Home > Chronique > AC/DC- Power Up

NOTE : 4/5

Bon ! Tout le monde le sait, mais cela fait du bien de l’écrire… le line up auquel on ne croyait plus est de retour pour ce nouvel AC/DC, à savoir Brian Johnson (chant), Phil Rudd (batterie), Cliff Williams (basse), Angus Young (guitare) et Stevie Young (guitare). Après, chroniquer un nouvel album d’AC/DC n’est pour moi, pas chose facile, ayant vécu la période Bon Scott en live, époque où chaque album d’AC/DC était un véritable événement en soi. Cependant, en considérant que ce qui a été ne peut plus être, que penser de ce « Power Up ».

 

 

Franchement, je trouve qu’ils s’en sortent avec les honneurs. Plus j’écoute cette galette et plus je l’apprécie. Un son au top, des riffs mille fois joués mais qui tombent comme des couperets, la voix de Brian qui a retrouvé de sa superbe, la meilleure section rythmique rock de tous les temps et des solos hard bluesy comme seul sait en faire Angus. Cet album est supérieur à « Rock Or Bust » ou « Black Ice », il y a en lui un petit truc en plus ! En fait, je trouve cet album assez joyeux, loin du côté sombre qui émane souvent de la musique qui fait du bruit, belle oraison funèbre pour Malcolm.

 

 

Realize et Through the Mists of Time sont des titres entrainants, et le très bon refrain de Kick You When You’re Down est vraiment enjoué. Sur Shot in the Dark, Brian s’essaye à quelques intonations bien vues et on sent son plaisir de pouvoir à nouveau chanter, plaisir partagé quand on l’entend sur Wild Reputation où il pousse la complainte dans les graves. À préciser que sur ce titre, les riffs font penser, en plus lent, à ceux d’un certain… Beating Around the Bush. En parlant riffs, ils sont typiques du groupe et bien pensés (merci Malcolm qui en est le créateur) comme celui de Demon Fire qui aurait eu sa place dans l’album ” Ballbreaker ” ou bien ceux de Systems Down et No Man’s Land, qui respirent le blues. No Man’s Land, semblant presque sorti de “Powerage” (toute proportion gardée).

 

 

Après, perso, je trouve Witch’s Spell un peu dispensable et Code Red, qui clôt l’album avec son tempo lent, aurait pu être remplacé par un titre plus speed. Mais bon, l’époque où ils balançaient des rythme de folie est dépassée, AC/DC préférant maintenant les tempos plus medium ;En tous les cas, que voilà un album réussi, que l’on n’attendait plus. Un bel hommage à Malcolm et une vraie bouffée d’oxygène pour les fans. Au contraire de ses deux prédécesseurs, je pense que je ne vais pas le ranger dans un coin pour ne plus le sortir.

TRACKLIST :

1. Realize

2. Rejection

3. Shot In The Dark

4. Through The Mists Of Time

5. Kick You When You’re Down

6. Witch’s Spell

7. Demon Fire

8. Wild Reputation

9. No Man’s Land

10. Systems Down

11. Money Shot

12. Code red

You may also like
Black Stone Cherry - 2020
[BLACK STONE CHERRY] Nouvelle vidéo “Give Me One Reason”
RICKY WARWICK- When Life Was Hard & Fast
RICKY WARWICK – When Life Was Hard & Fast
alice cooper - detroit stories
ALICE COOPER – Detroit Stories
Oranssi Pazuzu - Mestarin Kynsi
Récap’ 2020 / Par Stef

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.