/// Sahg - Solstafir

Grillen - Colmar (04/11/2014)

Publié le 25/11/2014 par Eki

 

Venus faire la promotion de leur 4ème album, 'Delusions of Grandeur', Sahg, formation norvégienne, assurait la première partie. Avec le départ de King ov Hell (Gorgoroth) à la basse et plus récemment le second guitariste Thomas Tofthagen (Audrey Horne), et un nouvel album qui continue le travail du précédent dans le psychédélique tout en s'éloignant des fondamentaux instaurés par le premier album, c'est un euphémisme de dire qu'ils étaient attendus au tournant.

 

Le groupe, très bien accueilli à leur arrivée, commence donc avec un morceau de leur dernière mouture, et au niveau du show, force est de constater que ce fût très professionnel. Le son était directement au poil et les nouveaux musiciens ont clairement pris leurs marques. Là où le bât blesse, c'est que parmi ceux qui connaissaient Sahg, très peu étaient enclins à chanter sur les compos des deux derniers albums, qui il faut bien l'avouer sont radicalement différents de ce qu'ils proposaient à leurs débuts.

 

Le chanteur Olav Iversen (Manngard) a d'ailleurs pu s'en rendre compte à l'annonce de 'Pyromancer', l'un des tubes de 'Sahg II' : tout le monde s'est mis à chanter, voire headbanguer dans tous les sens. Hormis deux bon tiers du set qui durera une petite heure étant donc issus des deux derniers albums, et que votre humble serviteur connaît moins que les précédents, nous aurons tout de même droit à des titres du tout premier, le meilleur selon beaucoup, avec cette aura si sombre qui n'est pas sans rappeler les premiers Black Sabbath. 'The Executioner Undead' va relancer la salle comme une piqûre d'insuline. S'en suivra le génial 'Godless Faith', reprise à merveille. Le set se terminera dans la bonne humeur, les fans semblaient satisfaits et les néophytes ont globalement apprécié.

 

Après une pause d'une bonne demi heure, le temps d'installer le matériel du groupe que tout le monde est venu voir, Solstafir entre alors sur scène, acclamés par les férus de leur rock islandais si particulier.

Première chose étonnante, le matériel ne changera pas. Certes les musiciens sont venus avec  leur panoplie de pédales en tous genres, mais tout le matos sono restera sur place. Ce qui explique sans doute les quelques complications qui s'en sont suivies : les niveaux pour la voix ont bien mis 10 minutes à être correctement réglés, le bassiste passera 2 à 3 fois par compo à régler sa tête d'ampli, bref plusieurs soucis techniques sont venus entâcher le set qui est pourtant réputé très pro par ceux qui ont déjà pu voir les islandais sur scène.

 

Hormis ces petits tracas, la playlist était très bien choisie, bien qu'assez convenue. Hormis le fait qu'ils aient débuté avec 'Kold', le reste des morceaux provenaient en intégralité de leurs deux derniers albums (en occultant le rappel à la fin). Pour un groupe qui compte maintenant 5 LP dans sa discographie, on pouvait s'attendre à ce qu'ils remontent un peu plus loin dans leur oeuvre, mais comme le démontre 'Otta' par rapport à son aîné, le groupe a plutôt l'air de vouloir délaisser leurs premières inspirations, au profit de morceaux plus ambiants. On ne peut pas leur en vouloir d'avoir trouvé leur son.

 

Le son rendait assez bien pour une salle comme le Grillen, la basse était bien présente, le guitariste a même poussé la performance jusqu'à ramener un banjo électrique sur 'Otta'.

 

Nous aurons droit au même discours en substance que leur live du Hellfest de cet été juste avant 'Svartir Sandar', moment où le personnel du bar, tandis que le public se taisait pour écouter ce que le chanteur disait (l'anglais avec un accent islandais étant comparable au chinois qui voudrait parler espagnol), semblait occupé à se marrer sur des anecdotes n'ayant rien à voir avec ce qui était dit, ce qui est relativement moyen lorsqu'on fait venir un groupe d'aussi loin. Passons.

 

Pour le reste, on aura bien sûr droit au maintenant célèbre 'Fjara' ainsi qu'à son homologue version 'Otta', 'Lagnatti', pour lequel le groupe a de nouveau produit un clip d'une qualité que l'on croise très rarement dans le milieu. 

Le groupe sera fortement encouragé pour le traditionnel rappel, avec, pour le plus grand bonheur des gens de bon goût, 'Goddess of the Ages'. Ils s'éclipseront après avoir salué le public. Le chanteur fera alors un saut au merchandising pour signer les albums et serrer la main aux fans, pratique mine de rien suffisamment rare pour être notée.

 

En résumé, malgré des petits soucis techniques pour ce qui est du set de 'Solstafir', ce fut une excellente soirée pour les gens ayant fait le déplacement. Un car d'allemands avait même fait le trajet jusqu'à Colmar pour l'occasion. Et malgré une setlist certes convenue, le show fut de qualité comme à leur habitude, la magie islandaise ayant opéré une fois de plus.

 

Playlistde Solstafir :

Kold

Lagnatti

Rismal

Otta

Dagmal

Nattmal

Svartir Sandar

Fjara

Goddess of the Ages

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews