/// Vormela Fest II

CCO, Villeurbanne (08/03/2014)

Publié le 12/03/2014 par Flying Shark

C'est par un samedi absolument radieux que mes comparses et moi-même nous dirigeons vers le CCO de Villeurbanne, où Dream Factory Music Inc. a désormais l'habitude et nous appeler assez régulièrement pour des shows présentant des têtes d'affiche telles que Sepultura ou Behemoth. Cette fois-ci, c'est pour la tenue de la seconde édition du Vormela Fest et c'est peu dire qu'il va y avoir du niveau ce soir : Aeternus, Svart Crown ou encore Azarath pour ne citer qu'eux. Au total ce seront huit groupes qui nous permettront de passer une excellente soirée.

 

Les premiers à entrer en scène sont les Français de Malepeste, groupe se définissant comme pratiquant du "ritual black metal". Leur show me laissera mi-figue mi-raisin car si je n'ai pas réussi à être pris dans leur musique qui rappelait certains vieux Mayhem dans les ambiances, il serait de mauvaise foi de dire que les mecs ne se sont pas donné à fond d'un bout à l'autre de leur show. Effectivement, Malepeste se veut un groupe créant une ambiance plutôt que proposant une réelle violence. De ce fait, peut-être que le placement sur l'affiche n'était pas idéal à ce niveau puisque le premier groupe a jouer est en général plutôt là pour chauffer une assistance qui vient seulement de s'installer, une bière à la main, face à la scène. C'est donc pour cette raison que malgré les qualités indéniables de leur leur musique, l'ambiance n'aura que peu réussi à prendre. Quoiqu'il en soit, Malepeste a un excellent potentiel et ce serait un plaisir de les revoir dans un contexte qui leur sera plus favorable, pourquoi pas prochainement à la Clé D'Voûte de Saint-Etienne par exemple ?

 

IMG_5817 copie

 

IMG_5837 copie

 

IMG_5819 copie

 

Seconde formation à s'exprimer, et pas des moindres : Regarde Les Hommes Tomber. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, ce groupe peut notamment se targuer de la présence d'Ulric d'Otargos au chant. Et question live, ça avoine tout de même bien proprement. Les puristes pourront reprocher que ça ressemble beaucoup à Celeste, tant musicalement que sur le jeu de scène (comprenez : aucune lumière ou presque, de la fumée partout et des stroboscopes intermittents) mais la qualité est bel et bien là. Le public se rapproche de la scène, commence à se motiver et ça fait plaisir à voir étant donné la faible affluence de la soirée à cette heure-là. La musique s'avère intéressante et nettement moins brouillon que ce à quoi je m'attendais après avoir écouté l'album. Regarde Les Hommes Tomber nous proposeront des morceaux extraits de leur album éponyme sorti en 2013 pendant près d'une demi-heure pour finalement laisser la place aux Italiens de Darkend.

 

IMG_5850 copie

 

IMG_5860 copie

 

IMG_5862 copie

 

Darkend, c'est une autre histoire. Seul groupe de black à tendance symphonique de la soirée (qui plus est utilisant un Mac plutôt qu'un clavier), ils sont loin d'avoir fait l'unanimité. Certains sont restés devant d'un bout à l'autre et semblent avoir absolument adoré tandis que d'autres ont tout simplement fuit en direction du bar/coin clope/club échangiste de l'autre côté de la rue dès le premier morceau. Sur le fond, c'est sympa, à savoir un black metal symphonique assez classique mais qui fait son petit effet et dont les morceaux sont suffisamment bien construits pour donner envie de suivre la totalité du show. Sur la forme, le groupe, ou plutôt le chanteur, a proposé un jeu de Cène (pardon, mais je ne pouvais pas la rater celle-là) particulier en arrivant enveloppé d'une toge ensanglantée et en ornant son crâne d'une couronne d'épines qui n'est pas sans rappeler notre sauveur à tous. A la fin du concert, il s'offrira le luxe d'enfiler des gants évoquant des branches d'arbres et jouera sur les effets lumineux pour tenter de donner une ambiance mystique au tout. On aura apprécié ou pas (effectivement on a entendu au bar un peu plus tard des "I'm a tree" doublés d'imitations que le chanteur semble avoir moyennement appréciées) mais le groupe se défend, nous a proposé un bon live, carré et sans mauvaise surprise. Recruter un claviériste plutôt qu'exploiter des samples numériques pourrait être une idée pour donner un peu plus de grandeur aux sonorités symphoniques sur scène. Cependant, le groupe se défend déjà très bien, et ça faisait plaisir de les voir sur l'affiche.

 

IMG_5873 copie

 

IMG_5899 copie

 

IMG_5909 copie

 

Retour en France avec Svart Crown. Inutile de les présenter bien entendu, ils viennent ici défendre leur nouvel opus : Profane. Et en effet, ça avoine bien comme il faut. Les fans du précédents opus pourront par exemple regretter l'absence de "Here Comes Your Salavation" sur la setlist mais il n'empêche que cette dernière était bien efficace et  que nos nuques s'en sont souvenues le lendemain. Comme d'habitude on a eu le droit à un show agressif, carré, puissant et qui met l'ambiance bien comme on l'aime ! L'affluence devant la scène a curieusement augmenté durant le show vu que le groupe a plus ou moins mis tout le monde d'accord sur le fait qu'ils ne venaient pas cueillir des champignons. Sans surprise de leur part, mais bien cool !

 

IMG_5941 copie

 

IMG_5936 copie

 

IMG_5927 copie

 

Puisqu'on fait dans les Français, autant le rester avec la venue de Seth. Et c'est peu dire que l'idée de les faire venir dans le festival était bonne. Ils s'imposeront purement et simplement comme l'un des meilleurs groupes de la soirée. Qualité particulière : la voix puissante, bien dosée et équilibrée par rapport aux instruments. En effet, cet élément donnait tout l'impact nécessaire à la musique du combo. Pour un groupe qui avait mis des années à ressortir quelque chose, on se rend bien compte qu'ils n'ont pas perdu la main. Le show s'avérera être bien orchestré, prenant et aura réussi à nous renvoyer dans les contrées du black metal sans concessions tel qu'on l'aime. Bref, un retour qu'il est beau, qu'on l'a apprécié !

 

IMG_5964 copie

 

IMG_5956 copie

 

IMG_5963 copie

 

Maintenant direction la Pologne avec Azarath, comment résumer leur show ? Avec un simple mot : "TAPEEEEER". Effectivement, la batterie sera ultra-violente (et très forte) durant la totalité du show. D'un côté c'était presque désagréable tant le son était puissant (limite dérangeant à l'avant de la scène malgré les bouchons), mais d'un autre on était pris dedans du début à la fin et la violence qui se dégageait de leur prestation était à la fois impressionnante et agréable. Le groupe nous a ainsi montré ce qu'il savait faire de mieux : nous briser la nuque et les oreilles. Si sur la longueur ça pouvait parfois s'avérer un peu répétitif, la majeure partie de l'assemblée semble avoir apprécié, et à juste titre.

 

IMG_6004 copie

 

IMG_5989 copie

 

IMG_5999 copie

 

The Ruins Of Beverast nous ont proposé un show qui n'a convaincu qu'une petite partie du public présent. Le résultat fut plus ou moins le même que pour Darkend : une partie du public est bien rentrée dans la musique tandis que l'autre a abandonné la place dès la fin de la première piste. La raison ? Tout simplement le fait que le groupe dénotait avec la majeure partie des autres formations présentes. Le thème musical principal s'orientait autour de l'expérimentation d'un black metal ambiant et lourd en termes de sonorités utilisées. On avait donc l'impression d'entendre un croisement entre doom et black résultant sur la production d'une musique lente et languissante. Difficile effectivement de rentrer dedans après le déchaînement de violence que les trois précédents groupes avait déployé pendant la dernière heure et demie. Moyennement convaincu pour ma part en tout cas, surtout venant d'un groupe qui représentait une bonne partie de la raison qui m'avait amené à venir au festival, comme quoi. A revoir au Hellfest pour se faire une seconde idée !

 

IMG_6015 copie

 

IMG_6021 copie

 

IMG_6023 copie

 

Le dernier groupe à fouler les planche du CCO sera Aeternus, qui verra son show amputé de deux morceaux, donnant lieu à une déferlante de plaintes plus ou moins bien renseignées à l'encontre de l'association, du CCO, du groupe, etc. Les faits ? La loi obligeant à couper les concerts à 23h, le CCO a bien voulu étendre la limite jusqu'à 23h30 afin que le dernier groupe puisse tout de même jouer plus d'un morceau mais il a tout de même dû s'arrêter au bout de quarante minutes au lieu des cinquante prévues à l'origine (source : Dream Factory Music Inc., organisateurs du festival). Si l'on comprend la déception des fans qui avaient fait le déplacement en grande partie pour eux, c'est un peu dommage que les critiques de certaines personnes du public aient pu parfois tourner à la limite de l'insulte (à l'encontre du Rock'n'Eat par exemple, qui soutient pourtant l'asso depuis ses débuts). Bref, inutile de refaire le débat puisque les explications ont été données par l'association de manière claire sur la page de l'event.
Le show en lui-même était excellent, Aeternus proposent une musique qui a au fil du temps évolué pour passer du black au death metal bien puissant tel qu'on l'aime. Ils nous assèneront donc une quarantaine de minutes de cette musique bien agréable qui semblera par ailleurs plaire au public présent, même si une bonne partie de l'assistance avait commencé à partir après Svart Crown et Seth.

 

IMG_6053 copie

 

IMG_6047 copie

 

IMG_6038 copie

 

IMG_6046 copie

 

IMG_6043 copie

 

La conclusion à tirer de cette soirée ? Si Vormela Fest III il y a l'année prochaine, je signe d'office et je pense que je ne serai pas le seul. Quand une association se donne la peine de penser à faire plaisir et à se faire plaisir avant de penser à l'aspect pécuniaire d'un festival, on sait que l'on a affaire à des passionnés qui se donneront du mal pour nous satisfaire à chaque fois. Sans parler des diverses plâtres (tête d'ampli qui crame, backlines qui ne marchaient pas lors de l'installation, etc) qui ont su être gérés pour finalement arriver à seulement dix minutes de retard sur l'horaire. Du bon boulot non ?

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews