/// Satans Convention 2012 - Eisregen, Taake, Inquisition

Halle 101, Speyer (DE) (29/12/2012)

Publié le 30/12/2012 par Dzo

A peine le temps de digérer les repas marathon de Noël, que pour finir cette année 2012 en beauté, s’offre à nous le festival ‘Satans Convention 2012’ au Halle 101 à Speyer en Allemagne, où se déroule notamment la ‘Nacht Der Drohenden Schatten’ chaque année.

A l’affiche, une journée chargée puisqu’on y retrouve neuf groupes: Weird Fate, Darkend, Svartsorg, Ketzer, Baptism, Angantyr, Inquisition, Taake et Eisregen. Mais de cette affiche alléchante pour certains, pour nous c’est surtout Inquisition et Taake et qui nous intéressent, nous gagnerons donc le festival vers les 20h.

Énormément de monde s’est bougé pour cette édition 2012, puisque la salle est blindée. Stands de bouffe et de boissons ainsi que quelques étalages de merchandising, tout y est pour passer une bonne soirée et vider son portefeuille. Vu l’heure avancée, pas mal de festivaliers ont les yeux vitreux, conséquence inévitable de la bibine en masse.

20h15, le public s'affère et se presse en masse devant la scène pour accueillir Inquisition, visiblement très attendu ce soir. Comme d’habitude, pas de fioritures si ce n’est le logo du groupe brandi en fond de scène.

Inquisition 1 Halle 101

Le duo colombien gagne la scène sous les acclamations d’un public chaud comme la braise et gonflé à bloc pour lâcher de la tignasse sur les riffs infernaux de Dagon, qui démarrera son set sur ‘Astral Path To Supreme Majesties’.

Le son est bon (mais fort), et une fois de plus, Inquisition met le feu là où il passe, en alignant un show millimétré, rythmé par les grands écarts majestueux de Dagon et les croisements de baguettes en croix renversé en direction de la foule d’Incubus.

Je le redis dans tous mes live reports, mais ce duo sur scène n’a vraiment rien à envier aux formations plus nombreuses tant ils sont efficaces et en osmose l’un avec l’autre, c’est vraiment impressionnant, surtout que musicalement il ne manque rien, et que l’absence de basse ne choque pas du tout.

Niveau setlist défileront les incontournables comme ‘Empire Of Luciferian Race’, ‘Nefarious Dismal Orations’Dagon se sert de sa voix de manière étrange, laissant les croassements de côté, ou la prenante ‘Desolate Funeral Chant’, où le petit couple s’emmêlera un peu les pinceaux sur la fin du morceau, mais rien de dramatique.

Un peu moins de dix morceaux seront joués, leur passage était comme les précédentes fois excellent mais hélas trop court; tout le monde en redemandait! En tout cas, une bonne branlée à la sauce BM made in USA.

 

Setlist:

Astral Path To Supreme Majesties
Nefarious Dismal Orations
Empire Of Luciferian Race
Command Of The Dark Crown
Crush The Jewish Prophet
Embraced By The Unholy Powers Of Death And Destruction 
Desolate Funeral Chant
Cosmic Invocation Rites

Photos d'Inquisition: ICI

 

Mais bon, ce n’est pas comme si c’était au tour de Fadades de jouer après, puisque maintenant ce sont les norvégiens de Taake qui vont devoir continuer d’animer le chaudron présent dans la foule. D’ailleurs, quelle putain de chaleur dans cette salle, c’est infernal. Raison de plus pour se rincer le gosier avec une binch, si on arrive à en chopper une avant que ça commence. Oui parce qu’avec trois serveurs pour je ne sais combien de personnes et au final des bières sans bulles parce qu’elles ont traîné toute l’aprèm sans être servies, ça fait un peu chier, mais bon.

Quelques minutes plus tard, les membres du groupe montent sur les planches, dos tournés à la foule. Puis c’est sur ‘Nordbundet’ du dernier album que le combo débute le show, et symbolise l’arrivée très attendue de l’emblématique Hoest sur scène, caché par son indétrônable drapeau norvégien brandi en direction du public.

S’en suit ‘Ummeneske’, véritable rouleau compresseur en live, qui se manifestera par de nombreux headbangs. La fosse est réduite au stade de véritable fournaise que Taake continu d’enfoncer le clou avec des titres comme ‘Hordalands Doedskvad I’ et ‘Nattestid Ser Porten Vid I’ qui conclura leur passage ce soir.

Hoest est toujours très en forme, avec ses coups de pieds et ses ‘ouhhh’ mythiques lâchés par ci par là, entre deux gorgées de Vodka. Même chose pour ses acolytes, qui ont également la pêche et s’en donnent à cœur joie sur les planches du Halle 101. Une petite baston de poivrots éclatera pendant le show vers le milieu de la salle, d’ailleurs il y en aura quelques unes ce soir là, sans doute l’effet de la pleine Lune…

Étrangement, même si Taake est une putain de valeur sûre en live, je n’ai pas vraiment réussi à rentrer dedans plus que ça cette fois-ci, peut-être la setlist que j’ai un peu moins aimé. En tout cas si je n’étais pas en totale immersion, c’était sans compter sur le public, visiblement très satisfait de la performance des norvégiens.

 

Setlist:

Nordbundet
Du Ville Ville Vestland
Ummeneske
Fra Vadested Til..
Orkan
..klaga og kyta
Hordalands Doedskvad I
Bjoergvin IV
Nattestid Ser Porten Vid I

 

Une fois le show de Taake terminé, la salle se vide peu à peu, alors que les fans d’Eisregen qui prenaient leur mal en patience durant les autres groupes se placent devant. En effet, Eisregen n’a pas grand-chose à voir avec ce qui était programmé précédemment dans la soirée, mais le groupe a tout de même son lot de fan qui a fait le déplacement.

Malgré ça, il faut avouer que la salle est quand même nettement plus clairsemée que pendant Inquisition par exemple. Dès le commencement du concert de ces derniers, la voix très atypique (et très allemande) du chanteur fait que j’écourterai rapidement le show, au profit de quelques emplettes, les différents stands de merchandising présents ce soir proposant pas mal de choses intéressantes, notamment les vinyles.

Après la section achat, direction la voiture et retour en France avec mes compagnons de fortune. Comme d’habitude, Inquisition et Taake auront assuré et tenu toutes leurs promesses. Une bonne soirée qui conclu cette année 2012 riche en concerts!

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews