/// SYSTEM OF A DOWN

ZENITH de NANCY (08/06/2017)

Publié le 08/06/2017 par olivier no limit

Salut ! Là je vous propose un live report à l’arrache, genre vous restituer mes impressions plus qu’un reportage pleins d’informations. Bref, capturer live mon ressenti vu que c’est encore tout frais .

 

Départ de Strasbourg 17 heures, entrée dans l’arène du Zénith de Nancy…21 heures !

Déjà des bouchons à la pelle, ensuite il faut trouver où se garer et là bonjour l’organisation, cela tourne au cauchemar ! On réussit à dégotter une place dans le parking privée d’une clinique, coté « chirurgie de la main ».
Après on entame une longue marche de plusieurs kilomètres. En fait on se croirait dans un festival car on se retrouve au milieu d’une marée humaine. Quelqu’un me dira plus tard qu’il y a plus de 20000 personne, en tous les cas c’est noir de monde !

Re arrêt pour se caler l’estomac après avoir fait de nouveau la queue pendant un sacré moment.

 

Et on arrive enfin dans l’arène en plein air du Zénith alors que retentissent les notes de «Prison Song ». Moi qui est l’habitude d’être tout devant c’est impossible, car la foule est immense, alors on se cale en haut avec une vue imprenable sur la scène, même si les musiciens, de là où on est ont la grosseur d’un pouce. Et d’un seul coup je suis pris par la magie de ce groupe. Comment vous dire ? ces mecs nous happent tout entier dans leur univers particulier, au fur et à mesure que défilent une trentaine de titres avec par exemple des morceaux comme « Radio/Video », « Hypnotize », « Highway Song », « Psycho », « Chop Suey », « Lost in Hollywood », « Kill Rock 'n Roll », « War? », « This Cocaine Makes Me Feel Like I'm on This Song « , « Toxicity », « Sugar ».

Bien sûr Serj Tankian est un magicien de la voix, allant d’un chant rageur, à du lyrique où de la folie maitrisée, mais il y a les autres. En fait je réalise qu’ils sont une formation classique genre : guitare, basse, batterie, mais que leur musique est tellement acrobatique, complexe, folle, puzzle, qu’ils emplissent tout l’espace. Ils sont soudés comme les doigts de la main. Il n’y en a pas un qui a plus d’importance que l’autre et leur monde auditif nous emporte très loin. Leur musique peut être rageuse, la seconde d’après magnifique et touchante puis ensuite plonger dans un chaos violent aux contours dissonants. De vraies montagnes russes soniques.
En plus le son est top, la guitare bien mordante, la batterie reine et la basse grondante.

Pour le visuel, au-dessus de la scène il y a des vidéo qui défilent, en forme de personnages, de photos, de court métrages étranges, vintages, bizarres (il y aura la tronche à Donald Trump sur je crois « War ? »).Ce sont comme des clins d’œil subliminaux qui ajoutent au feeling particulier de leur metal.
Cela va durer deux heures, enchainant leurs titres comme un chapelet de compositions accrocheuses et féériques. Et la nuit tombe doucement ajoutant au côté unique de cet instant.

Et puis Voilà c’est fini, on se réveille comme sorti d’un rêve aux multiples facettes. C’était génial et on n’a pas vu le temps passer ! Après bien sûr il nous faudra longtemps pour sortir de Nancy (organisation à revoir) mais bon franchement cela valait le coup ! J’en ai encore plein les neurones et je pourrai dire : j’y étais !

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews