/// Wacken Open Air 2011

Wacken, Germany (04/08/2011)

Publié le 16/06/2012 par Bled White Photography www.facebook.com/bledwhitephotography

_JGZ4593 réduite

 

Par Bea :

Il n'y a rien de plus excitant pour un fervent adorateur de Métal que de participer à un festival de 80 000 personnes, au cœur même d'une charmante ville allemande. Pour ma part, c'était une expérience que j'ai eu la chance de vivre à deux reprises. Et la deuxième fois c'est tout aussi intense que la première. Cette année, contrairement à l'an passé, nous nous sommes promenés, mes compagnons et moi, à travers le joli village de Wacken. Cette simplicité, ces maisons en briques rouges, ce petit charme allemand qui m'a beaucoup plu, et des metalleux tout autour de nous.
Ici, les habitants sont très ouverts et vraiment sympathiques. Ils participent au bon déroulement du festival. J'ai personnellement été charmée par l'ambiance qui se dégage de ce village, au point de regretter d'être une vraie quiche en Allemand. Le truc sympa est qu'on trouve énormément de souvenirs portant l'emblème de Wacken; des gobelets, des t-shirts, des drapeaux etc. Cette année nous avons fais le voyage en voiture et nous sommes arrivés le mardi soir, ce qui veut dire plus de temps pour poser notre tente et nous préparer à nous prendre la claque du siècle. Le temps cette année était avec nous, l'ambiance toujours aussi géniale et surtout incroyablement folle. Ici, tout le monde se comprend. On parle la langue du "mec bourré" et puis de toute façon un simple "WACKEEEN" hurlé n’ importe où dans le festival suffit pour se faire comprendre.

Je vais donc vous faire l'apologie des concerts que j’ai vu et que j’ai le plus aimé.

 BLIND GUARDIAN

Mon groupe favori depuis la nuit des temps. Il paraissait donc logique que ce concert serait l'un de mes favoris. Vingt minutes avant le concert, je me suis placée devant la scène, toute contente, avec mon petit appareil photo, prête à le déguèner dès le premier riff de guitare. Malheureusement, le début n'a pas été aussi féérique que j'avais osé l'espérer. Pendant la première chanson, une horde de metalleux en folie m'a littéralement prise pour une gaufre et me compressaient. J'avais vraiment l'impression de mourir. Pendant "Welcome To Dying" c'est tout de même le comble.

J'ai donc aussi été compressée pendant " Nightfall " puis, par je ne sais quel miracle, j'ai réussi à me frayer un chemin parmi la foule et retrouver mes amis polonais qui m'ont accompagnée pendant le reste du concert. J'ai enfin pu apprécier le show à sa juste valeur. J'hurlais les paroles jusqu'à plus de souffle et j'étais loin d'être la seule. Les concerts de Blind Guardian c'est comme une chorale ou tout le monde participe au chant. C'est ça que je trouve le plus magique, une communion parfaite entre musiciens et public. Les chansons les plus cultes ont suivi : "Time Stand Still At The Iron Hill", "Fly", "Mirror Mirror", "Valhalla", avec la foule qui devenait de plus en plus bouillante. Je pense pouvoir dire que l'apogée de cette folie s'est manifestée sur "The Bard's Song". Un grand moment d'émotion lors des concerts de Blind. Mais là je vous dirais seulement qu'il faut le vivre pour le croire et ressentir cette énorme vague d'adrénaline. Bref, un concert parfait en définitive.

TRIVIUM

Une petite intro sympathique pour chauffer la foule et on part direct sur on bon petit "In Waves" issue du succulent nouvel album, du même nom. La foule était bondée et j'étais en retard pour le début du concert donc j'ai couru pendant tout le long de la chanson. Arrivée enfin devant la scène, je vois la foule qui frappe dans les mains, et je me suis tout de suite laissé entrainer par les riffs du beau Matt Heafy. Les chansons qui suivirent étaient "Black", et "Built To Fall", pour continuer sur le nouvel album, puis "Dusk Dismentled", et le mythique "Down from The Sky", avec son riff ultra entrainant. Le public chantait en soulevant le poing. Pendant ce temps, un circle-pit était gentiment en train de se former au milieu de la foule. Non, vraiment, un concert vraiment cool, surtout pour les connaisseurs, qui s'acheva avec "Thrones Of Perdition", sous un soleil de plomb.

 

_JGZ4566 réduite

AIRBOURNE

Ah ! Comment évoquer le Wacken 2011 sans parler des musiciens enflammés d'Airbourne ?
Dès la première seconde de "Raise Your Flag", on est d'amblé entrainé dans cet incroyable tourbillon rock’n  roll et on ne peut juste pas s'empêcher de headbanger ou de déconner. Des musiciens que j'admire énormément, avec une énergie de fou, de vraies piles électriques. Suit un "Born To Kill" absolument parfait, avec un public déchaîné, qui chante, danse et en redemande toujours plus. Les solos de guitare étaient là pour rajouter un peu de puissance et de folie, cette même folie si bien connue du guitariste-chanteur qui s'est sifflé une bouteille de vin rouge sur scène après avoir escaladé comme à son habitude les échafaudages de la scène. Un homme complètement barré mais qui pour le coup nous a tous fait rêver. Voir et entendre un soliste joué à plusieurs mètres de haut la tête suspendue dans le vide c'est ma foi, juste magique. Le concert s'acheva avec une chanson culte : "No Way But The Hard Way". Le soleil n'était plus là, mais nous n'en avions pas besoin car Airbourne a littéralement enflammé la scène.

 

 

 

 

 

Par Julien "Bled White Photography "

Le W.O.A est mon pèlerinage annuel depuis ces 5 dernières années, et quel bonheur d’y retourner. Ne serait-ce que pour l’ambiance aux bars ou dans le camping ça vaut le détour, surtout lorsqu’on croise des cadavres ambulants qui se vautrent dans la boue (des images terribles ^^).

Cette année encore le "vaisseau amiral" avait une affiche bien rempli qui n’avait pas à rougir face à la concurrence. Le sold-out est venu ajouter la petite dose d’élitisme dont tout grand événement à besoin : tout le monde ne peut pas y participer ! L’organisation est toujours au top, plein de bars, de quoi bouffer à s’en faire exploser le taux de cholestérol,  des marchands à ne plus savoir quoi en faire (s’en est même ridicule, ils vendent tous plus ou moins la même chose), des marchandises dérivées en pagaille… bref, la rigueur Germanique est à l’œuvre pour le bonheur de tous. On appréciera aussi les nombreux écrans géants qui permettent à tous de profiter des concerts d’à peu près n’importe où, bas oui, tout le monde n’aime pas se farcir les pogos et autres joyeux mouvements de foule.

Jeudi soir et :Ozzy Ozbourne… Comment décrire une légende vivante (Vivant ? Peut être plus pour longtemps, je suis méchant je sais ^^) ? Très honnêtement malgré son âge et ses problèmes de santé il tient encore bien la route papy Ozzy, surtout lorsqu’il enchaine " Mr Crowley", "War Pigs ", et l’emblématique  "Bark At The Moon " (plus souvent appelé "barquette de moules" par les francophone, comprendra qui voudra haha). Pour finir le concert en beauté le vieux bonhomme a choisi "Paranoïd", et quel choix ! Même si nous ne sommes plus à la grande époque avec Robert TrujilloMike Bordin et surtout Zakk Wylde,  les musiciens sont comme le front man, ils assurent un max, mais attention au manque de vitamines qui leur fait perdre de l’énergie à la longue.

 

Rhapsody (of Fire, ne l’oublions pasest le groupe qu’ill faut aller voir vous aimez le jabot et les petits elfes de la foret magique saupoudré de solos interminables. Bon sincèrement j’écoute ce groupe depuis des années et j’aime bien, mais la prestation en festival ne vaut pas celle que j’ai vue à Lyon quelques temps avant. Pas grand-chose à dire de plus…

 

_JGZ4590 réduite

 

Samedi on commence avec les finlandais de Moonsorow  qui nous jouent un pagan métal avec des touches de folk bien de chez eux, et ça claque ! Le groupe est en forme et communique bien avec le publique. On a le droit à une setlist à tubes comme par exemple la mythique "Kivenkantaja". Le maquillage kitch avec le sang étalé à la truelle est également de la partie, mais ça fais son charme et c’est rigolo à prendre en photo.

 

Kreator en concert c’est l’équivalent du Panzer pendant la guerre : c’est carré et c’est du lourd ! La set-list sans aucunes surprises (tant mieux on attendais que ça) avec " Enemy Of God", " Pleasure To Kill", " Violent Revolution"  nous oblige à nous cramponner à nôtre voisin pour éviter de tomber par terre à cause de la foule qui pète les plombs dans tout les sens, ça c’est bon !

 

Le trios de Motorhead étaient une fois de plus à l’affiche. Une valeur sur.  Un concert très rock avec les tubes eternels tel que "The Ace of Spade" et "Overkill". Pour le reste pas de surprise notoire, ils sont toujours aussi statiques derrière leurs instruments, heureusement que le batteur envois. Dans l’ensemble c’était un bon concert bien rodé comme les " tête de moteur" savent faire.

 

 

 

 

Conclusion ?

Le Wacken est un festival toujours plus gros ou tout est pensé pour que les festivaliers passent des moments inoubliables.  Les délires et les cuites sont à la taille du fest : démesurés blunk

Les points négatifs pour cette année :

-          La bouffe, on ne demande pas de la grande cuisine mais des trucs moins lourds et moins imbibés d’huile seraient quand même les bienvenues.

-          Diversifier l’affiche pour qu’on ne retrouve pas toujours les mêmes groupes ; quand aurons nous le droit à des monuments comme KissVan HalenDef Leppard, Guns & Roses,  Metallica ?

Maintenant en route pour l’édition 2012 avec ScorpionsUDOGamma RayHammerfall et bien d’autres.

 

_JGZ4564 réduite

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews