée en live, et les norvégiens l’ont démontré une fois de plus avec leur force et leur énergie. Excellente prestation! Énième fois que je les vois, mais on ne s’en lasse vraiment pas (Photos de leur passage ici).

Moonsorrow 1

Vient le moment de se fondre dans les ambiances épiques de Moonsorrow. Le Metal Pagan des finlandais est une musique que j’apprécie vraiment durant les longues soirées d’hiver, même si j’ai perdu le fil des derniers albums.

C’est dans la bonne humeur et peinturluré que le groupe gagne la scène face à un public visiblement bien motivé, chauffé juste à point par Taake quelques minutes auparavant.

La setlist du combo sera majoritairement axée sur les morceaux des derniers albums, car je n’en reconnais que très peu. Les hits du groupe sont moins présents que les précédentes fois où je les avais vus, mais ça n’empêche pas que leur prestation restera honorable et envoutante, Moonsorrow instaurant une ambiance particulière entre ses passages épiques, d’autres plus guerriers et les passages de chants clairs en choeurs qui seront repris par le public.

Les incontournables comme ‘Pimeä’ et ‘Jotuhneim’ seront tout de même présents pour mon plus grand plaisir et celui du public suisse. Je me contenterai de regarder le reste du show en retrait, privilégiant l’instant bière à l’instant flûte.

Peu de morceaux là aussi, mais sachant que les compos de Moonsorrow fleurtent souvent avec le quart d’heure d’écoute, c’est un peu normal. Les finlandais termineront leur set par ‘Tähdetön’ du dernier opus, alors que d’habitude le groupe a tendance à commencer par cette chanson.

Pas la meilleure prestation que j’ai eu l’occasion de voir, mais tout de même réussie et toujours un bon moment. Moonsorrow reste une valeur sûre en concert pour les amateurs du style (Photos de leur passage ici).

La soirée file rapidement, l’heure de Primordial d’agir en tant que maître de cérémonie sur la foule qui s’est compacté au fur et à mesure de ce Vendredi soir. Ayant déjà vu le combo plusieurs fois en concert, je n’ai jamais accroché à leur musique ni leur univers. Et leur passage au Z7 ce soir ne fera pas exception à la règle, le chant assez particulier du chanteur ne m’atteignant pas vraiment. J’écourterai le show et la soirée, qui se terminera sans doute comme elle a commencée (Photos de leur passage ici).

 

Primordial 1

 

Une énième soirée au Z7 qui aura tenu ses promesses avec des groupes qui ont pour chacun d’entre eux rempli leur part du contrat, cette salle est décidément un endroit très appréciable. A la prochaine!

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews