/// Wednesday 13, Sister

La Laiterie (Club), Strasbourg (22/11/2013)

Publié le 24/12/2013 par Dzo

Après une semaine de dur labeur, quoi de mieux que de gagner la petite Laiterie de Strasbourg pour assister à une session Remember au travers d’un concert de Wednesday 13. Qui, durant sa période collégiale, n’a jamais passé dans sa chaîne-hifi (à l’époque c’était encore la mode) le cd de Murderdolls, cette bande de mauvais garçons adeptes de films d’horreurs séries B et de rock’n’roll sur vitaminé avec à l’époque sieur Joey Jordison dans le line-up.

_mg_7092ok_imagelarge

Et bien, les années ont passées certes, mais découvrir le groupe du frontman n’est pas pour me déplaire. Avant ça, nous loupons le tout premier groupe de la soirée et arrivons quelques instants avant l’arrivée des suédois de Sister sur scène. C’est en total néophyte que je découvre le groupe, qui surfe clairement dans la même vague que Wednesday 13. Le chanteur à la crinière impeccable et androgyne au possible, fera sûrement palpiter quelques culottes dans l’assistance.

Musicalement, même si ça se rapproche pas mal de la tête d’affiche de ce soir, je n’accroche pas plus que ça au son de Sister, que je trouve à la longue un peu répétitif, après cela reste uniquement mon avis. Côté salle, l’ambiance n’est pas encore à son apogée mais le combo suédois aura tout de même réussi à chauffer le public à blanc pour qu’il soit prêt à être cueilli à point pour Wednesday 13. Le groupe jouera un peu plus qu’une grosse demi-heure.

Photos de Sister  ici.

22h pétante, la petite Laiterie est plongée dans le noir. Quelques instants plus tard, les cinq américains arrivent sur scène, mené par l’emblématique Wednesday.

_mg_1067ok_imagelarge

Le groupe affichent différents codes, que ce soit la trame de fond de scène à l’effigie du groupe avec une horde de zombies, ou encore les deux panneaux brandis qui rappellent une certaine pochette des Ramones. Niveau son, ça tape dans le simple et l’efficace avec ses refrains accrocheurs que la foule se fera un plaisir de reprendre en chœurs. Wednesday 13 est un véritable chauffeur de salle, n’hésitant pas à faire participer son public sur les refrains et en le remerciant chaleureusement pour l’ambiance.

Car oui, l’ambiance, en ce Vendredi soir, était bel et bien là. Et ce n’est pas lorsque le loulou annonce qu’ils vont jouer un vieux morceau de Murderdolls que cela va se calmer. En effet, la température a bien grimpé lorsque ‘19766’ a été jouée, une sorte de plongeon en arrière dans nos jeunes années, mais le morceau n’a quant à lui pas pris une ride.

Autrement, niveau setlist je ne connais évidemment pas tout, étant venu plus par curiosité qu’en grand fan, mais des titres comme ‘I Want You… Dead’ qui a ouvert le set, ‘I Wanna Be Cremated’, ‘I Walked With A Zombie’, ‘Bad Things’ ou encore l’efficace ‘I Love To Say Fuck’ ou tout le monde prendra un malin plaisir à tendre son Middle Finger vers le ciel, ont fait l’effet d’un rouleau compresseur.

Après un peu moins d’une heure et demi de show tout de même, c’est sur un tonnerre d’applaudissements et de cris de groupies en rut que le groupe quittera la scène, en remerciant son public d’avoir fait le déplacement en masse et d’avoir mis le feu à Strasbourg ce soir. Wednesday 13 est une machine bien rôdée sur scène avec des compos efficaces et sans prises de tête dans un esprit Rock’N’Roll et un visuel édifiant, autant dire que pour moi c’était une très bonne découverte en concert, et je ne m’avance pas trop en disant que cette soirée a était des plus mémorables pour tous les fans du combo américain.

Photos de Wednesday 13  ici.

Partager cet article

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Interviews