/// Ritualization + Necrowretch + Necroblood + Gronde

Le Molodoï, Strasbourg (19/11/2011)

Publié le 24/11/2011 par Dzo

Un soir de Novembre, faut bien le dire, y a pas grand-chose à foutre. Pas 36 solutions, soit tu te colles devant la télé pour te lamenter devant Patrick Sebastien, soit tu peux monter sur Strasbourg pour te prendre une branlée de Death Metal dans la face!

Le choix est vite fait. Direction Le Molodoï de Strasbourg, une salle accolée à La Laiterie, plus petite et plus intimiste, bien connue des hardos du coin. La soirée est organisée par Destroyers Of Light, une jeune association qui nous présente sa première orgie, avec à l’affiche, Ritualization, Necrowretch, Necroblood et Gronde. Globalement, cette soirée a fait parler d’elle et a ameuté pas mal de monde, chose plutôt positive et encourageante pour l’association. Ça regorge de veste à patch et de perfecto.

Arrivé à la salle un peu avant 21h, Gronde est déjà entrain de jouer, et arrive sur son dernier morceau, qui n’est autre qu’une reprise de Nifelheim. Ce jeune groupe formé en 2010 officie dans un Black / Thrash plutôt conventionnel. J’ai dû les voir cinq minutes à tout péter, du coup dur de se faire une idée, mais cela permettait de rentrer dans l’ambiance de la soirée en douceur. Je me console en me rendant à la buvette pour chercher une bière (2 euros la 50cl, c’est honnête par rapport à d’autres endroits).

Suivant sur la liste, les parisiens de Necroblood! Découverte totale pour moi ce soir, je ne connais pas du tout le groupe.
Le concert débute sur une intro de Prokofiev (qu’on retrouve sur le début du clip de Mother North de Satyricon). Puis le combo enchaîne leur performance scénique. L’ambiance malsaine dégagée fait que j’accroche immédiatement au concept du groupe. Les morceaux sont sales, efficaces et lugubres.
La voix du chanteur semble venir d’outre tombe, se situant entre Necros Christos et Archgoat. N’ayons pas peur des mots, on se prend une grosse claque en pleine face, d’autant que le groupe est tout jeune et ne compte qu’une démo et un EP tout fraîchement sorti. Malgré cette aura malsaine et occulte dégagée dans la salle, il manque un peu de puissance au son, qui ne paraît pas fort. Hormis ça, c’est une très bonne découverte, qui va m’inciter à chopper leur démo. Le public semble avoir été convaincu aussi, au vu des nombreux pogo et headbang qu’il y avait.

A Necrowretch de nous vomir leur haine et imposer leur univers, qu’on imagine bien glauque à souhait, évidemment! Le challenge ne s’avère pas facile car Necroblood a bien chauffer le public.

Necrowretch vient de Valence et exécute ce qu’ils appellent du ‘Putrid Death Metal’. Pour leur passage sur scène, pas de batterie ni de batteur ce soir, mais une boîte à rythmes en guise d’accompagnement du duo. Pour la petite anecdote, ce dernier les a lâchés (ou s’est fait virer, j’en sais trop rien) à cause d’une histoire de gonzesse deux jours avant le concert, et du coup le duo restant n’a eu que deux jours pour enregistrer les parties batterie sur un logiciel et pour répéter! Il fallait une sacrée grosse motivation, chapeau à eux, qui ont tout fait pour assurer cette date!

Dès les premières notes jouées, le ton est donné. On a le droit à un déferlement de violence sonore sans répit, complètement chaotique! Une atmosphère qui nous replonge dans les tous premiers Beherit, en version plus Death old school. Mais malgré cette lointaine ressemblance, je n’ai pas accroché plus que ça. Le son restait relativement inaudible et confus, ce qui donnait souvent une bouillie sonore. Les gars semblaient bien maitriser leurs instruments, mais ça n’a pas suffit à me convaincre, j’ai trouvé qu’on descendait un cran en dessous par rapport à Necroblood. Le chant assez grogné/vomi du chanteur aura également eu raison de moi au bout d’un moment.

Pour finir le clou du spectacle, c’est Ritualization qui s’accapare la scène pour passer le rouleau compresseur sur les derniers survivants de la salle qui n’ont pas encore succombés à leurs blessures. Vous pouvez sortir les compresses car que le groupe n’aura aucune pitié à vous achever!

J’avais eu l’occasion de les voir avec Bloody Sign et Necros au Grillen à Colmar en 2007, et ce soir-là, la surprise était totale. Bordel, que ça arrachait! Et leur performance de ce soir ne va pas faire exception à la règle. Le chanteur enflamme littéralement la salle avec sa voix à vous retourner le bide, les gratteux maltraitent leurs instruments avec un torrent de notes et une rythmique parfaitement maitrisée, tandis que le batteur blast comme un gros porc. Une véritable démonstration d’efficacité.

A l’occasion de la sortie de leur split avec Temple Of Baal qui va sortir très prochainement (et dont la chronique sera bientôt dispo sur MF), la formation jouera deux morceaux de cette future galette. Une bonne occasion de démontrer, une fois de plus, leur potentiel et leur hargne sans limite à faire du gros Death sans concession.

La salle est plongée dans le chaos et atteint son apogée. Tellement que le groupe aura le droit à deux rappels, où ils se feront un plaisir de revenir sur scène pour combler les attentes du public, décidemment très chaud.

Au final, une petite soirée cool et pas chère (7 euros l’entrée) avec une très bonne découverte qu’est Necroblood, et la confirmation ultime que Ritualization est en pleine ascension. Ce concert prouve que la scène hexagonale nous pond encore et toujours des groupes prometteurs.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews