Home > Chronique > BENIGHTED – Obscene Repressed

BENIGHTED – Obscene Repressed

benighted et l'album« Obscene Repressed

4/5

 

Au royaume du brutal death teinté de sa dose de grind, nous avons un fer de lance français en la “personne” de BENIGHTED qui nous jette en pâture son dernier méfait, à savoir cet « Obscene Repressed ». J’avoue qu’à sa première écoute, je me suis dit : “Tiens, ils ont varié leur mixture sonore…”. Tout en étant extrêmement agressive, leur musique, à certains instants, est plus contrastée, plus variée.

 

Le groupe joue à la fois la carte du dense et du compact sur les morceaux en début d’album, comme Nails ou Brutus, compositions que l’on se prend comme un coup-de-poing en pleine face, non dénuées d’un certain groove avec même un petit arrière-goût thrashy sur certains titres (The Starving Beast). Mais ils posent également une autre carte : parfois, leurs compositions peuvent s’avérer plus perméables à des oreilles lambda, car leur death peut se montrer plus nuancé, tout en restant sanglant, agressif et brutal.

 

En fait, ils emploient beaucoup le jeu des contrastes. Par exemple, ils émaillent leurs propos de passages jazzy le temps d’un clin d’œil (Muzzle), ce qui, outre leur haute technicité, ajoute un plus à leur musique. Il y a des titres comme Smoke Through The Skull, où on sent dans les riffs un peu d’old school avec un effluve à la VADER ou encore Scarecrow qui part comme une charge de cavalerie très « vieille école ». Et c’est efficace !

 

Bref, je suis rentré tout de suite dans l’univers de cette nouvelle galette de BENIGHTED, moins malsaine peut être que d’autres albums, quoique des titres comme Casual Piece Of Meat démontrent le contraire. N’empêche que Mom, I Love You The Wrong Way, vous vrille le cervelet avec sa mélodie glacée et hypnotique !

 

Un opus qui ouvrira peut-être la porte aux timides du death/grind brutal tout en restant puissant, vindicatif comme la folie que côtoie Julien Truchan dans son métier d’infirmier psy. L’étant moi-même, je peux témoigner du fait que leur musique porte à merveille ce qui se cache derrière certaines portes closes, quand l’angoisse et la pathologie prennent d’assaut le cerveau malade de souffrance de certains patients. Un album qui respire une âme même si elle est malade… Et puis zut : qui tue les oreilles !

 

TRACKLIST

1. Obscene Repressed
2. Nails
3. Brutus
4. The Starving Beast
5. Smoke Through The Skull
6. Implore The Negative
7. Muzzle
8. Casual Piece Of Meat
9. Scarecrow
10. Mom, I Love You The Wrong Way
11. Undivided Dismemberment
12. Bound To Facial Plague
13. The Rope (Bonus Track)
14. Get This (Bonus Track)

 

You may also like
the mother of all plagues par mercyless
MERCYLESS- The Mother of All Plagues
Disavowed - Revocation Of The Fallen
[DISAVOWED] de retour avec un nouveau morceau
the afterparty par killitorous
KILLITOROUS- The Afterparty
A.A. Williams - Forever Blue
[A.A. WILLIAMS] Extraits du 1er album

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.