/// RIVAL SONS . SHAKA PONK (les artefacts)

ZENITH (STRASBOURG) (17/04/2015)

Publié le 19/04/2015 par olivier no limit

Vendredi 17 avril, le Zénith de Strasbourg. Je voudrai vous parler succinctement de deux groupes qui ont fait leur set au festival des Artefacts.

L’un s’apparente bien à notre musique, puisqu’il s’agit de RIVAL SONS.

Ce groupe né en Californie, joue une musique qui s’inspire du rock psyché des 70 et du classic rock avec un son vintage bien à eux (fuzz et micro d’antan). Pour influences ils ont dans les doigts et la voix des combos célèbres comme THE WHO, LED ZEP, les DOORS.

Leur musique se promène entre hard rock et rock plus mélodieux ou plus groove.

Je connaissais tous leurs albums, pensait passer un bon moment, ce fut le cas puissance 10 !

Des touches pas possibles qui personnalisent les musiciens (entre un bassiste au look ZZ TOP et un clavier qui possède une petite dégaine « rabbin électrique »).

Et puis surtout des musiciens qui possédent leur art à fond et font preuve d’une maitrise absolue quand il s’agit de restituer le feeling particulier de des 70’, Scott Holiday le guitariste en étant la preuve vivante;

 La voix de Jay Buchanan rappelle souvent Robert Plant. Quelle puissance, quel organe ! Ce pousseur de gosier était complétement à fond, en train de se vider les tripes devant un public, dont certains ne connaissaient pas ce groupe et qui furent rapidement conquis.

Un grand moment.

 

Mais arriva  SHAKA PONK

Avec comme point d’orgue leurs nouveaux albums « "The White Pixel Ape" et "The Black Pixel ape", ce groupe français de cross-over rock est composé de Frah (chanteur), Samaha (chanteuse), CC (guitariste), Mandris (bassiste), Ion (batteur), Steeve (claviste), avec pour mascotte virtuelle Goz.

Ce soir, ils donnèrent un show bourré d’énergie, de folie qui n’avait rien à envier à ceux dispensés par certains metalleux.

Quelle pêche ! Titres accrocheurs, musiciens « high voltage », un couple de chanteur mettant le feu .

Et puis il y a eu leur show visuel, car sur séne,en 3D, s’animèrent, défilèrent, tout au long du set, GOZ et d’autres personnages fictifs complétement intégrés aux « vivants ». l'iréel rejoignant notre monde!

Il y eu même un concourt de batterie entre le vrai frappeur de futs et un gorille géant.

 C’était hallucinant.

Rarement vu au truc pareil, à part les concerts de RAMSTEIN.

Bref s’ils passent par chez vous allez-y, c’est hors normes !

vous en prendrez plein les oreilles et les yeux.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews