Home > Chronique > BLISS OF FLESH- Tyrant
tyrant par bliss of flesh

NOTE : 3.5/5

Le 2 octobre, est sorti « Tyrant », le nouveau BLISS OF FLESH, ce groupe de black/death venu du nord de la France, né en 1999 et qui nous a déjà offert une belle trilogie musicale inspirée de l’enfer de Dante. Pour ce nouvel opus, le fil conducteur s’appuie sur le « Discours De La Servitude Volontaire », posé sur le papier par Etienne De La Boétie en 1548… Et après, on dira que le metal extrême n’est que du bruit ! Il se dégage de cet opus un univers auditif ambitieux dans le bon sens du terme. 

 

 

Pour cette chronique, j’ai choisi de vous faire un petit descriptif, titre par titre, afin que nous cerniez mieux la Bête ! Et c’est parti ! Serve, qui ouvre le bal, alterne un black mélodramatique, agressif et dense avec des passages heavy joués en mid tempo. Genesis, est virulent comme une pluie acide, porté, comme tout au long de cet album, par des lignes mélodiques aux contours glacés. Ici, tout n’est que rage et désespoir. Sur Vanitas, des rythmiques heavy se conjuguent avec des notes aigrelettes et coupantes, suivi de chœurs nourris d’angoisse, une sorte de descente aux enfers. Krieg, vous fouette le sang, boosté par moults blast beat. Arrive un petit interlude, nommé Hexis, tout en arpèges acoustiques, ponctués de lignes de violoncelle. 

 

 

Panem, commence assez lentement, mêlant guitare acoustique et électricité à coup de petites notes entêtantes, puis tout devient dense et désespéré. Une voix déclame sur Tyrant, pendant qu’une batterie aux beats fournis, porte un mid tempo. Mars, commence légèrement pour ensuite s’enfoncer dans un metal compact, avec un passage rapide, pas loin d’un thrash technique ; puis apparaît une mélodie enveloppante comme un feu d’artifice de gel, et un heavy à la IMMORTAL, hypnotique. C’est le morceau que je préfère. Enfin, Naturae clôt l’album avec un chant lyrique en forme de litanie, sur fond de blast beat et d’ambiances dramatiques.

 

 

Un album réussi, à la rage omniprésente, à la noirceur avérée, aux mélodies qui portent, avec, je le répète, quelque chose d’ambitieux dans son relief, sans jamais être suranné. Rien d’original là-dedans, au contraire, on glisse sur des chemins connus, sauf qu’ici, on y respire une vraie émotion, celle d’un désespoir sans lendemain qui chante, le tout sur fond de colère.

 TRACKLIST :

1. Serve
2. Genesis
3. Vanitas
4. Krieg
5. Hexis
6. Panem
7. Tyrant
8. Mors
9. Naturae

You may also like
Korpiklaani - Jylhä
[KORPIKLAANI] 1er extrait du prochain album
United States Of Anarchy par evildead
EVILDEAD- United States Of Anarchy
lila-h, par arkan
ARKAN- Lila H
Soilwork - A Whisp Of The Atlantic
[SOILWORK] Nouveau clip et un EP en décembre

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.